Attentats de Catalogne : réduction de peine pour deux Marocains

14 juillet 2022 - 19h16 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le tribunal de grande instance de l’Audience nationale a annoncé mercredi la réduction de peine de dix ans de deux des trois condamnés du double attentat qui a fait 16 morts en Catalogne en 2017.

La juridiction espagnole, compétente pour traiter des affaires de terrorisme, a réduit la peine de l’Espagnol d’origine marocaine, Mohamed Houli Chemlal, 25 ans, de 53 à 43 ans, et du Marocain Driss Oukabir, 33 ans, de 46 à 36 ans. Les deux hommes, condamnés pour appartenance à une organisation terroriste, détention et fabrication d’explosifs, avaient fait appel de cette décision, rappelle La Nacion.

Les mis en cause purgeront une peine effective qui ne dépassera pas 20 ans de prison, tel que décidé par le tribunal de première instance en mai 2021, précise le tribunal de l’Audience nationale dans un communiqué. Quant au troisième condamné, Said Ben Iazza, qui a fourni le véhicule et la documentation aux deux autres, sa peine a été maintenue à 8 ans de prison. Iazza a obtenu une libération conditionnelle en septembre 2021, après avoir purgé la moitié de sa peine.

À lire : Attentats de Barcelone : trois Marocains condamnés à de lourdes de peines

Selon l’acte d’accusation, le groupe terroriste était endoctriné par Abdelbaki Es Satty, un imam marocain de 44 ans. La première attaque a eu lieu le 17 août sur l’avenue Las Ramblas à Barcelone. Un camion a renversé des passants, tuant 14 personnes, des touristes étrangers pour la plupart. Dans sa fuite, le chauffeur du camion, le Marocain Younes Abouyaaqoub, a tué une autre personne pour voler sa voiture. Quelques jours plus tard, il a été abattu par les forces de l’ordre.

Quelques heures après l’attentat à Las Ramblas, cinq autres membres de cette organisation terroriste ont perpétré un deuxième attentat, à la station balnéaire de Cambrils, à 100 km au sud de la capitale catalane, renversant plusieurs personnes avec leur véhicule et poignardant mortellement une femme. Ils ont été tués par la police. Les deux attentats ont été revendiqués par l’État islamique.

Sujets associés : Espagne - Terrorisme - Droits et Justice - Etat islamique - Daech - Attentat de Barcelone

Aller plus loin

Attentats de Barcelone : un Marocain injustement détenu, libéré quatre ans plus tard

La justice espagnole vient d’ordonner la restitution à Salh El Karib, le propriétaire d’une téléboutiqueà Ripoll qu’auraient fréquenté les auteurs des attentats de Barcelone,...

Emprisonné injustement, un Marocain porte plainte contre l’Etat espagnol

Le Marocain Farid Hilali, qui était en détention préventive au Royaume-Uni, a été réclamé par la justice espagnole pour son implication présumée dans les attentats du 11...

Attentats de Catalogne : condamné, Driss Oukabir sera extradé au Maroc

Le ministère de l’Intérieur espagnol a validé l’extradition de Driss Oukabir, condamné à 36 ans de prison pour les attentats terroristes du 17 août 2017 en Catalogne pour qu’il...

Moussa Oukabir, terroriste présumé de l’attentat de Barcelone

La police espagnole est activement à la recherche de Moussa Ouakbir, l’auteur présumé de l’attaque qui a fait 13 morts et une centaine de blessés hier à Barcelone.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Le Maroc renforce son dispositif légal de lutte contre le terrorisme

Afin de lutter efficacement contre le terrorisme, le Maroc a décidé de renforcer son dispositif national en se dotant d’un centre national de traitement des informations relatives aux passagers et aux vols aériens.

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.