Visa Schengen : Des pratiques "déshonorantes et illégales" pour les Marocains

29 mars 2024 - 18h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le député Rachid Hamouni, du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) à la Chambre des Représentants, a interpellé Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger sur les mesures prises pour résoudre les difficultés des Marocains à obtenir un visa Schengen.

« Des citoyennes et des citoyens rencontrent des difficultés à obtenir un visa Schengen, notamment via certaines agences reconnues accréditées pour exercer la fonction de gestion déléguée pour la tenue et le traitement des demandes de visa », a affirmé le député Rachid Hamouni dans une question écrite adressée au chef de la diplomatie marocaine. Pour étayer ses propos, il a évoqué la difficulté à obtenir un rendez-vous. « L’obtention d’un rendez-vous pour soumettre les demandes est devenue difficile et coûteuse pour la plupart des citoyens concernés, et l’attente peut s’étendre sur de longues semaines sans réponse, ce qui prive certains du droit de voyager pour diverses raisons importantes telles que les études, le travail et les soins médicaux », a-t-il expliqué.

À lire :France : incompréhension après le refus de visa à une Marocaine

Notant que « l’obtention d’un rendez-vous est désormais entachée de pratiques déshonorantes et illégales de la part de certains sous forme de commission », l’élu PPS appelle à « la protection des citoyens marocains contre les entreprises de gestion déléguée opérant dans le traitement des demandes de visa et l’ouverture d’un dialogue avec les pays ayant des représentations diplomatiques afin d’assurer une gestion efficace, transparente et accessible qui permette l’obtention d’un rendez-vous pour la demande de visa et une procédure pour l’obtenir, ou au moins obtenir une réponse dans un délai raisonnable. »

À lire :Visa Schengen au Maroc : les intermédiaires font la loi

Aujourd’hui, les rendez-vous pour soumettre les demandes ont totalement disparu des sites web des agences spécialisées dans leur réception, ont affirmé certains citoyens. Selon eux, cela s’explique par les agissements des intermédiaires chargés de prendre les rendez-vous pour la demande de visa Schengen. Ils sont accusés de faire commerce des rendez-vous contre des prix exorbitants dépassant 2000 dirhams et parfois atteignant 5000 et plus. Les initiatives de certains consulats européens au Maroc pour mettre en place de nouvelles mesures numériques ont échoué à cause de la prolifération de ces intermédiaires et des « bureaux de réservation de rendez-vous ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Visa Schengen - Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) - Parlement marocain - Nasser Bourita - Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération

Aller plus loin

Visa Schengen : des associations marocaines dénoncent les discriminations subies par les Marocains

Plusieurs associations marocaines ont dénoncé les conditions « discriminatoires » et le « traitement humiliant » que subissent les Marocains demandeurs de visa de la part des...

France : incompréhension après le refus de visa à une Marocaine

L’adjoint au maire et vice-président de la Communauté de communes du Val de Gray, Philippe Ghiles, dit faire tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir un visa à une Marocaine...

Le Maroc exige le visa aux voyageurs se rendant à Sebta

Les agents marocains en service au poste-frontière de Tarajal refuseraient de laisser passer les travailleurs marocains souhaitant se rendre à Sebta, exigeant de leur part la...

Maroc : Appel à imposer le visa aux Français

Sur la toile, bon nombre d’internautes marocains appellent le Maroc à imposer le visa aux Français souhaitant se rendre dans le royaume.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Antonio Guterres reçu par le roi Mohammed VI

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, a été reçu mercredi en audience par le roi Mohammed VI, annonce le cabinet royal dans un communiqué.

Un nouveau service pour les MRE

Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération africaine simplifie une fois de plus la vie des Marocains résidant à l’étranger (MRE) en mettant en place une nouvelle procédure pour la délivrance des « Prestations consulaires de proximité »...

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Josep Borrell « indésirable » à Rabat

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a annulé une réunion prévue en septembre à Rabat avec le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère, Josep Borrell, la jugeant « inappropriée » après la récente...

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.