Maroc : 17 ans de prison pour avoir volé un terrain

20 novembre 2020 - 20h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

Alors que la victime d’une tentative de dépossession immobilière, attendant la décision de la justice sur la plainte qu’elle avait portée, les accusés sont sortis victorieux avec un procès qu’ils ont intenté. Mais finalement la bonne décision a été rendue par la Chambre criminelle du tribunal de première instance d’El Jadida mardi dernier.

Cette nouvelle affaire de dépossession immobilière vient de connaître une fin heureuse. Ainsi, informe le quotidien Assabah, la justice vient d’empêcher quatre individus, deux hommes et deux femmes, de déposséder une victime d’un terrain de 2 000 m², situé dans un coin stratégique de la capitale des Doukkala, en les condamnant.

Tout a commencé, explique le journal, lorsque la propriétaire du terrain se rend compte d’une tentative d’enregistrement de son bien, à la conservation foncière, au nom d’un étranger. Elle introduit une demande d’opposition et une action en justice. Mais, poursuit la même source, les suspects, ont également de leur côté engagé une action en justice contre la propriétaire du terrain, son fils et les témoins d’un acte adoulaire.

Après 25 séances et des recours réguliers à la procédure par contumace, malgré la lenteur engendrée par la crise sanitaire, le procès a finalement abouti. Ainsi, suite aux investigations menées sur demande du Parquet, les documents fournis par les suspects se sont révélés faux. De plus, les indications que portait le document, étaient celles d’un acte de vente de voiture qui avait été retiré des registres de la commune. Sans oublier que la bande avait utilisé le nom d’une société fictive pour la demande d’enregistrement du terrain à la convention foncière.

À l’issue du procès, la Chambre criminelle du tribunal de première instance d’El Jadida a ordonné que tous les faux documents utilisés dans l’affaire soient détruits, et condamné les deux principaux suspects à cinq ans de prison ferme chacun. La première complice écope de trois ans de prison ferme et la deuxième, une fonctionnaire, passera quatre ans derrière les barreaux.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Procès - Vol - Escroquerie

Aller plus loin

Maroc : un nouveau scandale immobilier à Essaouira

De très nombreux Marocains sont victimes d’un scandale immobilier dans le cadre de la réalisation d’un projet de logements économiques à Essaouira. Ils ont payé des appartements...

Scandale immobilier à Marrakech : des élus et des hauts placés impliqués

Un scandale foncier touche à nouveau la ville de Marrakech. La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) enquête sur ce sulfureux dossier impliquant des élus, des hauts...

Mehdia : arrestation d’un escroc pour vente de terrains fictifs

Les éléments de la police judiciaire du district provincial de sûreté à Mehdia, ont procédé le 20 mai dernier à l’arrestation d’un homme qui faisait l’objet d’une série de...

Spoliation foncière : une association "majoritairement composée de voleurs" dénoncée au Parlement marocain

Face au Parlement, le Directeur général de l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie, Karim Tajmouati a présenté un exposé sur le...

Ces articles devraient vous intéresser :

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...