Recherche

Tourisme : le nord du Maroc souffre

© Copyright : DR

17 juillet 2020 - 07h30 - Economie

Les opérateurs touristiques marocains se sont mobilisés et attendent les touristes qui se font toujours désirer. Ils comptent sur la période estivale pour se refaire une certaine santé.

Le nord du Maroc démarre la saison estivale avec une certaine appréhension. Les professionnels du secteur qui comptent mettre le paquet, «  surtout que faisant l’objet d’un contrôle et une vigilance en permanence de la police, les plages d’Al Hoceima, M’diq, Fnideq et des autres villes côtières ont pu attirer en cette période de chaleur beaucoup de monde parmi les habitants et ceux des zones avoisinantes  ».

Conscients de la situation épidémiologique du pays et de la nécessité d’assurer la sécurité des touristes, les professionnels ont mis en place un dispositif de sécurité et d’hygiène pour la préservation de la santé de leurs clients et leurs personnels. Lalla Samira Ktiri El Idrissi, secrétaire générale de l’Association régionale de l’industrie hôtelière (ARIH) de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, plaide pour qu’il leur soit donné l’autorisation de dépasser les 50% de leurs capacités, à cause de la forte demande. «  Nous avons une liste d’attente de clients qui veulent passer leurs vacances d’été au Nord  », rapporte Aujourdhui le Maroc.

Si au nord, les hôtels ne se plaignent pas trop, au centre-ville l’heure est grave. Le taux d’occupation de certains hôtels de Tétouan, d’Al Hoceima ou d’autres villes côtières ne dépasse pas 10%. « Avec tous les préparatifs entrepris pour la reprise de leurs activités, les hôteliers regrettent d’avoir repris leurs activités en raison des grandes dépenses qu’ils sont en train d’effectuer pour maintenir leurs établissements ouverts », déplore un professionnel. Il fustige la concurrence entretenue par ceux qui louent des appartements pendant l’été.

Les opérateurs situés dans la zone II, celle des stations balnéaires de Tanger et d’Asilah ne savent toujours pas de quoi sera fait l’été chez eux, puisque les plages sont toujours fermées, au grand désarroi des promoteurs de restaurants et cafés dont les activités dépendent de la réouverture des plages, précise la même source

Mots clés: Déconfinement au Maroc , Tourisme

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact