La France veut expulser des Marocains à ... la Barbade

26 septembre 2023 - 09h00 - France - Ecrit par : A.P

Deux Marocains ont comparu fin juillet devant le tribunal judiciaire de Créteil pour avoir refusé d’embarquer à Orly dans l’avion qui devait les ramener à la Barbade, dans les Caraïbes, après qu’ils ont été interdits d’entrer en France.

Le premier prévenu, 31 ans, né à Casablanca, ne parle pas français. Une interprète a été sollicitée pour faciliter la communication lors du procès. « Quand les policiers vous ont interpellé, vous avez fait usage d’une lame de cutter pour vous taillader l’avant-bras gauche. C’est bien ouvert comme on le voit sur les photos », a expliqué le juge, brandissant des clichés de la blessure du Marocain qui a reconnu les faits, relate Actu-Juridique.

C’est la troisième fois que le jeune homme est interdit d’entrer sur le territoire français. « J’avais peur qu’ils me renvoient à nouveau à la Barbade comme la première fois, c’est pour me défendre que je me suis coupé », a-t-il déclaré, répondant aux questions du président de séance, Philippe Langlois. Le prévenu raconte par la voix de son interprète qu’il a quitté le Maroc pour se rendre en Italie via le Brésil, la Barbade et les Antilles. « Pourquoi ce trajet ? Le plus court chemin pour rejoindre l’Italie, c’est de passer par le Brésil ? Il va falloir que je revoie ma géographie… », a ironisé Langlois.

À lire : Des enfants de RME empêchés de retourner en France

Pour son avocate, le Marocain « n’a pas emprunté le chemin le plus court, mais peut-être le plus sûr, quand on voit le nombre de migrants qui meurent en Méditerranée… » Le parquet a requis contre lui trois mois de prison avec sursis, rappelant que son casier judiciaire est vierge. Le jeune homme a insisté sur le fait qu’il ne souhaite pas rester en France, mais qu’il veut rejoindre son cousin en Italie.

Le second accusé, un Marocain de Casablanca, a comparu pour les mêmes raisons que le premier. Il est reproché à ce jeune homme de 22 ans qui a aussi quitté le royaume à destination de l’Italie de ne pas avoir respecté une mesure d’éloignement lors de la procédure de son retour vers la Barbade. Les deux assurent s’être rencontrés pour la première fois dans l’avion. « Ça paraît tellement bien rodé. Ça me fait penser à un réseau », analyse le président. Comme le premier, le parquet a requis contre lui trois mois de prison avec sursis. Son avocate demande une peine plus légère. Les deux Marocains ont été finalement condamnés à trois mois de prison avec sursis.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Expulsion

Aller plus loin

Des enfants de RME empêchés de retourner en France

Outre la nostalgie éprouvée lorsqu’ils sont contraints de vivre loin de leur pays d’origine, les résidents marocains à l’étranger (RME) sont souvent exposés à des problèmes...

Encore un imam expulsé de France

Soupçonné de radicalisation, Abderrahim Sayah, l’ex-président de la mosquée de Hautmont en France, a été interpellé puis expulsé mardi vers l’Algérie, son pays d’origine.

Tanger : un propriétaire juif derrière l’expulsion de centaines de familles ?

Les informations faisant état des procédures d’expulsion des centaines de familles au quartier de Benkirane, à Tanger, suite à la décision du propriétaire du terrain, un juif...

« La France a perdu le Maroc »

Les relations entre le Maroc et la France continuent de se tendre. Abdelhak Najib, écrivain, politologue, essayiste et conférencier, spécialiste de l’Afrique et des relations...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.