Maroc : face aux grèves, le gouvernement procède à des retenues salariales

27 décembre 2023 - 20h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

À l’initiative de l’Organisation Démocratique des Collectivités Locales (ODCL), les fonctionnaires sont entrés en grève ce mercredi, pour protester contre le blocage du dialogue social sectoriel et du traitement des revendications des travailleurs.

Les fonctionnaires des collectivités locales observent une grève de 48 heures, déclenchée ce mercredi 27 décembre. À l’annonce de ce mouvement de débrayage, Abdelatif Laftit, ministre de l’Intérieur a, dans une correspondance adressée aux walis des régions et aux gouverneurs des provinces et préfectures, instruit ceux-ci à l’effet d’activer la procédure de ponctuation des salaires des grévistes, fait savoir Le Matin. Les présidents des conseils communaux sont habilités à procéder à des retenues sur les salaires des fonctionnaires qui s’absentent à l’occasion de chaque grève dans le secteur, précise-t-il dans son courrier.

À lire : La grève a payé, 1500 dirhams de plus pour les enseignants marocains

Il revient au responsable en coordination avec les services des finances de déclencher directement la procédure via la plateforme “indimaj”, en application de la règle « salaire contre travail ». La grève ne figure pas parmi les raisons qui autorisent une absence justifiée des fonctionnaires, précise encore le ministre.

À lire :Maroc : nouvelle menace de grève des contrôleurs aériens

Avant les fonctionnaires des collectivités locales, ce sont les enseignants grévistes qui ont vu leur salaire amputé de l’équivalent des journées non travaillées. Ils avaient observé une grève de trois jours en octobre. Ce mouvement de débrayage a fini par payer, car un accord visant à améliorer la rémunération des enseignants a été conclu à Rabat entre le gouvernement et les principales centrales syndicales. Il est prévu une augmentation salariale substantielle de 1 500 dirhams mensuels pour tous les fonctionnaires du secteur de l’éducation.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Administration - Grève

Aller plus loin

Le Maroc punit les enseignants grévistes

Près de 4000 enseignants, responsables des coordinations nationales et régionales pour la plupart, font l’objet de suspensions temporaires de travail. Des sanctions...

Maroc : grève des avocats contre les mesures fiscales du PLF 2023

Depuis mardi, les tribunaux marocains sont à l’arrêt suite à un mouvement de grève des avocats, qui protestent contre les nouvelles mesures fiscales les concernant contenues...

La grève a payé, 1500 dirhams de plus pour les enseignants marocains

Un accord a été conclu ce dimanche à Rabat entre le gouvernement et les principales centrales syndicales, visant à améliorer la rémunération des enseignants.

Maroc : des enseignants sanctionnés

Plusieurs enseignants marocains ayant poursuivi les mouvements de protestation contre le nouveau statut général, ont écopé de sanctions administratives de la part des directions...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plus de 90 000 fonctionnaires marocains payés à ne rien faire

La ministre déléguée auprès du chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, Ghita Mezzour, n’a pas souhaité ouvrir une enquête sur le scandale des fonctionnaires fantômes, estimés à plus de 90 000 dans...

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.

Le salaire minimum augmentera au Maroc, mais dans quelle proprotion ?

Le gouvernement se réunira, jeudi, lors d’un conseil au cours duquel seront examinés sept projets de décrets dont celui relatif à la fixation du montant du Salaire minimum légal dans l’industrie, le commerce, les professions libérales et l’agriculture.

Maroc : révision de l’impôt sur le revenu

Le gouvernement marocain, via son porte-parole Mustapha Baitas, a annoncé une révision de l’Impôt sur le revenu (IR) avec pour objectif d’augmenter les revenus des employés et fonctionnaires.

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08 %, passant de 7 250 dirhams en 2013 à 8 561 dirhams en 2023.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) annonce avoir programmé pour le mois de septembre, plusieurs concours en vue de recruter 6 000 agents de différents grades.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Coup d’accélérateur pour le TGV Kénitra-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a lancé un appel d’offres pour la construction d’une voie ferrée à grande vitesse de 375 kilomètres reliant Kénitra à Marrakech.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Marrakech veut en finir avec la mendicité et les SDF

La ville de Marrakech mène une lutte implacable contre la mendicité professionnelle et le sans-abrisme, qui porte déjà ses fruits. À la manœuvre, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et la brigade touristique.