La hausse des prix des carburants au Maroc pourrait profiter à Melilla

16 avril 2022 - 16h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

La réouverture annoncée de la frontière avec le Maroc présente de bonnes perspectives pour Melilla dont les stations-service pourraient tirer profit de l’augmentation des prix des carburants à la pompe et du risque de pénurie dans le royaume.

La situation qui prévaut actuellement au Maroc, avec les prix en hausse des carburants à la pompe, pourrait être bénéfique pour les stations-service de Melilla vers lesquelles vont certainement se ruer de nombreux Marocains pour faire le plein de leurs véhicules dès la réouverture de la frontière, croit savoir El Faro de Melilla.

Alors que la tendance est à la baisse en Espagne, la situation ne semble pas s’améliorer au Maroc. Selon Leila Benali, la ministre marocaine de la Transition énergétique, le Maroc ne pourra tenir que pendant 26 jours en cas de pénurie, avec sa réserve de sécurité de diesel de 437 000 tonnes. La réserve d’essence, de 83 000 tonnes, devrait suffire pour 43 jours et celles de kérosène et de gaz butane pendant 34 et 26 jours respectivement, a indiqué mercredi la ministre, lors d’une présentation devant la commission Infrastructures, énergie, mines et environnement de la Chambre des représentants.

À lire : Maroc : pourquoi les prix du carburant vont-ils encore s’envoler ?

Une fois ces délais épuisés, les stations-service marocaines pourraient manquer de carburant, préviennent certaines sources qui rappellent que le stock minimum de sécurité exigé par la loi devrait permettre de tenir pendant 60 jours. Selon un expert, maintenir les réserves à un tel niveau nécessite de lourds investissements que les entreprises ne sont pas prêtes à engager, estimant que cela devrait relever de la responsabilité de l’État. Elles préfèrent donc fonctionner en flux tendus, avec le risque de rupture d’approvisionnement en raison d’éventuels retards de livraison.

À lire : Hausse des prix du carburant au Maroc : des propositions pour une sortie de crise

La hausse des prix des carburants au Maroc pèse depuis des mois sur le pouvoir d’achat des Marocains. Pendant un certain temps, les distributeurs se sont entendus pour ajuster les prix simultanément, une fois toutes les deux semaines. Mais cette réalité n’a pu être maintenue en raison de l’influence de la volatilité des marchés. Le gouvernement veut mobiliser deux milliards de dirhams afin d’augmenter la capacité des réserves pétrolières, a annoncé la ministre, ajoutant qu’un Conseil de sécurité énergétique sera également créé pour mieux faire face à la situation.

Sujets associés : Espagne - Melilla - Energie

Aller plus loin

Maroc : pourquoi les prix du carburant vont-ils encore s’envoler ?

La hausse du cours du pétrole conjuguée à celle de la parité dollar/ dirham pourrait entraîner une flambée continue des prix du carburant à la pompe. Une tendance qui devrait se...

Carburants au Maroc : les prix repartent à la hausse

En baisse depuis quelques semaines, les prix à la pompe repartent à la hausse et se rapprochent des 15 DH le litre.

Maroc : nouvelle flambée des prix des carburants

Au Maroc, les prix des différents carburants à la pompe ont flambé vendredi 4 février 2022. Cette tendance à la hausse devrait se poursuivre dans les prochaines semaines à cause...

Maroc : une proposition de loi pour réguler les prix des carburants

La Confédération démocratique du travail (CDT) vient de déposer à la Chambre des conseillers une proposition de loi relative à la régulation des prix des carburants au Maroc.

Ces articles devraient vous intéresser :

Total annonce un projet à 10,69 milliards de dollars au Maroc

Le PDG de Total Energies, Patrick Pouyanné, a fait part lors de l’Assemblée générale mixte des actionnaires du jeudi 26 mai 2023, d’un projet ambitieux d’énergie renouvelable au Maroc.

Maroc : du changement dans le paiement des factures d’eau et d’électricité

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch poursuit le chantier de modernisation des services publics. Le paiement des frais d’eau et d’électricité aura des nouveautés à partir du 1ᵉʳ janvier 2024.

Le parc éolien Nassim Koudia Al Baida double sa capacité

Les travaux du repowering du parc éolien Nassim Koudia Al Baida seront bientôt lancés. Le financement de ce projet initié par l’Office National de l’Électricité et de l’Eau Potable (ONEE) vient d’être bouclé et la mise en exploitation est prévue au 2ᵉ...

Le groupe OCP vise 100 % de couverture en énergie verte

Avec 86 % de couverture en énergie propre, l’Office chérifien des phosphates (OCP) espère couvrir totalement ses besoins d’ici 2028. C’est dans ce cadre que le groupe a lancé en juillet dernier un avis d’appel d’offres pour un projet solaire de 258 MW.

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

Maroc : quand le thermomètre monte, la consommation électrique s’envole

La consommation électrique au Maroc a atteint un niveau record, s’établissant à 7 310 mégawatts, selon le ministère de la Transition énergétique et du développement durable.

Le Maroc doit-il s’inquiéter pour le sabotage des câbles sous-marins ?

Après le sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et 2, le Maroc doit-il craindre celui des câbles sous-marins utilisés pour l’Internet ou l’électricité ?

La capacité de réponse d’urgence nucléaire du Maroc « est solide »

En fin de mission d’examen de la préparation aux situations d’urgence (EPREV) au Maroc, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a livré ses conclusions.

Le Maroc, « future centrale » énergétique de l’Europe ?

À l’heure où la résilience face aux défis climatiques doit se renforcer, le Maroc nourrit des ambitions pour les énergies renouvelables, lesquelles font de lui un partenaire de choix de l’Europe. Il ambitionne notamment de produire 52 % de son énergie...

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.