Maroc : l’absence de pluie provoque un véritable exode rural (Vidéo)

1er mars 2022 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

À Azbane Lagrinate, un village situé à 47 kilomètres au nord de Marrakech, la sécheresse pousse des agriculteurs à se déplacer vers les villes. Le royaume traverse l’une des pires sécheresses de ces30 dernières années, ne laissant quasiment aucune autre alternative aux paysans marocains.

Le changement climatique qui a provoqué la rareté des pluies au Maroc crée de nombreux dommages dans les champs. Au micro d’Africanews, un agriculteur spécialisé dans la culture de luzerne dit avoir vécu la sécheresse au Maroc, mais pas avec cette intensité. Il assure n’avoir vu aucune goutte de pluie depuis le début de l’année, alors que dans la région, ils n’ont que l’agriculture comme source de revenus.

À lire : Sécheresse au Maroc : interdiction de nettoyage des places publiques à l’eau

« Nous avons toujours travaillé uniquement dans l’agriculture et nous voudrions toujours continuer ce travail, nous voudrions toujours rester ici, mais si le manque de pluie continue, nous devrons partir. Il sera très difficile pour nous de prendre cette décision. Nous sommes vraiment tristes quand nous voyons nos terres souffrir de la sécheresse en plus du manque d’eau, mais alors il n’y a pas d’autre option que d’émigrer » a déclaré Rachid, un autre agriculteur à Douar Azbane Lagrinate.

À lire : Sécheresse : le Maroc enregistre un sévère déficit pluviométrique, le sud lance un SOS

Lui qui se félicitait de l’étendue des plantes vertes de son champ, n’a plus qu’une petite tache verte entourée de terre sèche et de pierres. Il a beau creuser de nouveaux puits et se sert des stations d’irrigation, mais c’est le désespoir. Même à 130 mètres de profondeur, l’eau n’est pas disponible en quantité suffisante, se plaint-il.

À lire : Maroc / Sécheresse : les oasis de Tata menacées

« Le changement climatique a provoqué un manque de pluie, qui a entraîné l’assèchement des terres. Le manque de pluie a également eu un impact sur les puits. Le bétail a peu à boire et à brouter », a expliqué Abdessadeq, un éleveur de moutons à Douar Azbane Lagrinate.

À lire : Des prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines ce vendredi

Impuissante, la mairie de Nzalet Laadem voit de plus en plus d’habitants quitter le village à cause de la sécheresse. « Le phénomène de l’exode rural est une conséquence directe de la sécheresse qui a touché la région, qui est devenu un phénomène structurel en raison des années successives de sécheresse, et ce, malgré les efforts considérables déployés par l’État pour stabiliser la population à travers la fourniture d’eau potable, d’électricité et de programmes agricoles de soutien, par exemple, l’assurance sur les cultures agricoles en période de sécheresse », a précisé Abdelilah Mehdi, chef des services à la mairie de Nzalet Laadem.

À lire : Maroc : le cri de détresse des éleveurs de Fès-Meknès face à la sécheresse

Le rapport Groundswell de la Banque mondiale a souligné que si rien n’est fait, 5,4 % de la population marocaine totale, soit environ 1,9 million de personnes quitteront les zones rurales vers les villes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Eau - Environnement - Météo Maroc - Vidéos - Sécheresse au Maroc

Aller plus loin

Le Maroc connaît sa pire sécheresse depuis 30 ans

Le Maroc connait sa pire sécheresse depuis plus de 30 ans, qualifiée d’« exceptionnelle par son intensité, son ampleur et sa durée », par le Professeur Mohamed Mastere,...

Le Maroc menacé par la sécheresse

Les températures, anormalement élevées à travers tout le Maroc, et l’absence de précipitation présagent d’une autre saison sèche qui pourrait influer sur la production agricole,...

Sécheresse au Maroc : interdiction de nettoyage des places publiques à l’eau

Pour faire face à la problématique de détresse hydrique qui menace le Maroc, le gouvernement a demandé aux autorités locales de prendre des mesures urgentes, pour garantir une...

Maroc : le cri de détresse des éleveurs de Fès-Meknès face à la sécheresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse, les éleveurs et les producteurs de viande demandent une aide urgente à l’État afin d’éviter une crise majeure.

Ces articles devraient vous intéresser :

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.

Pénurie de lait : les Marocains prennent d’assaut les magasins

Pour contrer la ruée des Marocains vers le lait, plusieurs supermarchés ont décidé de limiter sa vente. Une mesure censée éviter des ruptures de stock.

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

Le Maroc face au défi de l’eau et de l’hygiène après le séisme

L’eau et l’hygiène dans les campements, où vivent désormais sous des tentes les sinistrés du séisme dévastateur du 8 septembre au Maroc, constituent un enjeu majeur pour les autorités du royaume.

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

Les Marocains paieront plus cher l’électricité

Les autorités marocaines ont décidé de relever les taux de TVA appliqués aux tarifs de l’électricité sur la période 2024-2026.

Maroc : bonne nouvelle pour ceux qui aiment les Hammams

Les Marocains pourront fréquenter les hammams, restés en partie fermés depuis plusieurs semaines suite à une note du ministère de l’Intérieur, pendant le ramadan. Dimanche, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé que le mois sacré...

Total annonce un projet à 10,69 milliards de dollars au Maroc

Le PDG de Total Energies, Patrick Pouyanné, a fait part lors de l’Assemblée générale mixte des actionnaires du jeudi 26 mai 2023, d’un projet ambitieux d’énergie renouvelable au Maroc.

Mondial 2030 : les Marocains contraints de se mettre au tri sélectif

Le Maroc va mobiliser près de 6 milliards de dirhams pour la mise en œuvre du projet de tri des déchets dans les six villes devant accueillir les matchs de la coupe du monde 2030 qu’il co-organise avec l’Espagne et le Portugal.