Allègement des restrictions : l’alerte d’un expert marocain

16 juin 2021 - 08h40 - Maroc - Ecrit par : J.D

L’assouplissement des restrictions ne signifie pas que le virus a disparu. Il continue de se propager, exposant le Maroc, s’il ne prend garde, à une rechute épidémiologique, a prévenu Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé.

Le Maroc n’est pas à l’abri d’une rechute épidémiologique malgré les bonnes performances enregistrées dans la campagne de vaccination et la diminution de cas graves, soutient le Dr Tayeb Hamdi, qui relève que la prise de mesures d’allègement n’est pas synonyme de disparition des variants.

Pour éviter la résurgence de l’épidémie, il faut continuer par respecter les mesures préventives afin de briser les chaînes de propagation du virus, conseille le médecin-chercheur, invitant en outre, à vacciner tous les groupes cibles afin de réduire les cas graves et les décès.

Selon une étude publiée par une équipe de chercheurs de l’université d’Oxford, la levée des restrictions de voyage et l’entrée de nouveaux cas importés dans une région donnée pourraient relancer de nouveau l’épidémie même si le taux de vaccination de la population dépasse 60%.

A lire : Maroc : vers un nouvel allègement des restrictions sanitaires ?

Trois raisons principales peuvent expliquer cette situation. La possibilité de transmission du virus même après la vaccination, la présence d’une population non vaccinée et l’émergence de souches plus aptes à se propager, note-t-on. Ceci, s’explique aisément du moment où le vaccin ne protège pas à 100 % de l’infection par le virus ou de la possibilité de sa transmission, malgré son efficacité dans la prévention des maladies et la prévention complète des cas dangereux et la réduction du risque d’infection, a expliqué Dr Hamdi.

Les chercheurs ont tenu toutefois, à rappeler l’importance de la vaccination, insistant sur la nécessité de vacciner le reste des professionnels des secteurs qui sont en contact étroit avec les citoyens, tels que les commerçants, touristes, transporteurs, quel que soit leur âge, en attendant que toutes les personnes ciblées soient vaccinées pour assurer une immunité collective protectrice pour l’individu et la communauté. Afin que le Maroc et les Marocains profitent d’un été en toute sécurité, il est de la responsabilité de chacun de respecter des mesures simples, gratuites et efficaces pour prévenir le coronavirus, a-t-il conclu.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Etude - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Le Maroc va-t-il lever les restrictions sanitaires liées au Covid-19 ?

Le Maroc pourrait lever progressivement les mesures de restrictions sanitaires comme l’ont déjà fait certains pays notamment les États-Unis et la France. Dans ce sens, un plan...

Covid−19 : un expert alerte les Marocains

Pour que le Maroc puisse vraiment reprendre une vie normale, les gestes barrières doivent être respectées scrupuleusement. Tout relâchement pourrait réduire à néant les...

Covid-19 : les mesures d’assouplissement seront actualisées chaque deux semaines

Les mesures d’assouplissement adoptées seront actualisées chaque deux semaines, a fait savoir jeudi, le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, mettant l’accent sur la...

Maroc : allègement imminent des mesures et réouverture des cités universitaires

Le Maroc s’avance vers l’assouplissement des mesures restrictives. Ce n’est plus qu’une question d’heures, selon le ministre de l’Éducation nationale qui a souligné que les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

L’état de santé de la chanteuse Khadija El Bidaouia s’aggrave

Nawal, la fille de la chanteuse Khadija El Bidaouia a annoncé qu’en raison de la propagation du cancer du poumon dont souffre sa mère, les médecins ont décidé d’arrêter la chimiothérapie.

Le prince Moulay Rachid a contracté le Covid-19

Ayant contracté le Covid-19, le prince Moulay Rachid n’a pas pu accompagner le roi Mohammed VI, vendredi 14 octobre 2022, à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature.

Plus de 70% des femmes marocaines recourent aux méthodes contraceptives

Au Maroc, plus de 70 des femmes ont recours aux méthodes contraceptives. C’est ce qui ressort d’un récent rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Maroc : bonne nouvelle pour le personnel de la santé militaire

Au Maroc, le gouvernement a décidé de revaloriser les primes de risque attribuées au personnel de la santé militaire bénéficiant du statut de salariés des Forces armées royales (FAR).

Les joueurs marocains font la queue à l’infirmerie

Après l’euphorie de leur qualification aux quarts de finale de la coupe du monde, les joueurs marocains font face aux conséquences physiques.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.

Le Maroc forme 2800 médecins et 5600 infirmiers pour la médecine de famille

Afin de développer et consolider la médecine de famille en facilitant l’accès aux soins et services de santé aux Marocains, le gouvernement entend former 2800 médecins et 5600 infirmiers d’ici 2030.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.