La France veut-elle faciliter le recrutement des travailleurs marocains en France ?

4 novembre 2022 - 16h40 - France - Ecrit par : S.A

Les travailleurs sans papiers déjà en France pourraient obtenir facilement les titres de séjour. Le gouvernement a annoncé une mesure dans ce sens consignée dans sa future loi sur l’asile et l’immigration, prévue au premier semestre 2023. De quoi réjouir les arboriculteurs berrichons qui sont en manque cruel de personnel et sont prêts à recruter des travailleurs marocains.

Faciliter les recrutements notamment dans les métiers du bâtiment, la restauration ou l’agriculture à travers la création d’un titre de séjour « métiers en tension » pour les travailleurs sans-papiers déjà en France. C’est l’une des principales mesures de la future loi sur l’asile et l’immigration qui fera l’objet de débat à l’Assemblée nationale en janvier prochain, a annoncé Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur. « Une bonne nouvelle » pour les arboriculteurs du Cher dont le souhait tant exprimé est de pouvoir embaucher des sans-papiers. « C’est plutôt une bonne nouvelle. Cela démontre qu’il ne faut jamais rien lâcher. Maintenant, il faut quand même être vigilant », prévient Pascal Clavier, président de la section arboriculture à la FDSEA du Cher.

À lire : France : une nouvelle loi sur l’immigration en préparation

L’autre annonce faite par le ministre est la suppression du délai de carence de six mois pour les demandeurs d’asile, « six mois durant lesquels ils n’ont pas le droit de travailler », les besoins en recrutement étant énormes. « Cet été, on a été hyper sollicités de la part du Maroc notamment avec des gens qui voulaient rentrer en France, en travaillant chez nous, confie à francebleu Pascal Clavier. Évidemment, on n’a pas pu signer de contrats avec eux. Localement, on ne trouve plus assez de monde pour travailler dans nos vergers. Ces métiers intéressent moins, car il faut beaucoup se donner. Des métiers qui paraissent tellement simples, qu’ils sont considérés inintéressants par certains. »

À lire : Sondage : 40% des Français pour une immigration zéro

« Alors qu’on travaille sur du vivant. Et là, on a ces candidats de l’étranger, qui ont souffert. Derrière cette souffrance, ils ont envie de se retrouver dans des métiers de base, qui n’exigent pas bac+10, mais simplement du courage et l’envie de travailler. Et on se prive de ces candidats courageux. J’espère que cela changera », poursuit-il.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Emploi - Immigration

Aller plus loin

Les Républicains déposent deux propositions pour « reprendre en main » l’immigration

Les Républicains (LR) s’apprêtent à introduire une proposition de loi constitutionnelle (PPLC) sur l’immigration choisie. Sa rédaction a été confiée à un groupe de spécialistes...

Des mineurs marocains parlent de l’enfer de l’immigration

Mohamed Hajjaj, Jamal Benfatih et Jad Atwane sont trois jeunes marocains arrivés en Espagne alors qu’ils étaient mineurs. Ils racontent leur histoire lors d’une conférence sur...

Pénuries de main-d’œuvre : l’Europe se tourne vers le Maroc

L’Europe s’est tournée vers le Maroc, la Tunisie, l’Égypte et bien d’autres pays afin de pallier les pénuries de main-d’œuvre qui menacent plusieurs secteurs dans ses États...

Sondage : 40% des Français pour une immigration zéro

Plus de 4 Français sur 10 sont favorables à une immigration zéro en France, selon un sondage réalisé par l’Institut CSA. Le sujet sera sans doute abordé lors de la campagne...

Ces articles devraient vous intéresser :

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) annonce avoir programmé pour le mois de septembre, plusieurs concours en vue de recruter 6 000 agents de différents grades.

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Royal Air Maroc recrute

Royal Air Maroc (RAM) a lancé via sa filiale Atlas multi services (AMS), une opération de recrutement de personnel navigant commercial au Maroc. Le dernier délai de l’appel à candidatures est fixé au 1ᵉʳ décembre prochain.

Spirit Aerosystems renforce ses effectifs marocains

Après une pause en 2021, les recrutements ont repris au Maroc chez l’Américain Spirit Aerosystems, leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Déjà de dizaines de personnes recrutées.

Éric Ciotti (Les Républicains) en visite au Maroc

Une délégation du parti Les Républicains, menée par Éric Ciotti, a annoncé sa visite au Maroc du 3 au 5 mai prochains dans le but de poursuivre « une relation de fraternité et de responsabilité » avec le royaume.

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.