La justice tranche dans le conflit qui oppose certains établissements du privé et les parents d’élèves

21 septembre 2020 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le tribunal de première instance de Marrakech a ordonné au directeur d’un établissement d’enseignement privé de délivrer à un élève du primaire le certificat de radiation. Ils sont nombreux ces responsables d’établissements qui refusent de laisser partir les enfants dont les parents ne se sont pas acquittés de mensualités de l’année dernière.

Le plaignant a saisi le tribunal le 27 juillet dernier et voulait que la justice l’aide à retirer auprès de l’école de son fils, le certificat de radiation, les données de pointage, le certificat scolaire de son fils, ses livres et ses fournitures scolaires. Il a expliqué que son fils était dans une école privée et que pour cette nouvelle rentrée, il n’était plus en mesure de faire face aux charges à cause des conséquences engendrées par la pandémie du coronavirus sur ses finances. Mais l’établissement a simplement refusé d’accéder à sa demande.

Après délibération, le président du tribunal de première instance de Marrakech a estimé que la non-exécution par l’accusé de ses devoirs « était déplacée d’autant que le législateur a créé des procédures juridiques et judiciaires que la défenderesse doit suivre pour exiger son droit de la demanderesse, mais sans priver le fils de son droit constitutionnel le plus essentiel à savoir le droit à l’école ». Pour le tribunal, les droits fondamentaux de l’enfant priment sur toutes les autres considérations, rapporte Hespress.

Malgré la décision de justice, si le directeur concerné refuse d’obtempérer, l’ordonnance peut être considérée comme une autorisation pouvant permettre au parent d’inscrire son enfant dans une autre école de son choix. Plusieurs dizaines de parents se sont récemment tournés vers la justice pour obtenir des certificats de radiation des établissements privés qui le leur refusaient. La décision n’a pas fait plier tous ces responsables. Certains ont persisté jusqu’à obtenir les frais de scolarité, objet de discorde.

Ce différend qui oppose les deux parties n’a pu être réglé à l’amiable. Le ministère de l’Éducation nationale n’a pu aplanir les divergences, obligeant les parents à se diriger vers la justice pour avoir gain de cause, précise la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Droits et Justice - Education - Enfant - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Au Maroc, le bras de fer responsables d’écoles privées-parents d’élèves se poursuit

Alors que les propriétaires d’écoles privées insistent sur le paiement des frais de scolarité des mois d’avril, mai et juin en intégralité, les parents d’élèves ne démordent...

Très chère rentrée scolaire pour les Marocains

Le Haut commissariat au plan (HCP) vient de publier les résultats d’une enquête menée sur les dépenses effectuées par les ménages pour la scolarisation de leurs enfants au...

Un parent d’élève fait plier une école privée

Le tribunal de première instance de Khemisset a débouté une école privée qui a exigé d’un parent d’élèves le paiement des frais de scolarité avant la délivrance d’un document...

Maroc : les écoles privées ne veulent pas renégocier les frais

La fixation des frais de scolarité et d’assurance suggérée par le ministère de l’Éducation nationale, n’est pas du goût des dirigeants d’écoles privées. Ces derniers...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.