Changement de la perception des agriculteurs français, soutiens du RN, sur les saisonniers marocains

2 décembre 2022 - 10h20 - France - Ecrit par : S.A

Les agriculteurs français continuent de se tourner vers le Maroc pour pallier la pénurie de main-d’œuvre. Ceux qui sont des soutiens du Rassemblement national (RN) et qui n’hésitent pas à évoquer un problème d’immigration commencent à changer leur perception sur les saisonniers marocains.

« J’embauche de la main d’œuvre étrangère parce que je n’ai personne d’autre. Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas voter Rassemblement national et faire venir des étrangers pour travailler », a déclaré à Radio France Pascal, 57 ans, fils d’agriculteurs, maraîcher dans le Lot-et-Garonne, et par ailleurs un des soutiens du Rassemblement national. Il leur délivre des contrats de travail, leur permettant d’obtenir un titre de séjour. Ces saisonniers étrangers l’aident à augmenter ses rendements. Il estime toutefois qu’il y a un problème d’immigration en France. « Le but c’est d’arrêter cette immigration abusive qui fait rentrer des étrangers en France qui viennent que pour le social ».

À lire : Les agriculteurs français redoutent une pénurie de saisonniers marocains

Tout comme Pascal, David, 40 ans, agriculteur en Charente-Maritime emploie des saisonniers étrangers. Il s’occupe de l’exploitation familiale. La surface cultivée est passée de 110 hectares à 400 hectares aujourd’hui. Après le départ à la retraite de son père, il a lancé une offre sur Pôle emploi pour avoir une personne supplémentaire pour gérer l’exploitation. Aucune candidature reçue. « C’est le Français qui ne veut pas aller ramasser le blé. Donc faut pas se plaindre si les étrangers sont là », fait-il observer.

À lire : Les ouvriers marocains, une main d’œuvre précieuse pour les vignerons corses

Il réussit à recruter par le biais d’un agriculteur habitué à faire appel depuis plusieurs années à des travailleurs saisonniers étrangers Athmane, 36 ans, issu d’une famille d’agriculteurs au Maroc. Depuis, il n’est plus vraiment en accord avec certaines valeurs de l’extrême droite. Pour David, point besoin de protéger la France avant de faire entrer de la main-d’œuvre étrangère. Le saisonnier marocain et lui ont développé une relation amicale, laquelle est à l’origine de son changement d’opinion ou de perception sur l’embauche des saisonniers étrangers.

A lire : En l’absence de saisonniers marocains, des agriculteurs français s’inquiètent pour leur production

« Sa mentalité m’a fait me remettre en question sur beaucoup de choses. Qu’est-ce qui est important dans la vie ? Je ne pensais vraiment pas m’attacher et mettre le salarié au cœur de l’exploitation comme ça. »

Sujets associés : France - Agriculture - Immigration

Aller plus loin

France : du changement dans le recrutement des saisonniers marocains

À l’initiative de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricole (FNSEA), 1200 saisonniers marocains ont été recrutés en 2022 pour Lot-et-Garonne, le...

Bloqués en Corse, des saisonniers marocains en colère contre les autorités marocaines

Suite à la prolongation de la suspension de tous les vols de passagers de et vers le Maroc jusqu’au 31 janvier 2022, 300 travailleurs agricoles saisonniers marocains se...

Ces Marocains indispensables à la clémentine corse

Les saisonniers marocains constituent une main-d’œuvre qualifiée et précieuse pour la Corse qui produit des clémentines à grande échelle. Ils sont actuellement dans les champs...

Les agriculteurs français redoutent une pénurie de saisonniers marocains

À l’heure où la France durcit les restrictions sanitaires, les chefs d’exploitation agricole craignent une pénurie de saisonniers étrangers notamment marocains pour les récoltes...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des stations de dessalement pour sauver l’agriculture

Le ministère marocain de l’Agriculture a adopté le dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation. Dans cette dynamique, le département de Mohamed Saddiki a prévu la construction de nouvelles stations de dessalement dans certaines zones agricoles.

Agriculture : appel au renforcement de la coopération entre le Maroc et Israël

Le ministre israélien de l’Agriculture appelle le Maroc et l’État hébreu à s’investir davantage dans le développement du secteur agricole à travers la signature d’accords de partenariat.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

L’amande américaine écrase la concurrence marocaine

L’amande américaine a la cote au point de dominer le marché local au détriment de l’amande marocaine. Conséquence : le Maroc peine à écouler son produit pourtant meilleur que celui qui est importé.

L’OCP s’empare de 50% de l’espagnol GlobalFeed

L’Office Chérifien des Phosphates (OCP) confirme avoir réussi l’acquisition de 50 % du capital de la firme espagnole GlobalFeed. Cette transaction a été réalisée en partenariat avec l’entreprise d’engrais Fertinagro Biotech, également basée en Espagne.

« La question migratoire est au cœur d’une nouvelle diplomatie offensive du Maroc »

Emmanuel Dupuy, président de l’Institut prospective et sécurité en Europe affirme que la question migratoire est au cœur d’une nouvelle diplomatie offensive du Maroc qui a adopté une nouvelle stratégie face à l’Europe.

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).