Le niveau des enfants marocains a baissé durant la pandémie du Covid-19

25 février 2021 - 19h20 - Maroc - Ecrit par : J.K

Les conséquences de la pandémie du Covid-19 sont multiples et n’ont épargné personne. Même les budgets en éducation ont drastiquement baissé dans les pays à faible et moyen revenus, notamment le Maroc, a indiqué le rapport mondial de suivi sur l’éducation réalisé conjointement par l’UNESCO et la Banque mondiale.

Du nom de « Éducation Finance Watch » (EFW), le rapport mondial de suivi sur l’éducation indique l’impact à court terme de la pandémie du coronavirus sur les budgets de l’éducation dans le monde. Collecté sur un échantillon de 29 pays de toutes les régions du monde, et représentant 54 % de la population mondiale d’âge scolaire et universitaire, ce rapport révèle que, deux tiers des pays à faible et moyen revenus ont diminué les budgets octroyés à l’instruction publique depuis le début de la pandémie, contre un tiers chez les pays à moyen, supérieur et élevé revenus.

D’après le rapport, ce tableau risque d’empirer à mesure que la pandémie continue de sévir au plan économique et que les rentrées fiscales s’amenuisent. Par ailleurs, « ces différentes tendances creusent sensiblement les disparités déjà importantes en matière de dépenses entre les pays à faible revenu et les pays à revenu élevé », a souligné le rapport. Ainsi la proportion de jeunes de 10 ans incapables de lire un texte court et adapté à leur âge, était de 53 % dans les pays à faible et moyen revenus avant le Covid-19 contre 9 % pour les pays à revenu élevé. Et, les fermetures d’écoles relatives à la pandémie pourraient faire passer ce pourcentage de 53 % à 63 %.

« Il s’agit d’un moment critique où les pays doivent rattraper les pertes d’apprentissage provoquées par la pandémie, investir dans la remise à niveau et utiliser cette fenêtre d’opportunité pour construire des systèmes plus efficaces, équitables et résilients », a déclaré Mamta Murthi, vice-présidente de la Banque mondiale pour le développement humain.

Dans ce sens, le rapport précise l’importance d’augmenter les dépenses en éducation après la crise, afin de corriger les pertes en apprentissage et en perte d’élèves. Ces aides doivent surtout être extérieures. Pour Stefania Giannini, sous-directrice générale de l’UNESCO pour l’éducation, « le financement extérieur est essentiel pour soutenir les possibilités d’éducation des plus pauvres dans le monde ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Banque mondiale - Education - Unesco - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Les ménages marocains broient du noir

Tous les indicateurs sont au rouge au niveau des ménages marocains. Leur moral est au plus bas en raison de la pandémie qui sévit, et qui leur rend la vie plus dure que...

Maroc : 200 000 élèves ont quitté le privé pour le public

Le taux des élèves dans les établissements d’enseignement privés a chuté lors de cette rentrée scolaire. A cause de la pandémie, plus de 200 000 élèves ont quitté les...

Fermeture d’écoles : le collectif des parents traîne le gouvernement en justice pour « abus de pouvoir »

La décision du gouvernement de fermer toutes les écoles de Casablanca et celles des zones à risques dans les autres régions, n’est pas du gout du Collectif des Parents en...

Le Maroc va couper dans les dépenses

Le ministre des Finances a réitéré l’engagement du gouvernement à revoir les dépenses, malgré les imprévus. C’est ce qui ressort de l’intervention du ministre de l’Économie, des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Flexibilité du dirham : le Maroc franchit une nouvelle étape

Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des finances, salue la réforme en cours du régime de change marocain, affirmant qu’une étape importante est en train d’être franchie pour améliorer la flexibilité du dirham.

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

Croissance économique du Maroc : voici les chiffres de la Banque mondiale

L’économie marocaine devrait croître de 2,5 % cette année avant d’enregistrer 3,3 % en 2024, selon les derniers chiffres publiés par la Banque mondiale. Ces chiffres sont principalement dus à la résilience du secteur du tourisme et de l’industrie...

Le FMI va accorder un important prêt au Maroc

Le Fonds monétaire international (FMI) s’apprête à débloquer, à partir du nouveau fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité, un énorme prêt au Maroc, afin de renforcer la résistance du pays aux catastrophes liées au climat.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.