Ceuta : des mineurs préfèrent vivre dans la rue que de retourner au Maroc

19 août 2021 - 13h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

De nombreux mineurs marocains continuent d’errer dans les rues de Ceuta. Malgré les conditions de vie difficiles, ils ne sont pas intéressés par un retour au Maroc et sont déterminés à rester en Espagne ou à y revenir par tous les moyens au cas où ils viendraient à être rapatriés.

Avec des marques de brûlure, des blessures et des cicatrices sur le corps, la majorité de ces mineurs vivent dans les rues de Ceuta depuis leur arrivée en mai. Ils mendient pour survivre. « Au début, ils nous donnaient beaucoup à manger, mais aujourd’hui, on en a de moins en moins », raconte à Cadenaser l’un d’eux, originaire de Tétouan et âgé de 12 ans. Pourtant, il n’est pas intéressé par un retour au Maroc.

À lire : Ceuta : des mineurs retournent dans la rue pour échapper au rapatriement

Comme lui, Ali (nom d’emprunt), un autre mineur de 15 ans, est décidé à rester en Espagne. « S’ils me rapatrient, je reviendrai en Espagne », assure-t-il. Ali confie qu’il est prêt à tout pour rejoindre son frère aîné à Algésiras le plus tôt possible. C’est pourquoi il traîne dans la zone portuaire, guettant la moindre occasion pour se faufiler dans un bateau et traverser le détroit. « Je suis un vulcanisateur. Je répare les pneus et j’aimerais continuer à travailler ici. La vie au Maroc n’est pas bonne. J’ai abandonné l’école et commencé par travailler très tôt. Ma famille ne veut pas que je revienne », confie Ali. Malgré sa situation de sans-abri, il ne désespère pas. « Ici, les choses changent tous les jours, j’ai bon espoir », a-t-il ajouté.

À lire : Ceuta : des mineurs s’évadent pour éviter un retour au Maroc

Tarek (nom d’emprunt), un autre mineur de 17 ans, ne se plaint pas aussi de vivre dans la rue. « Je me sens beaucoup mieux dans la rue que dans le centre. Là-bas, on étouffe, ils ne nous laissent même pas sortir pour respirer de l’air à la porte. C’est pourquoi je me suis échappé il y a un mois », déclare-t-il, faisant allusion au centre sportif Santa Amelia d’où 55 mineurs ont été déjà rapatriés depuis vendredi. « Mon rêve, c’est de rejoindre l’Espagne et de construire une vie meilleure », confie le jeune homme qui était accro à la drogue. « Je vis dans la rue depuis l’âge de sept ans. A Fnideq, j’ai eu des problèmes de toxicomanie et je suis passé par une très mauvaise passe. Quand je suis arrivé à Ceuta, j’ai tout arrêté. Je ne prends plus rien, j’essaye de m’améliorer », affirme-t-il. Et d’ajouter : « Je veux rester ici. S’ils me rapatrient, je reviendrai, à la nage ou par un autre moyen. Ma mère est contente que je sois ici et me demande de ne pas rentrer au Maroc ».

À lire : La justice espagnole suspend l’expulsion de certains mineurs vers le Maroc

Tarek confesse qu’il s’est également échappé du centre sportif et que plusieurs de ses amis font partie du groupe des 55 mineurs déjà rapatriés au Maroc depuis vendredi que le ministère de l’Intérieur a lancé cette opération de retours collectifs. Une opération qui viole le droit international, selon l’ONU et plusieurs organisations de défense des droits de l’homme qui ont demandé sa suspension. La justice espagnole a ordonné la suspension de ces retours, et enjoint le gouvernement de justifier le caractère légal de ces retours collectifs.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Ceuta (Sebta) - Enfant - Rapatriement

Aller plus loin

Îles Canaries : la famille d’un Sahraoui accuse les Marocains d’avoir tué son fils

La famille de Barrag, le jeune sahraoui dont le corps sans vie a été retrouvé sur la plage de Las Canteras (îles Canaries) en novembre dernier, est convaincue qu’il a été...

Ceuta : des mineurs retournent dans la rue pour échapper au rapatriement

L’opération de rapatriement des mineurs marocains lancé vendredi dernier par le ministère espagnol de l’Intérieur, a provoqué un effet inattendu. Les mineurs, de peur de...

Retour des mineurs au Maroc : le ministère de l’Intérieur espagnol se défend

Le ministère de l’Intérieur a indiqué à la justice qu’il a demandé de respecter les dispositions contenues à l’article 5 de l’accord de 2007 conclu entre l’Espagne et le Maroc,...

Ceuta : des mineurs s’évadent pour éviter un retour au Maroc

Au moins 60 mineurs marocains se sont évadés ce samedi du centre de Piniers à Ceuta pour échapper à l’opération de rapatriement en cours. La police nationale est activement à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...