Les cent jours de Benkirane

27 février 2012 - 17h13 - Ecrit par : Jalil Laaboudi

Plus de 2,2 millions de personnes ont voté pour le Parti Justice et Développement (PJD), et 88% des Marocains affirment faire confiance au chef du gouvernement Abdelilah Benkirane. Pourtant, jamais les cent premiers jours d’un exécutif n’auront été autant critiqués au Maroc.

Désordre et insécurité ont caractérisé les cent premiers jours du gouvernement Benkirane. Les manifestations pacifistes ont cédé la place à des protestations violentes dans plusieurs villes du pays.

Le ministre de la Justice et des Libertés Mustapha Ramid a reconnu devant le parlement l’existence de dérives sécuritaires, représentant une menace pour la vie des citoyens dans certaines régions.

Malgré cela, Abdelilah Benkirane a affirmé jeudi lors d’un Conseil de gouvernement, ne pas être prêt à céder aux pressions de la rue, faisant référence aux incidents de Taza et au dossier des diplômés chômeurs.

Une chronologie des cent premiers jours du gouvernement Benkirane réalisée par l’hebdomadaire Al Watan, révèle les maux d’un pays qui peine à s’en sortir.

Au cours de cette période, 17 procès ont eu lieu, des restrictions en matière de liberté ont été relevées, des quartiers entiers ont été rasés, le chef du gouvernement s’est attaqué à la presse, les chômeurs occupent encore les édifices publics, et 95 personnes se sont immolées par le feu d’après Mustapha Ramid.

La malchance poursuit le domaine du sport avec la sortie prématurée des Lions de l’Atlas de la Coupe d’Afrique des Nations 2012. Viennent enfin les femmes, révoltées par leur faible représentativité dans le gouvernement.

Al Watan brosse un tableau des plus pessimistes du Maroc de Benkirane, qui, pour rappel, avait été accueilli dès son retour de Midelt, où il avait été nommé chef du gouvernement, par des diplômés chômeurs devant le siège du PJD à Rabat.

Cent jours après son arrivée à la tête du gouvernement, et même avec une promesse de croissance économique de 5% et la création d’un million d’emplois au cours des cinq prochaines années, le ton des protestations monte au Maroc.

Benkirane ne semble pourtant pas prêt à céder aux pressions. Son programme est des plus ambitieux et a de plus, l’aval du Roi. Le chef islamiste promet ainsi de faire baisser l’inflation à 2% et le chômage à 8%. La création d’un fonds de solidarité destiné aux nécessiteux est également prévu.

Au siège de la primature, ceux qui ont travaillé sous d’autres gouvernements, sont unanimes. Jamais la communication n’a été aussi fluide et objective entre le Palais et un Chef de gouvernement marocain.

Tags : Manifestation - Droits et Justice - Taza - Pauvreté - Femme marocaine - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Abdelilah Benkirane - Mustapha Ramid - Immolation par le feu - Elections 2011 - Programme politique - Gouvernement marocain

Nous vous recommandons

« Le Maroc a manqué aux Français »

L’annonce de la réouverture de l’espace aérien marocain à partir du 7 février réjouit les voyagistes qui affichent un optimisme certain pour la saison printemps-été. Ils misent sur la destination Maroc pour se refaire une bonne santé financière en ces temps...

Mocro-Maffia : « Celui qui parle mourra »

La «  Mocro-Maffia  » sème la terreur aux Pays-Bas. Plusieurs hommes politiques, avocats et journalistes néerlandais ont été déjà la cible de ces organisations mafieuses marocaines. Dernière personnalité en date  : le Premier ministre, Mark...

Le chirurgien Hassan Tazi visé par de nouvelles plaintes

De nouvelles plaintes ont été déposées contre le propriétaire de la clinique Chifaa El Hassan Tazi, célèbre chirurgien esthétique casablancais, en détention provisoire à la prison d’Oukacha pour notamment traite d’êtres humains et abus de...

Des entreprises du secteur automobile quittent l’Ukraine pour le Maroc

L’invasion russe en Ukraine pousse certaines entreprises de l’industrie automobile à quitter ce pays, qui était le centre de gravité du secteur en Europe, pour aller s’installer au Maroc.

Les raisons du maintien de la fermeture des frontières maritimes marocaines

Quelques semaines après la réouverture de l’espace aérien marocain, les frontières maritimes marocaines demeurent fermées. Un expert évoque les raisons qui expliquent le maintien de cette décision.

Les Marocains, toujours friands de l’immobilier espagnol

Les Marocains résidant à Murcie possèdent près de 25 % des biens immobiliers appartenant à des étrangers dans la région. Presque autant que les Britanniques qui sont les champions en matière d’achat de logements dans la région, selon les données recueillies...

SDX Energy entame un second forage gazier au Maroc

La société pétrolière et gazière SDX Energy a annoncé le 19 novembre dernier, le démarrage de la deuxième phase de l’opération de forage entamée dans le nord-est du bassin du Gharb au Maroc.

Emouvant retour de Najat Vallaud-Belkacem dans son village au Maroc (vidéo)

Najat Vallaud-Belkacem, est en vacances dans sa ville natale à Béni Chiker, province de Nador. La Franco-marocaine espère un jour « pouvoir retourner vivre » dans cette ville qui l’a vu naître.

Boxe : victoires par KO des Marocains Anas et Nabil Messaoudi à Bruxelles

Les boxeurs marocains Anas et Nabil Messaoudi ont remporté vendredi leurs combats par KO à la quatrième édition du gala de boxe bruxellois « All Eyez On Brussels ».

Casablanca, ville la plus compétitive en Afrique

Casablanca confirme encore une fois sa suprématie en tant que centre financier compétitif aussi bien au niveau africain, qu’international. Casa Finance City trône à la première place financière du continent selon « Global Financial Centers Index »...