France : un Marocain condamné à 18 mois de prison ferme pour menaces de mort

8 avril 2021 - 09h20 - France - Ecrit par : S.A

Un Marocain de 26 ans poursuivi pour « apologie publique d’un acte de terrorisme » et « menaces de mort » sur trois policiers de Verdun lors de son transfert le 26 décembre 2020 au centre pénitentiaire de Metz a été condamné à 18 mois de prison. Tel est le verdict rendu par le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc.

Menacé d’expulsion, un Marocain fait les frais des propos qu’il avait tenus lors de son transfert au centre de rétention de Metz le 26 décembre 2020. D’après les trois policiers chargés de l’escorte ce jour-là, il aurait dit que la France était incorrecte à son égard. Ses « droits ont été bafoués lors d’un contrôle à la sortie d’un bar à Verdun », aurait-il fait savoir, souhaitant « voir mourir » les policiers « dans la souffrance ». Au cas où son expulsion serait effective, il s’en prendrait « à des Français lors de son retour au Maroc près de l’ambassade ou du consulat », aurait-il projeté. Avec « sa formation militaire, il aurait recours à une arme de sniper pour en tuer », ont ajouté les policiers.

Après cet incident, le trentenaire avait été assigné en résidence à Bar-le-Duc dans l’attente d’un recours sur son expulsion. Le 12 mars 2021, il a été placé en détention provisoire. Mardi, il a comparu devant le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc, rapporte L’Est Républicain. À la barre, il nie avoir tenu les propos rapportés par les policiers à la justice et assure n’avoir pas proféré des menaces de mort. Selon lui, il ne s’agit que d’une « mauvaise interprétation » de ses propos. « Les policiers avaient sali son image », a-t-il reconnu avoir dit. « J’ai dit que j’aimerais qu’ils connaissent la souffrance que j’ai ressentie. Moi, je veux la paix avec tout le monde », dit-il.

Le ministère public a requis trois ans de prison dont un an avec un sursis probatoire renforcé et un maintien en détention après avoir pris connaissance d’une expertise psychiatrique. Le Marocain est décrit comme un prévenu « à la dangerosité avérée » avec un « risque de réitération en cas de frustration ». Assurant sa propre défense, l’homme réaffirme qu’il « n’a rien contre personne », qu’il veut « tourner la page » et que « son portrait dressé de lui ne correspond pas à sa personnalité ».

Après une requalification des faits d’apologie publique d’un acte de terrorisme en « menaces de mort réitérées commises en raison de la race, l’ethnie ou la religion », le tribunal a condamné le prévenu à 28 mois de prison dont 10 mois avec un sursis probatoire renforcé pendant deux ans, à une obligation de travail, de soins, à une interdiction de détenir une arme, d’entrer en contact avec ses victimes et à un maintien en détention. Obligation lui est également faite de verser 300 € de dommages et intérêts à un policier qui s’était constitué partie civile pour préjudice moral.

Sujets associés : France - Terrorisme - Droits et Justice - Prison

Aller plus loin

Hauts-de-Seine : un Marocain condamné pour menaces de mort envers son ex-compagne

Le tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) a condamné un Marocain de 36 ans à un an et demi de prison pour menaces de mort réitérées envers la mère de ses enfants.

Un ancien athlète marocain condamné pour « menace de mort réitérée »

Le tribunal de Carcassonne a condamné un ancien athlète marocain de pentathlon militaire, jugé en comparution immédiate, à quatre mois de prison ferme pour « menace de mort...

Montauban : un Marocain condamné de 12 mois de prison pour violences et harcèlement

Le tribunal de Montauban a condamné un Marocain sans papiers à 12 mois de prison ferme avec maintien en détention, et 6 mois de sursis probatoire pour des violences commises...

France : deux ans de prison pour le Marocain qui avait foncé sur des policiers

Le tribunal de Bobigny a condamné vendredi, Nordine B., le Marocain qui avait foncé sur des policiers de la Bac lors d’un contrôle de police à Stains (Seine-Saint-Denis), à deux...

Ces articles devraient vous intéresser :

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.