Maroc : des enseignants sanctionnés

6 janvier 2024 - 17h30 - Maroc - Ecrit par : A.P

Plusieurs enseignants marocains ayant poursuivi les mouvements de protestation contre le nouveau statut général, ont écopé de sanctions administratives de la part des directions régionales du ministère de l’Éducation nationale.

Après plus de 11 semaines consécutives de grèves des enseignants, le ministère de l’Éducation nationale a commencé à sévir. Des décisions de suspension temporaire ont été notifiées à plusieurs enseignants grévistes pour « non-respect de leurs obligations professionnelles et éducatives, absences répétées et illégitimes, privant ainsi les élèves de leur droit à un enseignement stable et continu, en plus du non-respect des valeurs et de l’éthique professionnelle conformément aux normes en vigueur dans le système éducatif et de formation ».

À lire : Les enseignants marocains sanctionnés

Les directions régionales qui ont délivré ces décisions considèrent ces manquements comme graves, conformément à l’article 73 du statut général de la fonction publique. C’est pour cette raison que la mesure de suspension temporaire est accompagnée d’une suspension de salaire, à l’exception des allocations familiales. La situation des enseignants concernés sera examinée en conseil de discipline avant la levée de la sanction, dans un délai maximum de quatre mois.

À lire : La grève a payé, 1500 dirhams de plus pour les enseignants marocains

À l’expiration de ce délai, le fonctionnaire peut à nouveau percevoir l’intégralité de son salaire, même si le conseil ne prononce aucune décision à son encontre. Il peut aussi réclamer les sommes prélevées de son salaire si aucune sanction comme l’avertissement, la réprimande, la radiation de la liste des promotions n’est prononcée contre lui. En revanche, s’il est poursuivi au pénal, le rétablissement de son salaire intégral sera subordonné à une décision du tribunal compétent.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Grève - Education - Ministère de l’Education nationale - Sanction

Aller plus loin

Les enseignants marocains sanctionnés

Le ministère de l’Éducation nationale vient d’interdire aux enseignants du secteur public de faire des heures supplémentaires dans des écoles privées.

Maroc : face aux grèves, le gouvernement procède à des retenues salariales

À l’initiative de l’Organisation Démocratique des Collectivités Locales (ODCL), les fonctionnaires sont entrés en grève ce mercredi, pour protester contre le blocage du dialogue...

La grève a payé, 1500 dirhams de plus pour les enseignants marocains

Un accord a été conclu ce dimanche à Rabat entre le gouvernement et les principales centrales syndicales, visant à améliorer la rémunération des enseignants.

Le Maroc punit les enseignants grévistes

Près de 4000 enseignants, responsables des coordinations nationales et régionales pour la plupart, font l’objet de suspensions temporaires de travail. Des sanctions...

Ces articles devraient vous intéresser :

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Le Maroc abandonne peu à peu le français pour l’anglais à l’école

Les matières scientifiques au Maroc seront désormais enseignées en anglais, a annoncé le ministère de l’Éducation. Cette réforme doit entrer en vigueur d’ici deux ans.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

L’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur, une priorité pour le Maroc

Le Maroc accorde une place de choix à l’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur. Une réforme est en cours.

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...