Ceuta : des mineurs retournent dans la rue pour échapper au rapatriement

17 août 2021 - 20h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’opération de rapatriement des mineurs marocains lancé vendredi dernier par le ministère espagnol de l’Intérieur, a provoqué un effet inattendu. Les mineurs, de peur de retourner au Maroc, s’évadent des centres d’accueil pour se retrouver à errer dans les rues de Ceuta.

Les mineurs marocains préfèrent devenir des sans-abris à Ceuta que de retourner au Maroc. Redoutant leur rapatriement, ils fuguent des centres d’hébergement comme celui de Santa Amelia pour retourner dans la rue. Depuis le début de l’opération, 55 mineurs de moins de 16 ans de ce centre qui en abritait 234, ont été déjà rapatriés. Mais seulement 43 y séjournent encore, le reste s’étant évadé et errant à nouveau dans les rues, fait savoir Ceuta al dia.

À lire : Ceuta : des mineurs s’évadent pour éviter un retour au Maroc

Abdallah, 15 ans environ, fait partie de ceux qui ont réussi à s’échapper samedi du centre sportif de Santa Amelia. Désormais, il dort dans la rue et fait la manche, aux côtés de Zacharias et Hamza, deux autres mineurs âgés de 16 ans. Tous les trois sont originaires de Fnideq, précise la même source. Un autre mineur, Yahya, âgé aussi de 16 ans et originaire de Tétouan où il vivait avec sa famille avant d’arriver à Ceuta en mai, traîne aussi dans la rue depuis samedi lorsqu’il s’est évadé du centre où « les chambres sont très sales, il n’y a pas de vêtements, il n’y a pas de couvertures, il n’y a rien et ils nous font sortir dans la rue seulement une fois par semaine ».

À lire : Mineurs marocains : l’ONU dénonce une violation du droit international

Comme ces mineurs, beaucoup d’autres dorment maintenant dans la rue, généralement non loin du port de Ceuta. Une dizaine d’entre eux, tous originaires de Tétouan, se cachent depuis samedi dans la zone portuaire proche des frontières du brise-lames, fuyant la police. Certains parmi eux ont le torse nu parce qu’ils affirment s’être enfuis seulement avec ce qu’ils portaient. Oussama, 7 ans, le plus jeune du lot, porte une chemise, mais pas de chaussures. « Nous avons besoin de vêtements et de nourriture », déclare Omar, 17 ans, le plus âgé. Malgré les épreuves, ils ne comptent pas retourner dans les centres, encore moins au Maroc.

Sujets associés : Immigration clandestine - Ceuta (Sebta) - Enfant - Rapatriement

Aller plus loin

Mineurs : l’Espagne refile la patate chaude au Maroc

Le deuxième vice-président de Ceuta, Carlos Rontomé, donnant des détails sur l’opération de rapatriement au Maroc des mineurs arrivés en mai dans la ville autonome, a déclaré...

Ceuta : les mineurs marocains s’évadent des centres par peur d’être expulsés au Maroc

Depuis le lancement vendredi de l’opération de rapatriement des mineurs, les rues de Ceuta s’emplissent de plus en plus de ces garçons qui s’évadent des centres d’hébergement,...

Sebta : rapatriement massif vers le Maroc d’enfants marocains

Le rapatriement des mineurs marocains non accompagnés qui sont arrivés en mai dernier à Sebta a débuté ce vendredi, via le passage frontalier de Tarajal. Le Maroc a donné son...

Des mineurs rapatriés au Maroc reviennent à Ceuta

Quatre mineurs marocains seraient revenus à Ceuta alors qu’ils avaient été déjà rapatriés au Maroc et remis à leurs familles. La police est actuellement à leur recherche.

Ces articles devraient vous intéresser :

Immigration : l’aide européenne est « en deçà » des dépenses du Maroc

Le directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère marocain de l’Intérieur, Khalid Zerouali, a déclaré que les 500 millions d’euros d’aide de l’Union européenne pour lutter contre l’immigration illégale pour la période...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Immigration : le Maroc recevra 500 millions d’euros d’aide de l’Europe

Le Maroc recevra une enveloppe d’au moins 500 millions d’euros de la part de l’Union européenne pour renforcer ses actions dans la lutte contre l’immigration clandestine. Cette aide couvrira la période 2021-2027.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.