Tourisme : le nord du Maroc souffre

17 juillet 2020 - 07h30 - Economie - Ecrit par : G.A

Les opérateurs touristiques marocains se sont mobilisés et attendent les touristes qui se font toujours désirer. Ils comptent sur la période estivale pour se refaire une certaine santé.

Le nord du Maroc démarre la saison estivale avec une certaine appréhension. Les professionnels du secteur qui comptent mettre le paquet, «  surtout que faisant l’objet d’un contrôle et une vigilance en permanence de la police, les plages d’Al Hoceima, M’diq, Fnideq et des autres villes côtières ont pu attirer en cette période de chaleur beaucoup de monde parmi les habitants et ceux des zones avoisinantes  ».

Conscients de la situation épidémiologique du pays et de la nécessité d’assurer la sécurité des touristes, les professionnels ont mis en place un dispositif de sécurité et d’hygiène pour la préservation de la santé de leurs clients et leurs personnels. Lalla Samira Ktiri El Idrissi, secrétaire générale de l’Association régionale de l’industrie hôtelière (ARIH) de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, plaide pour qu’il leur soit donné l’autorisation de dépasser les 50% de leurs capacités, à cause de la forte demande. «  Nous avons une liste d’attente de clients qui veulent passer leurs vacances d’été au Nord  », rapporte Aujourdhui le Maroc.

Si au nord, les hôtels ne se plaignent pas trop, au centre-ville l’heure est grave. Le taux d’occupation de certains hôtels de Tétouan, d’Al Hoceima ou d’autres villes côtières ne dépasse pas 10%. « Avec tous les préparatifs entrepris pour la reprise de leurs activités, les hôteliers regrettent d’avoir repris leurs activités en raison des grandes dépenses qu’ils sont en train d’effectuer pour maintenir leurs établissements ouverts », déplore un professionnel. Il fustige la concurrence entretenue par ceux qui louent des appartements pendant l’été.

Les opérateurs situés dans la zone II, celle des stations balnéaires de Tanger et d’Asilah ne savent toujours pas de quoi sera fait l’été chez eux, puisque les plages sont toujours fermées, au grand désarroi des promoteurs de restaurants et cafés dont les activités dépendent de la réouverture des plages, précise la même source

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tourisme - Déconfinement au Maroc

Aller plus loin

Au Maroc, les professionnels du tourisme dans le désert crient leur détresse

Le coronavirus a produit un impact négatif sur le tourisme dans la zone de Merzouga et toute la région du Tafilalet. En l’absence de visibilité sur le secteur, les...

Le Maroc met le paquet pour relancer le tourisme

Le plan de relance du secteur du tourisme, durement touché par la crise sanitaire du Covid-19, a été présenté mercredi par la ministre de tutelle, en conseil du gouvernement. Un...

Tourisme : quid de la reprise au Maroc ?

La relance du secteur touristique reste une priorité pour les autorités marocaines. Elle tient une place de choix dans la 2ᵉ phase du « plan d’allègement du confinement...

Reconfinement de Tanger : les professionnels du tourisme perdent tout espoir

L’annonce du reconfinement à Tanger lundi 13 juillet douche l’espoir des professionnels du tourisme qui espéraient réaliser d’importants chiffres d’affaires pendant la période...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les recettes touristiques se consolident au troisième trimestre de l’année

Les recettes touristiques se sont élevées à 52,2 milliards de dirhams à fin août dernier, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), en forte augmentation de 155,9 % par rapport aux chiffres de l’année dernière.

Le Maroc veut devenir une destination touristique incontournable

La ministre marocaine du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, a dévoilé la nouvelle feuille de route élaborée pour le secteur à l’horizon 2026 afin de faire du Maroc l’une des plus grandes destinations touristiques au monde.

Tourisme au Maroc : vers une révolution du capital humain

La ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, vient de procéder au lancement des programmes de renforcement du capital humain, prévus dans le cadre de la feuille de route du tourisme sur la période 2023-2026. Preuve de l’importance qu’accordent les...

Le tourisme marocain bat des records

L’année 2023 a vu repartir à la hausse la fréquentation touristique au Maroc. Une embellie pour le tourisme marocain après les trois années noires qu’elle a connues à cause de la pandémie de Covid-19.

Le tourisme marocain surfe sur la vague « Lions de l’Atlas »

Les exploits des Lions de l’Atlas au Qatar ne font pas seulement le bonheur des fans de football. Ils constituent également une bonne campagne publicitaire pour le tourisme marocain, selon l’Office national marocain du tourisme (ONMT).

Tourisme au Maroc : une baisse de recettes qui inquiète

Alors que les arrivées pourraient atteindre 15,5 millions de voyageurs en 2024, soit un million de plus qu’en 2023, les recettes touristiques devraient poursuivre leur tendance à la baisse notée depuis 8 mois pour s’établir à 100 milliards de dirhams...

Maroc : un semestre record pour le tourisme et les transferts des MRE

La trajectoire ascendante entamée par le tourisme marocain depuis janvier se poursuit à fin juin. En témoignent les recettes enregistrées. Il en est de même pour les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Ôvoyages revoie ses ambitions à la hausse au Maroc

Le tour opérateur français Ôvoyages annonce l’ouverture de quatre nouveaux Ôclubs l’été prochain au Maroc, une destination qu’il entend développer dans sa globalité.

Le Maroc compte doubler ses arrivées touristiques d’ici 2030

Dans un contexte de reprise du secteur touristique, le Maroc a revu ses ambitions à la hausse, ambitionnant de doubler le nombre d’arrivées à l’horizon 2030.

Séisme : l’économie marocaine touchée en plein cœur

Le puissant séisme qui a touché le Maroc dans la nuit du vendredi 8 septembre, n’a pas causé que des dégâts humains et matériels. Il affecte durement l’économie du royaume, en plein essor depuis une dizaine d’années.