Le Maroc, gros perdant de l’accord de libre-échange Rabat – Ankara

7 novembre 2020 - 14h30 - Economie - Ecrit par : J.K

L’accord de libre-échange signé en 2004 entre Rabat et Ankara a créé une instabilité commerciale au Maroc et détruit des milliers d’emplois. Cette situation suscite la colère des industriels, qui exigent, aujou’d’hui, un nouvel accord.

Face à l’appel au boycott des produits français lancé le 26 octobre par le président turc Recep Tiyyip Erdogan, nombre de commerçants marocains n’ont pas caché leur colère. " C’est plutôt eux qu’on devrait boycotter ! Depuis que les Turcs sont arrivés, ils vendent leurs marchandises à des prix imbattables et nous, on est mis sur le carreau ", déplore Ahmed Yassir, un vendeur de céramique de 52 ans.

La chaîne de supérettes bon marché BIM, du milliardaire Mustafa Latif Topbas, un proche de M. Erdogan, a installé 531 magasins de 2009 à ce jour, avec comme conséquence, la fermeture de 60 commerces locaux, pour un point de vente BIM installé, d’après le ministère de l’Industrie, relayé par Le Monde, soulignant que la Turquie était même parvenue en 2014, à déjouer la tentative du Maroc, de lui imposer des mesures anti-dumping, devant l’Organisation mondiale du Commerce (OMC). Nous y sommes allés la fleur au fusil de manière extrêmement naïve ", regrette Karim Tazi, président de la commission environnement des affaires à la Conférence générale des entreprises du Maroc (CGEM).

Après de vives négociations, Rabat a obtenu un compromis en signant un amendement à l’ALE, validé le 8 octobre par le Conseil du gouvernement. Au nombre des mesures, les produits de textile turcs, payeront désormais des droits de douane de 36% et une liste de 1 200 produits seront exclus de l’ALE. " Cette révision est nécessaire, mais ne sera pas suffisante, si les autorités turques continuent de dévaluer la livre et de subventionner leurs producteurs " prévient Fatima-Zohra Alaoui, directrice générale de l’association marocaine des industries du textile et de l’habillement (Amith).

Mais, pour redevenir compétitif et attirer les investisseurs, " il faut avant tout recréer le tissu industriel", a indiqué Rodolpho Pedro, l’homme d’affaires suisse, patron d’une usine de délavage et de teinture écologique à Casablanca.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Textile - Coopération - Accord de libre échange - Emploi - Turquie - Industrie

Aller plus loin

L’accord de libre-échange entre le Maroc et la Turquie entre en vigueur

La loi réformant l’accord de libre-échange (ALE) entre le Maroc et la Turquie est entrée en application. C’est ce que confirme le Bulletin officiel du 13 mai 2021.

Accords de libre échange : la nouvelle stratégie du Maroc

Le Maroc adopte une nouvelle stratégie de politique commerciale. Le royaume rééquilibre ses accords de libre échange avec ses partenaires, notamment la Turquie et l’Égypte.

Erdogan boude-t-il Mohammed VI ?

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, est en tournée sur le continent africain. Seulement, une visite au Maroc n’est pas inscrite à son agenda.

Le Maroc veut faire la part belle au "made in Morocco"

Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, souhaite la relance des unités industrielles, après cette crise sanitaire. Il s’agit de préserver l’activité industrielle et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc, futur grand de l’industrie de batteries pour véhicules électriques

Le Maroc dispose des atouts nécessaires pour créer une industrie de batteries pour véhicules électriques. D’ores et déjà, le royaume a engagé des négociations avec certains fabricants dans ce sens.

Les Marocains partiront à la retraite plus tard

Le Maroc s’est engagé dans la voie de réforme de son système de retraite visant à rétablir l’équilibre financier des régimes. Et l’une des principales dispositions du nouveau texte est le relèvement de l’âge de départ à la retraite à 65 ans. La...

Spirit Aerosystems renforce ses effectifs marocains

Après une pause en 2021, les recrutements ont repris au Maroc chez l’Américain Spirit Aerosystems, leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Déjà de dizaines de personnes recrutées.

Mémorandum d’entente entre l’ONEE et la société israélienne Mekorot

L’Office national de l’eau et de l’électricité (ONEE) et son homologue israélien Mekorot ont signé, jeudi à Marrakech, un mémorandum d’entente portant sur les projets de développement et d’assainissement de l’eau potable.

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.

L’automobile, pilier des exportations marocaines

Le secteur automobile continue de booster les exportations marocaines, avec des ventes atteignant déjà 57 milliards de dirhams lors des cinq premiers mois de cette année.

Le Maroc et Israël consolident leur coopération dans le secteur des transports et de la Logistique

Une délégation marocaine composée d’acteurs clés du secteur des transports et de la logistique a effectué une visite de travail de trois jours à Tel-Aviv, et ce pour consolider la coopération entre le Maroc et Israël dans le secteur de la logistique.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.