Des Marocains réduits à l’esclavage à Rouen

8 novembre 2022 - 19h20 - France - Ecrit par : S.A

Un patron marocain s’est absenté à son procès qui s’est ouvert lundi devant la chambre des appels correctionnels de la cour d’appel de Rouen lundi 7 novembre 2022. Cinq de ces anciens employés aussi de nationalité marocaine l’accusent de traite d’êtres humains. Connu de la justice, il avait été condamné à de la prison en novembre 2018 à Évreux pour avoir employé des clandestins, mais aussi pour des violences et l’usage de faux documents administratifs.

Tout est parti d’une plainte déposée par l’un des cinq employés – des Marocains sans papiers – de l’ancien dirigeant d’une boulangerie à Rouen et de deux restaurants situés près d’Évreux. Les faits se sont déroulés entre 2014 et 2016. Cuisinier au restaurant Au Palais du Maroc à Claville en 2015, M. B. raconte son expérience avec son ancien patron qui l’avait recruté avec la promesse d’une régularisation de sa situation et d’un salaire.

À lire : « Sale arabes » : des Marocains victimes de racisme aux Chantiers de l’Atlantique

« Il m’a fait installer sur le sol de la cuisine avec des couvertures, parce qu’il n’y avait pas de chambre, raconte-t-il à l’audience. Il y avait plein de souris, des rats. » Il accuse l’homme de 62 ans d’avoir restreint sa liberté de mouvement. « S’il est là, tu ne peux pas bouger. On ne peut même pas sortir pour manger une pomme ou une banane. » Et quand il s’en va « il lâche ses deux gros chiens ». Il ne lui paie pas le salaire retenu à l’embauche. Son employeur lui donne un chèque de 275 euros à la fin du mois au lieu des 1600 euros.

À lire : Le patron de Venum qualifié de « raciste » et « manager brutal »

De mauvais traitements confirmés par d’autres employés. Ces derniers évoquent « un traitement différencié entre employés en situation régulière et irrégulière, des journées de travail de plus de 15 heures, un hébergement indigne, des rats et même une souris morte découverte au sol d’une chambre, l’accès à la douche une fois par semaine ‘parce que l’eau coûte cher’, des rémunérations – quand il y en a – bien inférieures à la charge de travail », rapporte Actu.fr « Je n’ai pas connu le repos [durant cette période], affirme Nora. Je travaillais de 15 heures à 3 heures du matin, puis de 3 heures à 5 heures, je sortais pour les livraisons. Il y avait une chambre avec deux lits superposés et on était six personnes dans 5 m², même pas. »

À lire : Un médecin maghrébin en France : "On me traite de sale bougnoule et il ne se passe rien"

Alors que les plaignants ont marqué de leur présence le procès, le prévenu a brillé par son absence. De quoi agacer les parties civiles. L’avocat général a demandé 4 ans de prison ferme et un mandat d’arrêt à l’audience. Le verdict est attendu le 16 janvier 2023.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Procès - Rouen - Esclavage moderne

Aller plus loin

Un médecin maghrébin en France : "On me traite de sale bougnoule et il ne se passe rien"

La vie d’Ali*, un médecin généraliste du Dunkerquois n’a pas été un long fleuve tranquille. Il raconte ses déboires.

Des Marocains victimes d’esclavage moderne en Dordogne

La Fondation Abbé Pierre, La France insoumise, des associations La Crise et Ruelle apportent leur soutien à neuf Marocains (une travailleuse et des travailleurs) victimes d’«...

Rouen : peine confirmée pour le restaurateur marocain accusé « d’escalavage moderne »

La cour d’appel de Rouen (Seine-Maritime) a condamné lundi 16 janvier le restaurateur marocain que cinq de ses anciens employés aussi de nationalité marocaine ont accusé de...

Vaucluse : des travailleurs marocains arnaqués par leur employeur

Après plusieurs mois, des travailleurs marocains se retrouvent sans salaires, et vivent dans des conditions inhumaines. La procureure de la République de Carpentras et le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.