Covid-19 : le Maroc face à l’objectif de l’immunité collective

24 août 2021 - 09h20 - Maroc - Ecrit par : A.T

Il ne faut pas considérer l’atteinte de l’immunité collective comme seule solution afin de lever les restrictions, affirme le Tayeb Hamdi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé, car celle-ci sera difficile à atteindre et demande du temps.

Dans une interview accordée à SRNTnews, l’expert, membre du comité scientifique et technique marocain, a indiqué que « les dernières recherches indiquent que l’immunité collective, premier espoir pour étouffer la propagation du virus, n’est plus une solution. Le vaccin s’est avéré insuffisant pour empêcher et bloquer l’infection des personnes vaccinées ainsi que la transmission du virus par celles-ci ».

Bien que le vaccin protège contre les cas sévères du Covid, il ne permettra pas d’atteindre l’immunité collective, précise M. Hamdi.

« Nous misions sur l’immunité collective, car il était attendu qu’une fois une grande proportion de la population sera immunisée, la minorité qui n’est pas vaccinée sera protégée. On supposait que si, par exemple, 80 % de la population est immunisée, soit par le vaccin ou suite à une infection, cette tranche jouera le rôle d’une barrière immunitaire protégeant les 20 % restants qui n’ont pas pu être vaccinées pour une raison ou une autre, car le virus ne pourrait plus se répandre », explique Dr. Hamdi.

A lire : Pas d’immunité collective contre le Covid-19 en 2021, selon l’OMS

Se basant sur les données publiques communiquées par le ministère de la Santé (objectifs de vaccination, doses administrées, stock disponible et immunisation naturelle), le scientifique a estimé que le variant Delta a changé la donne, précisant que « les personnes vaccinées sont 3 à 4 fois plus protégée d’une infection au Covid. Pourtant, avec le variant Delta, malheureusement, même les personnes vaccinées peuvent être contaminées ».

« Les personnes âgées vont perdre leur immunité très vite par rapport aux jeunes. Notre campagne a démarré en janvier avec les personnes âgées, si l’opération tarde trop, on risque d’avoir des personnes qui perdent leur immunité » a-t-il souligné.

Pour éviter justement ce scénario, il y a des moyens comme faire un vaccin de rappel. Soit on vaccine d’autres personnes en ratissant un peu plus large au-delà de la cible afin de compléter le nombre requis pour l’immunité de groupe. Tout cela pour dire que le chiffre de l’immunité vaccinale dépend aussi de la durée des anticorps, a-t-il conclu. En clair, le Dr Hamdi recommande une troisième dose.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Ministère de la Santé - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Covid-19 : l’immunité collective est une utopie

En démarrant la campagne nationale de vaccination contre le Covid-19 en janvier dernier, le Maroc espérait atteindre avant septembre l’immunité collective pour le retour à une...

L’immunité collective au Maroc attendue à la fin de l’année

Même si le Maroc est considéré comme le meilleur pays de la région MENA en matière de vaccination contre le Covid-19, l’immunité collective tant espérée pour un retour à la vie...

Le Maroc espère atteindre l’immunité collective dans moins de 5 mois

Les Marocains sont pressés de reprendre une vie normale et reléguer au passé cet épisode difficile du coronavirus. À ce titre, le royaume compte achever l’opération de...

Covid-19 : quid de l’immunité collective des Marocains ?

L’Institut Pasteur de Casablanca et le ministère de la Santé mènent actuellement une étude sur l’immunité collective des Marocains face au Covid-19.

Ces articles devraient vous intéresser :

Des pastèques contaminées dans les assiettes des Marocains ?

Le groupe du parti socialiste à la Chambre des représentants a adressé une question au ministre de la Santé et de la protection sociale, Khalid Ait Taleb, au sujet de la présence de pastèques contaminées sur le marché marocain.

Le Maroc pleure la mort de la "fille de la lune" Fatima Ezzahra Ghazaoui

Fatima Ezzahra Ghazaoui, 31 ans, star marocaine des réseaux sociaux, a perdu son combat contre la Xeroderma pigmentosumn, une maladie génétique rare à l’origine d’une hypersensibilité aux rayonnements ultraviolets, qui interdit toute exposition au soleil.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Royal air Maroc relance une ligne vers le Portugal

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a annoncé la reprise de la liaison Casablanca-Porto. Cette ligne est restée suspendue depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Marocains du monde : est-il interdit d’introduire des médicaments au Maroc ?

Les services de la Douane marocaine interdisent l’introduction au Maroc de médicaments, sauf pour les besoins personnels. A cet effet, certaines dispositions doivent scrupuleusement être respectées.

Une maladie menace les enfants marocains

La propagation de la maladie de leishmaniose dans plusieurs provinces marocaines préoccupe le Parlement. Une députée a interpellé le ministre de la Santé et de la Protection sociale Khalid Ait Taleb sur ce sujet.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.