L’intelligence économique : un outil de performance économique et un facteur de compétitivité du Maroc

3 janvier 2021 - 15h00 - Economie - Ecrit par : J.K

Grâce à la crise sanitaire actuelle, l’intelligence économique s’impose comme un outil de performance économique et un facteur de compétitivité pour le Maroc. Y aller ou périr, fini le temps où elle était considérée comme un luxe.

L’IE est un processus informationnel visant à éclairer la prise de décision, assurer la protection du patrimoine matériel et immatériel, et renforcer la compétitivité des organisations à travers le lobbying. Autant de dimensions qui en font un passage obligé pour réussir l’adaptation avec les spécificités des pays et les stratégies internes des organisations.

« Le Maroc en 2011, a été le premier pays africain qui a mis en place une plateforme Open-Data », fait observer Ghizlane Salam, professeure d’économie à l’Université Hassan II-Casablanca, dans une interview à la MAP, ajoutant que, « cette initiative n’a pas abouti aux objectifs souhaités pour plusieurs raisons, dont la confiance au numérique reste le principal facteur », parce que, « c’est tout un état d’esprit qu’il faut changer ».

Très prisée par des cabinets de conseil, des Think Tank, des banques, de grandes entreprises ou des associations professionnelles, l’IE reste moins présente dans les établissements publics, faute d’une vision globale et d’une stratégie publique en la matière. Si l’on réussit à mettre en place une bonne gouvernance de l’Open-Data, en facilitant l’accès aux données, l’Etat et les entreprises vont profiter pleinement de cet engouement, note Mme Salam, auteure d’un ouvrage intitulé « Intelligence économique ».

Aussi l’universitaire fait-elle, deux propositions : la vulgarisation du concept “IE”, expliquant que le concept est mal défini, ou encore « mal perçu » et il est parfois synonyme de « piratage », et parfois « d’espionnage », ce qui ne rend pas aisé d’en parler, et par conséquent de le développer correctement.

Le deuxième point, c’est la mise en place d’un bon climat de collaboration privé-public, renforcé par une politique d’Open-Data contrôlée. Et de conclure que, vu que les ressources humaines sont disponibles, les idées, multiples et les innovations, de plus en plus nombreuses, il ne reste et qu’à fédérer toutes ces potentialités pour évoluer vers un « système national d’IE équilibré ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Piratage - Banques - Informatique - Compétitivité - Développement - Espionnage

Aller plus loin

Léger recul du Maroc dans le classement 2020 de prospérité des pays

Le Maroc vient de perdre deux places dans le classement 2020 de prospérité des pays. Le Royaume occupe la 96e place sur les 167 pays analysés, avec un score global de 54,9.

Maroc : directeur de banque, mais surtout escroc

Le directeur d’une agence bancaire à Témara ainsi que son complice, un militaire, impliqués tous deux dans une affaire de falsification en échange de crédits bancaires, ont été...

La marocaine Najat Benchiba désignée « femme d’affaires-PME » de l’année au Royaume-Uni

Najat Benchiba-Savenius, la fondatrice de « Gazelle Advisory Group » a été désignée "Femme d’affaires", par le magazine britannique Women in Finance. Elle a été classée dans...

Voici les 9 Marocains distingués parmi les 100 leaders économiques africains de demain

Choiseul Africa 2020 a distingué 9 Marocains parmi les 100 leaders africains de demain, a indiqué l’Institut Choiseul, un think tank indépendant basé à Paris.

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Les banques marocaines se disent asphyxiées par les taxes

Afin d’élargir l’assiette fiscale, le gouvernement envisage de prendre de nouvelles mesures vis-à-vis des entreprises du secteur financier. Ainsi, à partir de 2026, les banques doivent supporter un taux de 40% sur leurs bénéfices et payer 5%...

Les plus grands ports du monde se retrouvent à Tanger Med

Les dirigeants des plus grands ports du monde sont depuis mercredi à Tanger Med pour une réunion de travail de deux jours en vue de consolider les relations entre les plus grands hubs portuaires.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Maroc : panne générale du paiement par carte bancaire

Mercredi dans la soirée, les paiements par cartes bancaires marocaines sur internet ont connu d’importantes perturbations. Cette défaillance serait due à une panne informatique du Switch national.

L’École 1337 élue 3ᵉ meilleure au monde

L’école « 1337 » de l’Université Mohammed VI Polytechnique, spécialisée dans la formation gratuite en programmation, fait partie des trois meilleures au monde.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Le fisc marocain examine de près les comptes bancaires

Au Maroc, la Direction générale des Impôts (DGI) continue de traquer les « mauvais contribuables ». Elle a récemment lancé une vaste opération de contrôle et de vérification des comptes bancaires.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.