Ceuta : deux Espagnols risquent 9 ans de prison pour avoit tiré sur un Marocain

21 novembre 2021 - 17h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le procureur de Ceuta a requis neuf ans de prison contre deux Espagnols pour avoir tiré sur un mineur marocain avec un fusil, puis diffusé la scène sur les réseaux sociaux.

Les deux individus qui s’étaient cachés dans une maison située sur l’avenue de la marine espagnole, ont tiré en plein jour avec un fusil sur un mineur marocain qui marchait avec d’autres compatriotes dans la rue. L’un a enregistré la scène avec son téléphone portable, riant et proférant des insultes contre les migrants marocains, puis diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux, fait savoir El Faro de Ceuta.

À lire : Espagne : les messages de haine envers les migrants mineurs se multiplient

Le ministère public accuse les deux individus d’incitation à la haine, de discrimination et de coups et blessures. Pour le crime d’incitation à la haine, le parquet demande une peine de 4 ans de prison pour les deux prévenus, ainsi que le paiement d’une amende journalière de 12 euros sur une période de 12 mois. Il demande aussi qu’ils soient interdits d’exercer leur profession ou les métiers de l’éducation et du sport pour une période de 10 ans.

À lire : L’Unicef s’inquiète pour les mineurs marocains à Sebta

Pour le crime de blessure, le procureur demande une peine de 5 ans d’emprisonnement, au regard de la circonstance aggravante de discrimination, et le versement de 3 000 euros à titre de dommages-intérêts à la victime. Le parquet estime que les faits s’étant déroulés en pleine crise migratoire en mai dernier, provoquée par l’entrée massive des migrants marocains, les deux accusés sont coupables d’un acte de vengeance contre les migrants marocains qui errent dans les quartiers de la ville autonome.

À lire : Mineurs marocains : Ceuta craint une hausse de la criminalité

La vidéo de l’agression, devenue virale sur les réseaux sociaux, a entraîné une augmentation de la haine ou du rejet envers les migrants marocains. La victime, un mineur de 17 ans, grièvement blessée, a été transférée dans un centre de santé pour y être soigné. L’association de protection des droits de l’Homme en Andalousie (APDHA) dénonce cette agression qui viole les droits fondamentaux des mineurs qui « doivent être protégés avant tout », rappelant que certains d’entre eux ont été rapatriés au Maroc, sans assistance juridique, sans être entendus et que d’autres continuent de dormir dans la rue et d’être victimes d’agression ». Elle appelle l’État espagnol à garantir leurs droits et à assurer leur protection.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Droits et Justice - Ceuta (Sebta) - Enfant - Violences et agressions

Aller plus loin

Mineurs marocains : l’ONU dénonce une violation du droit international

L’ONU a dénoncé dimanche le rapatriement au Maroc des mineurs marocains lancé vendredi par le ministère de l’Intérieur espagnol, soulignant que ces retours « violent le droit...

Le juge alerte sur la situation dégradante des migrants mineurs à Ceuta

Le nouveau juge des mineurs, Eduardo Esteban, a dénoncé les mauvaises conditions des migrants mineurs arrivés en masse à Ceuta les 17 et 18 mai. Une situation qui certes « a...

Mineurs marocains : Ceuta craint une hausse de la criminalité

De nombreux mineurs étrangers non accompagnés (MENA), principalement des Marocains, arrivés en masse à Ceuta les 17 et 18 mai derniers, continuent de vivre dans les camps de...

L’Unicef s’inquiète pour les mineurs marocains à Sebta

Face à la situation critique que vivent les mineurs marocains non accompagnés entrés à Sebta en mai dernier, l’Unicef a insisté auprès de l’Espagne pour l’adoption de mécanismes...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un Marocain de 14 ans poignardé dans le nord de l’Espagne

Un Marocain âgé de 14 ans se trouve actuellement dans un état grave à l’hôpital après avoir été poignardé à la jambe lors d’une altercation survenue à Saint-Jacques-de-Compostelle (Nord-ouest de l’Espagne).

Immigration : l’aide européenne est « en deçà » des dépenses du Maroc

Le directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère marocain de l’Intérieur, Khalid Zerouali, a déclaré que les 500 millions d’euros d’aide de l’Union européenne pour lutter contre l’immigration illégale pour la période...

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...