Affaire Mila : Ségolène Royal refuse "de parler de la laïcité sur des propos d’une adolescente"

4 février 2020 - 15h00 - France - Ecrit par : G.A

La jeune Mila, criblée d’injures et de menaces de mort sur les réseaux sociaux, pour avoir insulté l’islam, continue d’alimenter le débat sur le respect des religions. L’ancienne ministre française de l’Environnement, Ségolène Royal, s’est montrée très critique, dimanche, à l’égard de la lycéenne, mais considère qu’on ne saurait parler de laïcité sur des propos venant d’une jeune de 15 ans.

Ségolène Royal ne souhaite pas que la jeune Mila, "une adolescente qui manque de respect", soit "érigée en parangon de la liberté d’expression". "Il y a une liberté de critiquer les religions, mais moi je refuse de poser le débat sur la laïcité à partir des déclarations d’une adolescente de 15 ans, parce que ce n’est pas à partir des comportements comme ceux-là qu’on peut poser sérieusement la question de la laïcité", a déclaré Ségolène Royal sur le plateau de l’émission de France 3, "Dimanche en politique".

Plusieurs personnalités, très impliquées sur les réseaux sociaux depuis le début de l’affaire Mila, n’ont pas tardé à réagir et critiquer les déclarations de Ségolène Royal. "Non, vous n’êtes pas Mila, Mme Ségolène Royal. Vous n’avez aucun courage. Vos contorsions renseignent uniquement sur le sens du vent", a tweeté le philosophe, Raphaël Enthoven.

"Je me suis toujours gardé de critiquer publiquement Ségolène Royal, par respect pour les années passées à militer dans son sillage. Mais le spectacle qu’elle offre depuis quelques semaines, est proprement désolant", a affirmé Amine El-Khatmi, le président du Printemps républicain.

Ségolène Royal n’est pas la première politique à susciter une polémique en réagissant à l’histoire de Mila. Cette semaine, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a plaidé une "maladresse", après avoir assimilé la critique des religions à "une atteinte à la liberté de conscience".

Il faut rappeler que le parquet avait même ouvert une enquête pour "provocation à la haine à l’égard d’un groupe de personnes, en raison de leur appartenance à une race ou à une religion déterminée" qui, finalement, sera classée sans suite.

Les enquêteurs poursuivent toutefois leurs investigations pour trouver les auteurs des menaces de mort exprimées à l’encontre de la jeune fille qui a porté plainte.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Religion - Menaces - Islamophobie - Islam

Aller plus loin

Trois ans de prison pour l’homme qui avait menacé de mort Mila

La cour d’appel d’Agen a condamné l’homme qui avait menacé Mila de mort dans une vidéo à 3 ans de prison, confirmant ainsi le jugement rendu par le tribunal correctionnel...

Un an de prison pour avoir menacé de mort Mila

Encore des menaces pour Mila, l’adolescente de l’Isère, prise à partie pour avoir vivement insulté l’islam. Un jeune homme âgé de 20 ans a été condamné à un an de prison avec...

Affaire Mila : le CFCM contraint de réagir encore

Les propos tenus par le président de l’Observatoire de lutte contre l’islamophobie du CFCM, Abdallah Zekri, sur l’affaire " Mila ", continue de faire des vagues. Raison pour...

Propos islamophobes : Mila fait son mea–culpa et porte plainte contre l’extrême droite

L’adolescente de 16 ans et originaire de l’Isère, auteure d’une vidéo islamophobe, relayée abondamment sur les réseaux sociaux, a fait son mea–culpa suite à ses propos. Elle a...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les sites pour adultes cartonnent pendant le ramadan

Les Marocains sont friands des sites pour adultes pendant ce mois de ramadan. À quel moment visitent-ils ces sites ?

Ramadan 2023 : le Maroc va envoyer 400 prédicateurs à l’étranger, surtout en Europe

Interpelé sur « l’encadrement religieux des MRE », le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a déclaré que le gouvernement a pris ses dispositions pour que durant le mois de ramadan, cette opération ait finalement lieu après...

Maroc : voici la date de l’Aid Al Mawlid Annabaoui

Le mois de Rabie-I 1445 de l’hégire débutera le dimanche 17 septembre 2023 et Aïd Al Mawlid Annabaoui célébré le jeudi 28 septembre, a annoncé le ministère des Habous et des affaires islamiques.

Le hijab sur les podiums, témoignage de Mariah Idrissi

La Londonienne d’origine pakistanaise et marocaine Mariah Idrissi, premier mannequin en hijab à prendre part à une campagne publicitaire, se dit persuadée que malgré certaines pressions, la mode pudique va continuer à se développer.

Maroc : les discours radicaux dans les mosquées inquiètent

La députée du parti Fédération de la Gauche démocratique, Fatima Tamni, a interpelé le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, au sujet de l’exploitation des tribunes des mosquées pour diffuser des discours radicaux contre les...

Voici la date du début du ramadan en France

Le Conseil Français du culte Musulman (CFCM) a annoncé il y a quelques jours la date du début du mois de ramadan en France, selon des critères adoptés en 2013.

Officiel : l’Aid Al Fitr en Belgique ce vendredi

L’aïd al fitr sera célébré ce vendredi 21 avril 2023 en Belgique, vient d’annoncer l’Exécutif des Musulmans de Belgique. Voici le communiqué complet :

Nouhaila Benzina : un hijab par amour

La Marocaine Nouhaila Benzina pourrait être la première footballeuse de l’histoire à jouer avec un hijab, si elle monte sur le terrain lors du match contre la Corée du Sud en Coupe du monde féminine, prévu ce dimanche.

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...