Expulsion de Mineurs marocains : l’Eglise espagnole condamne

16 août 2021 - 12h20 - Espagne - Ecrit par : P. A

La Conférence épiscopale espagnole demande au gouvernement de « garantir avant tout la vie et la sécurité des mineurs », conformément aux lois nationales et conventions internationales, lesquelles exigent « leur consentement » avant tout éventuel rapatriement.

Les retours collectifs de mineurs « posent un problème grave pour les mineurs eux-mêmes », a indiqué dans un communiqué la Conférence épiscopale espagnole (CEE), exprimant sa crainte au sujet du rapatriement au Maroc des mineurs arrivés en masse à Ceuta en mai dernier. Selon l’institution, « d’un point de vue moral, éthique et juridique », la réponse aux arrivées massives « ne peut pas être des retours massifs, mais chaque cas devrait être examiné de manière personnalisée », conformément au cadre juridique national et international.

À lire : Mineurs marocains : l’ONU dénonce une violation du droit international

La Conférence épiscopale espagnole se demande en réalité si ces retours sont effectués suivant une procédure individualisée, comme le prévoient la Convention des droits de l’enfant de 1989, les traités internationaux et la loi organique 1/1996 sur la protection juridique de l’enfant et la loi organique 8/2015 sur la protection de l’enfance et de l’adolescence.

À lire : Ceuta : des ONG dénoncent les retours de mineurs sans assistance juridique

Dans son communiqué signé par Mgr José Cobo, évêque responsable du département des migrations, la CEE estime qu’il est essentiel de respecter les textes en vigueur afin de « garantir avant tout la vie et la sécurité des mineurs ». Des mineurs dont le « consentement » doit être obtenu avant tout « éventuel rapatriement », précise la CEE qui rappelle l’obligation pour les États d’origine et d’arrivée des mineurs de les protéger et de les écouter, « de leur garantir individuellement leur retour en famille lorsqu’ils en font la demande, ou leur prise en charge et leur protection lorsqu’ils découlent de situations de vulnérabilité, de mauvais traitements, de pauvreté ou d’exploitation ».

À lire : La justice espagnole ouvre une enquête sur le retour de mineurs au Maroc

« Nous craignons les fuites massives des enfants des centres d’accueil et la situation d’impuissance et d’impact sur la population qui pourrait en résulter. C’est pourquoi nous nous sommes lancés en tant qu’Église et société pour rechercher des solutions fondées sur le dialogue entre États, l’attention personnalisée et la garantie des droits, la solidarité à tous les niveaux et la sécurité de tous », a conclu la CEE dans son communiqué.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Ceuta (Sebta) - Enfant - Rapatriement

Aller plus loin

L’Unicef s’inquiète pour les mineurs marocains à Sebta

Face à la situation critique que vivent les mineurs marocains non accompagnés entrés à Sebta en mai dernier, l’Unicef a insisté auprès de l’Espagne pour l’adoption de mécanismes...

Mineurs marocains : l’ONU dénonce une violation du droit international

L’ONU a dénoncé dimanche le rapatriement au Maroc des mineurs marocains lancé vendredi par le ministère de l’Intérieur espagnol, soulignant que ces retours « violent le droit...

Ceuta : des ONG dénoncent les retours de mineurs sans assistance juridique

Plusieurs organisations de défense des droits des enfants comme No Name Kitchen, Maakum Ceuta, ELIN, Fondation Racines et Andalucía Acoge sont contre le rapatriement au Maroc,...

Ceuta : le Médiateur contre le rapatriement de mineurs marocains

Le Médiateur a demandé vendredi au ministère de l’Intérieur de suspendre l’opération de rapatriement au Maroc des mineurs non accompagnés de Ceuta. L’institution a été saisie de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.