Kénitra : un MRE fait tomber un réseau de faussaires

20 avril 2021 - 21h40 - France - Ecrit par : S.A

Un Marocain résidant en France a aidé la police judiciaire à démanteler un réseau de faussaires. Il était déclaré mort et un faux héritier unique s’était emparé d’un bien immobilier qu’il possède à Kénitra.

L’affaire a éclaté suite à une découverte faite par ce Marocain résidant à l’étranger (MRE). Il s’agit des travaux de construction lancés sur son lot de terrain nu à Kénitra, rapporte Al Massae. Surpris, il s’était rendu au siège de l’administration de la conservation foncière pour se plaindre. C’est alors qu’il apprend qu’il avait été déclaré mort depuis le 3 août 2017. Un supposé unique héritier est devenu propriétaire du bien immobilier, et ce, avec la complicité d’un réseau qui lui avait confectionné un faux certificat de décès et un faux acte d’hérédité. Ce réseau avait d’ailleurs lancé des travaux de construction d’un immeuble imposant sur le terrain.

Le MRE s’est alors fait établir un certificat de vie. Par la suite, il a déposé plainte auprès du procureur général du roi près la Cour d’appel de Kénitra. Les éléments de la brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) sont chargés de l’enquête. Ceux-ci ont réussi à démanteler le réseau de faussaires. Le tribunal de première instance a annulé l’acte d’hérédité. Un verdict confirmé par la Cour d’appel de Kénitra.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - France - Droits et Justice - Kenitra

Aller plus loin

Ils payaient avec de faux billets à Meknès

Les éléments de la police de Meknès ont réussi à démanteler un réseau spécialisé dans la falsification de billets de banque. En tout, trois personnes arrêtées.

Kénitra courtise les MRE

Dans le cadre de la journée nationale MRE, une communication a été organisée au profit des Marocains du monde au siège de la province de Kénitra.

Maroc : un « mort » réapparaît au tribunal

Alors que ses héritiers et sa sœur sont jugés pour escroquerie devant la Cour d’appel de Kénitra, un homme censé être mort réapparaît en pleine audience.

Un trafic de faux billets démantelé à Casablanca

Interpelés en flagrant délit à Casablanca, deux individus sont poursuivis en état d’arrestation pour falsification et trafic de billets de banque. Une enquête est ouverte.

Ces articles devraient vous intéresser :

Immobilier au Maroc : les MRE en première ligne

L’apport considérable des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devrait contribuer à booster le marché de l’immobilier au Maroc au troisième trimestre 2023.

Au Maroc, les MRE investissent dans l’immobilier

70 % des investissements de la communauté marocaine résidant à l’étranger sont consacrés au secteur immobilier, selon Fatima Ezzahra El Mansouri, la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de...

Marocains, n’oubliez pas de déclarer les revenus fonciers

Le dépôt de la déclaration de revenus fonciers soumis à l’impôt sur le revenu (IR) et le paiement dudit impôt, doivent être effectués au plus tard le 29 février, a prévenu la Direction générale des impôts (DGI).

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Au Maroc, le marché de l’immobilier connaît un net ralentissement

Le marché de l’immobilier au Maroc marque des signes d’essoufflement cette année. C’est ce que révèlent les données publiées par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF).

Maroc : les prix de l’immobilier en hausse au premier trimestre 2023

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a enregistré au premier trimestre 2023 une hausse de 0,8 %, en glissement annuel, selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...