La hausse des prix des carburants au Maroc pourrait profiter à Melilla

16 avril 2022 - 16h40 - Ecrit par : A.S

La réouverture annoncée de la frontière avec le Maroc présente de bonnes perspectives pour Melilla dont les stations-service pourraient tirer profit de l’augmentation des prix des carburants à la pompe et du risque de pénurie dans le royaume.

La situation qui prévaut actuellement au Maroc, avec les prix en hausse des carburants à la pompe, pourrait être bénéfique pour les stations-service de Melilla vers lesquelles vont certainement se ruer de nombreux Marocains pour faire le plein de leurs véhicules dès la réouverture de la frontière, croit savoir El Faro de Melilla.

Alors que la tendance est à la baisse en Espagne, la situation ne semble pas s’améliorer au Maroc. Selon Leila Benali, la ministre marocaine de la Transition énergétique, le Maroc ne pourra tenir que pendant 26 jours en cas de pénurie, avec sa réserve de sécurité de diesel de 437 000 tonnes. La réserve d’essence, de 83 000 tonnes, devrait suffire pour 43 jours et celles de kérosène et de gaz butane pendant 34 et 26 jours respectivement, a indiqué mercredi la ministre, lors d’une présentation devant la commission Infrastructures, énergie, mines et environnement de la Chambre des représentants.

À lire : Maroc : pourquoi les prix du carburant vont-ils encore s’envoler ?

Une fois ces délais épuisés, les stations-service marocaines pourraient manquer de carburant, préviennent certaines sources qui rappellent que le stock minimum de sécurité exigé par la loi devrait permettre de tenir pendant 60 jours. Selon un expert, maintenir les réserves à un tel niveau nécessite de lourds investissements que les entreprises ne sont pas prêtes à engager, estimant que cela devrait relever de la responsabilité de l’État. Elles préfèrent donc fonctionner en flux tendus, avec le risque de rupture d’approvisionnement en raison d’éventuels retards de livraison.

À lire : Hausse des prix du carburant au Maroc : des propositions pour une sortie de crise

La hausse des prix des carburants au Maroc pèse depuis des mois sur le pouvoir d’achat des Marocains. Pendant un certain temps, les distributeurs se sont entendus pour ajuster les prix simultanément, une fois toutes les deux semaines. Mais cette réalité n’a pu être maintenue en raison de l’influence de la volatilité des marchés. Le gouvernement veut mobiliser deux milliards de dirhams afin d’augmenter la capacité des réserves pétrolières, a annoncé la ministre, ajoutant qu’un Conseil de sécurité énergétique sera également créé pour mieux faire face à la situation.

Tags : Melilla - Espagne - Energie

Aller plus loin

Maroc : une proposition de loi pour réguler les prix des carburants

La Confédération démocratique du travail (CDT) vient de déposer à la Chambre des conseillers une proposition de loi relative à la régulation des prix des carburants au...

Maroc : nouvelle flambée des prix des carburants

Au Maroc, les prix des différents carburants à la pompe ont flambé vendredi 4 février 2022. Cette tendance à la hausse devrait se poursuivre dans les prochaines semaines à cause de...

Maroc : pourquoi les prix du carburant vont-ils encore s’envoler ?

La hausse du cours du pétrole conjuguée à celle de la parité dollar/ dirham pourrait entraîner une flambée continue des prix du carburant à la pompe. Une tendance qui devrait se...

Carburants au Maroc : les prix repartent à la hausse

En baisse depuis quelques semaines, les prix à la pompe repartent à la hausse et se rapprochent des 15 DH le litre.

Nous vous recommandons

Le port de Tanger prêt à accueillir les MRE

Le port de Tanger ville a assuré qu’il est prêt à reprendre immédiatement le trafic maritime de passagers avec le port de Tarifa.

Nouvelle vague de chaleur au Maroc (+43 degrés)

La Direction générale de la météorologie (DGM) prévoit une vague de chaleur (38/43 °C) demain samedi 7 mai 2022 à mardi prochain, 10 mai 2022 dans plusieurs provinces marocaines.

La BAD compte sur le Maroc pour éviter une crise alimentaire en Afrique

Face à la famine qui guette l’Afrique à cause de la guerre en Ukraine, l’Office Chérifien des phosphates (OCP), géant marocain des phosphates et la Banque africaine de développement (BAD), discutent de l’approvisionnement d’urgence en engrais en Afrique de...

Le groupe Voltalia va construire deux centrales solaires au Maroc

Volta Maroc, filiale du groupe français Voltalia, l’entreprise appartenant à la famille Mulliez, plus connue par ses enseignes Auchan, Décathlon, Kiabi, Pimkie, ou encore Leroy Merlin, va réaliser deux centrales solaires dans le royaume dans le cadre de...

Sans le gazoduc avec le Maroc, l’Espagne importe plus de GNL

L’Espagne importe plus de gaz naturel liquéfié que de gaz naturel depuis la fermeture fin octobre du gazoduc Maghreb-Europe.

Un Marocain agressé violemment à Briançon

Deux jeunes hommes de 16 et 20 ans ont passé à tabac un Marocain de 37 ans à Briançon (Hautes-Alpes). Un trafic de drogue serait à l’origine de cette agression.

Les vraies raisons du retard du lancement de la ligne Portimão-Tanger

Le Portugal a fourni des explications au sujet du retard du lancement de la ligne maritime Portimão-Tanger Med, initialement prévu début juillet. Le Maroc a associé les ports français, portugais et italien à l’opération Marhaba 2021 au détriment de...

Le Maroc bloque l’arrivée des saisonnières à Huelva

À part le froid avancé il y a quelques jours, la récente décision du Maroc de maintenir la suspension des vols vers l’Espagne pour « non-respect des protocoles sanitaires » par celle-ci, vient davantage retarder l’arrivée des premières saisonnières...

Asmae Hallaoui, une des victimes de Taoufik Bouachrine, est morte en donnant la vie

Enceinte, la journaliste marocaine Asmae Hallaoui, une des victimes de Taoufik Bouachrine, ex-directeur de la publication du quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum, condamné pour « traite d’êtres humains », « abus de pouvoir et d’autorité à des fins...

Rabat : le café 7ᵉ art démoli (vidéo)

Les ouvriers ont commencé à démolir le café « 7ᵉ Art », situé sur l’Avenue Allal Ben Abdellah, au centre de Rabat. Une démolition décidée par les autorités de la ville, mais qui suscite la colère parmi les...