Les chrétiens marocains contraints de vivre leur foi en secret

14 mai 2023 - 13h10 - Maroc - Ecrit par : P. A

Les chrétiens marocains sont rejetés par leurs familles et la société. Bien que la Constitution de 2011 garantisse la liberté de conscience, la pratique d’une religion autre que l’islam sunnite est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison.

Au Maroc, pays à tradition musulmane, les Marocains chrétiens n’ont d’autre choix que de vivre selon les rites musulmans. Ils doivent nécessairement se conformer aux obligations coraniques concernant le mariage, la dot, la répudiation, la polygamie, l’héritage, etc. De la même manière, ils ne peuvent pas donner des noms de saints chrétiens à leurs enfants et doivent recevoir l’enseignement islamique, obligatoire dans toutes les écoles du royaume et à tous les niveaux. « Le pire de tout, c’est le rejet et la stigmatisation sociale auxquels nous nous exposons ; beaucoup d’entre nous ont même perdu leur emploi », confie Saïd, secrètement baptisé David, à Omnes Mag.

À lire : Rapport américain : 8000 Marocains sont chrétiens, une majorité sont Amazighs

Selon un rapport du Département d’État américain, le Maroc compterait près de 8 000 chrétiens (catholiques, orthodoxes et évangéliques), contraints de vivre leur foi en secret, chez eux, dans ce qu’ils appellent des « églises domestiques ». Il existe actuellement deux diocèses dans le royaume, dirigés par deux archevêques espagnols : le cardinal Cristóbal López Romero, salésien, responsable de l’archevêché de Rabat, et Emilio Rocha Grande, franciscain, récemment consacré archevêque de Tanger. De nombreux religieux sont présents dans les foyers, les orphelinats, les centres de promotion de la femme et autres instituts confessionnels disséminés dans le royaume. « Nous sommes ici pour montrer la beauté du christianisme à travers la charité », déclare un franciscain en service à la Croix-Blanche de Tanger.

À lire : Chrétiens du Maroc, entre persécution et tolérance

L’article 220 du Code pénal marocain prévoit des peines de six mois à trois ans de prison pour toute personne qui « Quiconque, par des violences ou des menaces, a contraint ou empêché une ou plusieurs personnes d’exercer un culte, ou d’assister à l’exercice de ce culte, est puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 200 à 500 dirhams. Est puni de la même peine, quiconque emploie des moyens de séduction dans le but d’ébranler la foi d’un musulman ou de le convertir à une autre religion, soit en exploitant sa faiblesse ou ses besoins, soit en utilisant à ces fins des établissements d’enseignement, de santé, des asiles ou des orphelinats… ».

Pourtant, Rabat a signé plusieurs traités internationaux sur les droits de l’homme qui l’obligent à respecter la liberté religieuse et de conscience de ses citoyens. « La liberté religieuse et de conscience sont indissociablement liées à la dignité humaine », insistait le Pape François, lors de sa visite à Rabat en 2019, en présence du roi Mohammed VI. « Je suis garant de la protection des juifs marocains et des chrétiens étrangers vivant au Maroc », avait répondu le monarque marocain.

À lire : Le Maroc, 31ème pays persécutant le plus les Chrétiens

« Les musulmans en général sont très respectueux des chrétiens étrangers mais, en même temps, très durs avec ceux d’entre nous qui ont abandonné l’islam, qu’on qualifie de traîtres », dénonce Hicham, chrétien et président d’une association de défense des droits de l’homme et des libertés, expliquant que « les chrétiens doivent prier en secret, de peur d’être accusés de prosélytisme, de briser la foi des musulmans ». Son association, qui n’est pas reconnue par les autorités, œuvre pour la reconnaissance des droits de toutes les minorités religieuses, y compris les musulmans chiites, ahmadis et ibadites.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Mohammed VI - Islam - Marocains chrétiens

Aller plus loin

Le Maroc, 31ème pays persécutant le plus les Chrétiens

Le Maroc détiendrait la 31ème position des pays qui persécuteraient le plus les Chrétiens dans le monde, selon un rapport de l’organisation américaine "Open Doors" pour la...

Chrétiens du Maroc, entre persécution et tolérance

Le rapport sur la persécution des chrétiens dans le monde en 2012, indique qu’aucune amélioration notable de la situation des chrétiens au Maroc n’a été notée cette année.

Tanger a un nouvel archevêque

Le Pape François a nommé mardi le franciscain espagnol Emilio Rocha Grande, archevêque de Tanger. Il remplace Santiago Agrelo, désigné il y a un an comme administrateur...

Maroc : les chrétiens marocains contraints de se marier selon le rituel musulman

Dans une quête de la bénédiction des autorités locales, les Marocains de confession chrétienne choisissent le mariage selon le rituel musulman. Plusieurs mariages chrétiens ont...

Ces articles devraient vous intéresser :

Aid Al Fitr au Maroc : vendredi ou samedi ?

Même si les calculs astronomiques tendent à définir la date de l’ Aïd Al fitr samedi 22 avril 2023 au Maroc, l’observation de la lune reste pour l’instant l’option privilégiée par les autorités religieuses marocaines.

Les Lionceaux U17 célébrés pour à retour au Maroc

Lors d’une cérémonie organisée au Complexe Mohammed VI de football, le roi Mohammed VI a félicité les Lionceaux et le staff de la sélection nationale U17, pour leur exploit exceptionnel et leur qualification à la Coupe du Monde 2023.

Michel Houellebecq s’excuse auprès des musulmans

L’écrivain Michel Houellebecq revient sur les propos dangereux qu’il avait tenus envers les musulmans lors d’une discussion entre l’essayiste Michel Onfray et lui, et présente ses « excuses à tous ceux » qui se sont sentis offensés.

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

L’Espagne « humiliée » par le Maroc, selon José Maria Aznar

L’ancien président du gouvernement espagnol, José María Aznar, a déploré jeudi à Séville le fait que Mohammed VI n’ait pas reçu Pedro Sanchez à son arrivée à Rabat, considérant cet acte du Maroc comme une « humiliation ».

Mohammed VI félicite l’AS FAR

Le Roi Mohammed VI a adressé ses félicitations aux joueuses de l’AS FAR, qui ont remporté dimanche la finale de la Ligue des Champions féminine de la Confédération africaine de football (CAF).

Ramadan 2023 : le Maroc envoie des imams en Europe

Afin d’assurer l’accompagnement et l’encadrement religieux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), la Fondation Hassan II a annoncé l’envoi en Europe de 144 universitaires, prédicateurs et récitateurs du Coran durant tout le mois de Ramadan 2023.

Officiel : l’Aid Al Fitr célébré mercredi 10 avril au Maroc

Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé ce mardi soir, après la prière d’Al Maghrib, l’observation du croissant lunaire annonçant le début du mois de Chaoual 1445 H. C’est donc officiel, l’Aïd Al Fitr 1445 sera célébré demain...

Officiel : l’Aid al fitr en France, mercredi 10 avril

La commission religieuse de la Grande Mosquée de Paris, avec plusieurs fédérations musulmanes nationales, s’est réunie pour la Nuit du Doute, ce lundi 8 avril 2024, 29ᵉ jour du mois béni de Ramadan 2024-1445/H, indique la Grande Mosquée de Paris dans...

Rentrée parlementaire : voici le discours du roi Mohammed VI

Le Roi Mohammed VI a adressé, vendredi, un discours au Parlement à l’occasion de l’ouverture de la 1ère session de la 2ème année législative de la 11ème législature. Le voici dans son intégralité