Avocat marocain : Récolte exceptionnelle mais à quel prix ?

1er janvier 2024 - 08h30 - Economie - Ecrit par : S.A

Malgré la sécheresse qui a touché l’extrême nord-ouest du Maroc, les producteurs marocains d’avocats s’attendent à une récolte exceptionnelle cette saison.

Le Maroc s’achemine vers une augmentation de 2 % de la production d’avocats pour la saison (octobre-avril). La production d’avocats à travers le pays pour cette saison pourrait atteindre 60 000 tonnes contre 40 000 tonnes l’année dernière (90 % de variété Hass), affirme Abdellah Elyamlahi, président de l’Association marocaine des exportateurs d’avocats auprès de l’AP. Mohamed Lakchouch, producteur à Larache, au nord-ouest du Maroc, confirme l’augmentation de la production. Avec sa ferme d’avocatiers d’environ 10 hectares, il affirme avoir produit cette année 90 tonnes d’avocats Hass, soit une augmentation de 30 % par rapport aux trois dernières années.

À lire : Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Elyamlahi explique cette hausse de la production : « La région nord du Maroc connaît des précipitations et dispose d’importantes réserves d’eau, contrairement au sud du Maroc, comme Agadir et le Sahara. 20 % de l’augmentation de la production est due à la croissance des exploitations agricoles. » Lakchouch attribue, lui, l’augmentation de la production d’avocats dans sa ferme à plusieurs facteurs. « J’avais de jeunes arbres. Il est donc normal que la production augmente chaque année. Il y a d’autres facteurs qui jouent un rôle dans l’augmentation de la production, par exemple l’absence de verglas, de températures élevées et de vent également. Avec la présence de conditions climatiques appropriées, la production augmente. »

À lire : L’avocat marocain fait chuter les prix en Europe

Selon Mustapha Laissate, chercheur en environnement à Rabat, il s’avère nécessaire de réglementer les exploitations agricoles. « L’État a désormais développé une stratégie pour faire face à la pénurie d’eau. Dans ce contexte, il est nécessaire de réglementer la culture de ces types d’arbres, ainsi que des pastèques, qui doivent se trouver dans des zones caractérisées par une eau abondante, comme le bassin de Lookkos et la région du Gharb », analyse-t-il. Il ajoutera : « Cependant, leur présence est difficile dans les zones où nous avons besoin d’eau potable et où se trouvent le bétail et les usines, afin d’éviter un déséquilibre des ressources en eau qui devrait couvrir d’autres zones ».

À lire : Le Maroc, 11e producteur mondial d’avocat

La production augmente, mais le Maroc fait face à une difficulté importante. Selon les explications d’Elyamlahi, les avocats de cette année sont plus petits. Par conséquent, ils sont moins compétitifs sur les marchés internationaux. « Il y a des problèmes qui accompagnent l’augmentation de la production, à savoir la petite taille du fruit. […] C’est ce qui a affecté la commercialisation à l’heure actuelle, car au cours de ces mois, il y a un groupe de pays qui ont la même taille (uniforme) d’avocats qui sont ensuite exportés vers le principal marché vers lequel le Maroc exporte, qui est l’Europe. »

À lire : Le Maroc exporte chaque année 25 000 tonnes d’avocat

« Les grandes quantités d’avocats qui se trouvent encore au Maroc, si elles s’accumulent, cela entraînera des résultats néfastes, comme une baisse des prix et l’impossibilité de les exporter ou de les exporter à bas prix, et ce n’est pas une question saine et durable », ajoute-t-il.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Eau - Agriculture - Météo Maroc

Aller plus loin

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse...

Le Maroc exporte chaque année 25 000 tonnes d’avocat

Le Maroc enregistre depuis quelques années une progression constante de la production d’avocats. Les nombreux vergers d’avocatiers apparus ont porté la culture de cette année à...

Le Maroc, 11e producteur mondial d’avocat

Au titre de la saison 2021-2022, le volume d’exportation d’avocats cultivés au Maroc devrait augmenter pour atteindre les 40 000 tonnes, soit 15 à 20 % de plus que l’exercice...

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des importations européennes de phosphate provenaient du royaume.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Maroc : la question des dattes algériennes arrive au parlement

Le groupe Haraki à la Chambre des Représentants a interpellé le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sidiki, sur les dattes notamment d’origine algérienne qui ont inondé le marché marocain avant le début du mois de ramadan.

Maroc : les exportations d’huile d’olive ont augmenté de 47 % à fin août

Le volume des exportations marocaines d’huile d’olive a doublé par rapport à 2021, atteignant 13 200 tonnes en volume à fin août et 456 millions de dirhams en valeur, soit une hausse de 47 %.

Des prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines ce mardi

Face à la rareté des pluies, le roi Mohammed VI a une nouvelle fois ordonné l’accomplissement de prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines.