Maroc-Israël : El Othmani répond à ses détracteurs au sein du PJD

9 janvier 2021 - 15h40 - Maroc - Ecrit par : J.K

Le Maroc avant tout, et une fidélité sans faille au roi Mohammed VI, c’est la devise du PJD, servie par son secrétaire général, El Othmani, en réponse à ses détracteurs au sein du parti. Ces derniers lui reprochent d’avoir signé l’accord tripartite avec les États-Unis et Israël et cherchent à le destituer.

Selon le quotidien Assabah, les islamistes radicaux avaient incité les membres du conseil national à appeler à la tenue d’un congrès extraordinaire pour révoquer le chef du gouvernement et secrétaire général du PJD, Saâd-Eddine El Othmani. En réponse, celui-ci a déclaré que son parti s’est engagé à respecter la devise de la nation avant tout, et ne peut en aucun cas y renoncer, puisqu’il a toujours soutenu les dossiers afférents à la souveraineté nationale.

« Le parti restera fidèle au roi Mohammed VI, car il est le seul garant de l’unité nationale. Autant dire que nous continuerons à soutenir les efforts du pays dans la défense de la cause nationale, conformément aux principes et aux références du PJD », a-t-il martelé. Et le chef du gouvernement de poursuivre : « J’ai signé l’accord en tant que chef du gouvernement, car cela relève de ma responsabilité et vous savez très bien que les relations extérieures demeurent un domaine de souveraineté qui relève directement du roi. Ce faisant, le deuxième homme de l’État ne peut aucunement contredire la première personnalité de l’État, comme l’avait exprimé Abdelillah Benkirane… Dans la position où nous sommes (NDLR à la tête du gouvernement), nous ne faisons pas ce que nous aimons, mais ce que nous dicte la responsabilité du poste que nous occupons au sommet de l’État ».

À l’endroit du Hamas, de Hezbollah et des organisations islamiques, El Othmani souligne que le contenu du communiqué du palais royal confirme la position du Maroc dans son soutien indéfectible à la cause palestinienne.

Il a, par ailleurs, démenti avoir présenté sa démission ou menacé de le faire, comme moyen de pression sur le conseil national, afin que celui-ci reporte la tenue de sa session extraordinaire, balayant ainsi, l’existence d’une crise au sein de son parti, malgré la pétition signée par 1000 adhérents, pour la tenue d’un congrès extraordinaire du PJD, conclut le quotidien.

Sujets associés : États-Unis - Diplomatie - Israël - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Saâdeddine El Othmani

Aller plus loin

Mike Pompeo évoque les raisons de la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara

Mike Pompeo, secrétaire d’État des États-Unis revient sur la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le Sahara. Il évoque les vraies raisons de cette décision...

Reprise des relations Maroc/Israël : El Otmani « assume »

« Une décision d’État pleinement assumée ». C’est l’expression utilisée par le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani, pour qualifier la décision du Maroc de rétablir ses...

Le PJD ne digère toujours pas la normalisation Maroc-Israël

Le Parti de la Justice et du développement (PJD) ne digère toujours pas la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Aziz Rabbah, ministre de...

Le PJD propose le report des élections en février 2022

Le Parti pour la justice et le développement (PJD) a fait une curieuse proposition lors des concertations sur la loi électorale. Le parti de la lampe souhaite le report des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Twitter sanctionne Saâdeddine El Otmani

L’ancien chef du gouvernement Saâdeddine El Otmani fait parler de lui, mais en des termes peu reluisants, en faisant sur Twitter le lien entre la variole du singe et l’homosexualité.