Bientôt une loi sur les prénoms amazighs ?

6 février 2013 - 22h18 - Maroc - Ecrit par : L.A

Des députés socialistes devraient déposer une proposition de loi ayant pour but d’éviter les abus des fonctionnaires de l’état civil sur les prénoms amazighs. L’USFP, parti d’opposition, propose ainsi des amendements aux articles 20 et 21 de la loi n°37-99 relative à l’état civil, rapporte Libération.

A l’article 21 serait ajouté la phrase suivante : "L’officier de l’état civil ne peut refuser le prénom choisi par la personne faisant la déclaration de naissance en vue de l’inscription sur les registres de l’état civil tant que ce prénom n’est pas en contradiction avec le premier paragraphe de l’article", selon lequel le prénom choisi "doit présenter un caractère marocain et ne doit être ni un nom de famille ni un nom composé de plus de deux prénoms, ni un nom de ville, de village ou de tribu, comme il ne doit pas être de nature à porter atteinte aux bonnes mœurs ou à l’ordre public".

Dans l’article 20, qui concerne le nom de famille, serait supprimé le deuxième paragraphe qui annonce que "Si le nom de famille choisi est un nom de chérif, il en sera justifié par une attestation du Naquib des chorfas correspondant ou, à défaut de Naquib, par un acte adoulaire(Lafif)".

Depuis l’arrivée de Benkirane à la tête du gouvernement, le Réseau amazigh pour la citoyenneté "Azetta -Amazigh", a fait état de douze refus de prénoms amazighs au Maroc et à l’étranger.

En septembre dernier, Mohand Laenser, ministre de l’Intérieur, avait démenti l’interdiction de prénoms amazighs par son département. Il avait qualifié les refus dans certains consulats marocains en Europe d’exceptions, en raison de l’étrangeté où de la signification des prénoms choisis.

Une de nos sources avait contredit cela en nous affirmant que les bureaux d’Etat civil devaient consulter à chaque demande de prénom, "Al Kachaf", une base de données de prénoms autorisés par le ministère de l’Intérieur.

Le ministère de l’Intérieur dément depuis des années l’existence d’une liste de prénoms interdits établie par ses services. La subtilité est là puisqu’il s’agit officiellement d’une "liste de prénoms autorisés", établie en 1996 par Driss Basri, et annulée par Dahir en 2002. Sur le site du ministère dédiés aux consulats et ambassades, cette "Liste des prénoms approuvés par le Ministère de l’intérieur" est d’ailleurs mentionnée dans la procédure de déclaration de naissance.

• Voir les prénoms féminins autorisés au Maroc
• Voir les prénoms masculins autorisés au Maroc

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Amazigh - Lois - Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) - Mohand Laenser - Liste des prénoms marocains - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Prénoms amazighs : le ministère de l’Intérieur dément toute discrimination

Face à la multiplication des affaires des communes refusant d’inscrire les prénoms amazighs, le ministère de l’Intérieur vient de réagir, balayant toute supposée discrimination...

Encore un prénom amazigh interdit au Maroc

Malgré les promesses faites par le gouvernement et la constitution de 2011 qui garantie une stricte égalité entre Marocains, les autorités viennent une nouvelle fois d’interdire...

Ces articles devraient vous intéresser :

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Safi : le maire s’octroie un garage en douce, la colère gronde

Le président de la commune urbaine d’Asfi a construit sans autorisation préalable un garage souterrain pour sa maison de deux étages, en chantier dans le quartier Miftah Al Rahma, suscitant l’indignation et la colère des résidents et des défenseurs des...

Les députés marocains s’intéressent aux autoroutes

Une mission d’information dédiée aux autoroutes devrait être bientôt créée. Les groupes de la majorité et l’Union socialiste des forces populaires (USFP) n’attendent que le feu vert du bureau de la Chambre des représentants.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

La chanteuse Fatima Tabaamrant menacée par un salafiste

Alors qu’elle fait l’objet d’attaques verbales de la part d’un prédicateur salafiste, l’icône de l’art amazigh, Fatima Tabaamrant, ancienne députée RNI, vient de recevoir le soutien du parti d’Aziz Akhannouch.

Le Maroc renforce le contrôle des locations Airbnb

En collaboration avec les ministères du Tourisme et de l’Intérieur, les services de contrôle de l’Office des changes mènent un vaste audit des transferts internationaux pour la location de résidences touristiques via la plateforme Airbnb.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.