Il est temps d’amnistier les petits cultivateurs de cannabis au Maroc

30 avril 2021 - 17h20 - Maroc - Ecrit par : J.K

Alors que le Maroc est en passe de légaliser l’usage du cannabis, de nombreuses personnes estiment que les cultivateurs représentent un danger pour la société. Ce n’est pas le cas d’Omar Balafrej.

Intervenant lors des débats à l’Hémicycle, portant sur le projet de loi N° 13.21 lié à l’exploitation légale du cannabis, Omar Balafrej suggère que les petits cultivateurs de cannabis doivent être amnistiés. Pour lui, « le Maroc n’en sera que plus grandi, à condition d’ouvrir le dialogue et de bannir les tabous, cause des différends existant entre nous ». Déjà, le mercredi 28 avril, au cours d’une séance plénière de la Commission de l’Intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville, au sein de la Chambre des représentants, le député de la Fédération de la gauche démocratique (FGD) a proposé « de tourner définitivement la page de ce dossier et d’aller de l’avant », puisque, à ses yeux, ce problème devrait être réglé depuis la période post-indépendance au Maroc.

Que la légalisation du cannabis subisse tant d’écueils, la raison incombe au Maroc lui-même, constate Balafrej. « Existe-t-il au monde un pays qui possède une plante faisant partie de son patrimoine et qui la pénalise ? ». « Si nous remarquons qu’une loi est enfreinte par un grand nombre, il faut alors trouver une solution en l’amendant », préconise-t-il, soulignant que la non-normalisation de la culture du cannabis dans le royaume est source de plusieurs problèmes. À titre d’exemple, « nous confondons aisément le petit cultivateur avec le grand baron qui brasse des milliards en Europe. Et nous ne progresserons que si nous instituons des lois en conformité avec notre propre réalité ! », a-t-il conclu.

Sujets associés : Droits et Justice - Lois - Cannabis - Omar Balafrej - Parlement marocain

Aller plus loin

Maroc : en attendant la loi, les cultivateurs de cannabis entre espoir et réserve

Traditionnellement cultivé depuis des siècles dans la clandestinité au Maroc, le cannabis fait objet d’une procédure législative devant autoriser son usage médical et...

La légalisation du cannabis au Maroc va accroître les revenus des agriculteurs

Les agriculteurs marocains de cannabis verront leurs revenus s’accroître si le parlement venait à entériner l’actuel projet de loi relatif aux usages licites du produit...

Maroc : appel pour amnistier les cultivateurs de cannabis

Débattre dans les plus brefs délais, de la proposition de la loi relative à « l’amnistie générale » au profit des cultivateurs du cannabis dans le Rif. Tel est le vœu exprimé...

Légalisation du cannabis : voici les revendications des petits cultivateurs

Les cultivateurs du cannabis des provinces d’Al Hoceima et de Chefchaouen ont décidé de fédérer leurs énergies pour défendre leurs droits, en attendant la promulgation de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.