Harhoura : bastion de drogue, de la débauche et du narguilé ?

29 avril 2021 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : J.D

Une vingtaine de jeunes ont été arrêtés par la gendarmerie dans une résidence privée à Harhoura, près de Rabat. Il leur est reproché la consommation de drogue, le rassemblement et la violation de l’état d’urgence sanitaire.

D’après les informations du journal Al Akhbar, ces individus au nombre de 20, tous de sexe masculin, ont été surpris par une patrouille mixte des autorités locales et des services de la gendarmerie royale, dans une villa aménagée sise à Casino plage, où ils consommaient clandestinement le narguilé (chicha).

Toujours selon le journal, sur ordre du Parquet, la quasi-totalité des personnes arrêtées, à l’exception du locataire de la villa, ont été relâchées après que les éléments de la gendarmerie ont relevé l’identité de chacun. Le locataire ayant été placé en détention préventive puis déféré devant le procureur du roi pour « aménagement d’un lieu de consommation clandestin de narguilé et de drogue et non respect des dispositions de l’état d’urgence sanitaire ».

Al Akhbar fait remarquer que les brigades mixtes ont multiplié les descentes dans la zone depuis le début du mois sacré de Ramadan suite aux plaintes des voisins du quartier signalant des tapages nocturnes et des mouvements incessants de personnes étrangères à leur quartier. En violation de l’état d’urgence en vigueur de 20 heures à 6 heures, des jeunes migrent essentiellement de Rabat et de Témara pour des villas de location aménagées servant de lieux de rencontres avec sexe, consommation de drogue et narguilé, dénonce par ailleurs la même source. Deux jeunes âgés de 27 et 19 ans ont même été arrêtés dans la zone pour vol qualifié avec utilisation d’armes. Ils appartiennent à un gang criminel dont les autres membres sont recherchés, révèle le quotidien.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Drogues - Criminalité - Harhoura - Sexualité - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Arrestation - Etat d’urgence au Maroc

Aller plus loin

Une grande quantité de drogue détruite à Casablanca

Une opération de destruction d’une quantité importante de drogue et de plusieurs produits de contrebande, a eu lieu ce jeudi à la décharge de Médiouna, dans la banlieue de...

Marrakech : un élu du PJD en garde à vue pour violation de l’état d’urgence sanitaire

Les services de la gendarmerie de Tassoultante ont interpellé puis placé en garde à vue un élu du Parti de la justice et du développement (PJD), propriétaire d’un café à chicha...

Île-de-France : saisie de plus de 17 tonnes de tabac à narguilé importées depuis le Maroc

En Île-de-France, les services douaniers ont procédé à la saisie de plus de 17 tonnes de tabac à narguilé qui seraient importées par bateau depuis le Maroc. Le Service...

Maroc : la société civile en croisade contre les cafés à chicha

Face à la prolifération des cafés à chicha à El Hajeb, les acteurs de la société civile dénoncent ce fléau qui présente de sérieux dangers sur la santé des jeunes. Ils appellent...

Ces articles devraient vous intéresser :

Casablanca : les taxis en colère contre les ... motos-taxis

Certaines applications dont “InDrive” ont commencé à proposer des services de transport de passagers à moto dans certaines villes comme Casablanca. Les professionnels du secteur s’insurgent contre cette nouvelle pratique et appellent les autorités à...

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Taxis au Maroc : Fini les arnaques ?

Au Maroc, de nombreuses licences ont été retirées aux chauffeurs de taxi qui ne sont pas en règle. Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, assure que son département s’évertue à soutenir et à accompagner diverses initiatives visant à moderniser les...