Espagne : la justice s’intéresse au fils de Brahim Ghali

23 novembre 2021 - 18h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le juge du tribunal de Saragosse, Rafael Lasala, en charge de l’affaire Ghali en Espagne, vient d’ouvrir une enquête sur les conditions d’obtention d’un titre de séjour par Luali Brahim Sid El Mustafa, son fils, qui l’accompagnait le 18 avril dernier.

Le juge Lasala veut connaître les détails sur les circonstances de l’octroi d’un titre de séjour au fils de Brahim Ghali, entré « illégalement » avec son père sur le territoire espagnol le 18 avril. Il a ordonné à la Brigade provinciale des étrangers et des frontières d’ouvrir une enquête afin de faire la lumière sur ce dossier, fait savoir La Razon.

En l’occurrence, le juge recherche le nom du responsable qui a autorisé le chef du Polisario et son fils à quitter l’Espagne le 2 juin dernier. Selon un document en date du 30 septembre et signé par la préfecture de police d’Aragon (nord de l’Espagne), Luali Brahim Sid El Mustafa, le fils de Brahim Ghali, est arrivé en Espagne le 18 avril sans titre de séjour. Le document lui a été délivré le 23 avril, soit cinq jours après son arrivée à Saragosse.

À lire : Un juge cherche désespérément le responsable de l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

L’avocat Antonio Urdiales, soupçonnant un « détournement de fonds publics », avait demandé l’ouverture d’une enquête « sur les coûts générés par le séjour et le traitement de Brahim Ghali » en Espagne, lesquels avoisineraient 100 000 euros. Mais le juge Rafael Lasala s’est déclaré incompétent pour accéder à cette requête, renvoyant le dossier au tribunal d’instruction de Logroño qui avait d’ailleurs ouvert une enquête préliminaire contre Ghali pour falsification d’un document de voyage.

L’implication des autorités locales et même du gouvernement avait été évoquée dans cette affaire. L’ex-ministre des Affaires étrangères espagnoles, Arancha Gonzalez Laya, avait été citée à comparaitre, de même que son ancien chef de cabinet, Camilo Villarino. Dans une décision en date du 7 octobre, le juge Lasala a émis des réserves aux raisons « humanitaires » avancées par l’Espagne pour justifier l’accueil du chef séparatiste, soulignant « une violation frontale des règles de base de l’espace Schengen ».

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Enquête - Brahim Ghali

Aller plus loin

« Il est impossible pour Ghali d’entrer en Espagne à l’insu du gouvernement »

Interrogé sur le procès qui démarre en septembre au sujet de l’arrivée du leader du Front Polisario en Espagne, le diplomate espagnol Inocencio Arias a déclaré lundi à ’El...

La justice espagnole s’intéresse au fils de Brahim Ghali

Une employée de l’hôpital San Pedro de Logroño où a été admis Brahim Ghali, a assuré lundi lors de sa comparution par visioconférence devant le juge du tribunal de Saragosse,...

Brahim Ghali : un passeport express pour rentrer en Espagne

Le passeport présenté par Brahim Ghali lors de son admission à l’hôpital San Pedro de Logroño le 18 avril dernier, porte le nom de Mohamed Benbatouche, « ambassadeur à la...

Espagne : nouveau rebondissement dans l’affaire Ghali

Le juge en charge de l’affaire Ghali poursuit son enquête sur l’entrée du chef du Polisario en Espagne sous une fausse identité. Il vient de citer à comparaître le numéro deux...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.