Le prénom amazigh Anir refusé au Maroc

17 février 2014 - 18h02 - Maroc - Ecrit par : J.L

Un père de famille de Casablanca n’a pas réussi à inscrire son petit garçon auquel il a donné le prénom "Anir", dans les registres de l’Etat civil d’une annexe administrative d’Aïn Borja, à Casablanca, sous prétexte que le prénom ne figurait pas sur la liste des prénoms autorisés au Maroc.

Malgré la reconnaissance de l’Amazigh en tant que langue officielle au Maroc par la nouvelle Constitution, des officiers d’Etat civil interdisent encore certains prénoms amazighs, dénonce un communiqué de l’Observatoire Amazigh des Droits et Libertés.

Pour Mohamed Daghour, père de l’enfant dont le prénom a été refusé, cette mesure est un "comportement raciste", contraire aux dispositions contenues dans la Constitution votée à l’unanimité par le peuple marocain en 2011. "Anir" veut dire "ange" en langue amazighe.

Jusqu’en 2013, plusieurs parents ont vu leur demandes d’inscription rejetées par les services de l’état civil à travers le pays, parce que les prénoms choisis ne figuraient pas sur la liste des prénoms du ministère de l’Intérieur.

Pourtant, le ministère de l’Intérieur a, à plusieurs reprises, démenti l’existence même de cette liste de prénoms, que ses services nomment "Al kashaf". De plus l’année dernière, alors que Mohand Laenser était encore au gouvernement, il avait, dit-il, envoyé une circulaire à tous les officiers leur demandant de faire preuve de souplesse.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Amazigh - Casablanca - Droits et Justice - Mohand Laenser - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Encore un prénom amazigh interdit au Maroc

Malgré les promesses faites par le gouvernement et la constitution de 2011 qui garantie une stricte égalité entre Marocains, les autorités viennent une nouvelle fois d’interdire...

Prénoms amazighs : le ministère de l’Intérieur dément toute discrimination

Face à la multiplication des affaires des communes refusant d’inscrire les prénoms amazighs, le ministère de l’Intérieur vient de réagir, balayant toute supposée discrimination...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

La chanteuse Fatima Tabaamrant menacée par un salafiste

Alors qu’elle fait l’objet d’attaques verbales de la part d’un prédicateur salafiste, l’icône de l’art amazigh, Fatima Tabaamrant, ancienne députée RNI, vient de recevoir le soutien du parti d’Aziz Akhannouch.

Maroc : moins de français dans les administrations

Les Marocains souffrent de la prédominance de la langue française dans les transactions informatiques des administrations marocaines. Tel est le constat fait par le groupe parlementaire du Rassemblement national des Indépendants (RNI), qui appelle la...

Maroc : de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch franchit de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh, mais des efforts considérables restent à fournir pour que la langue retrouve sa place qui lui est échue.

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...