Fin du gazoduc Maghreb-Europe : le Maroc mise sur les énergies renouvelables

14 octobre 2021 - 06h40 - Ecrit par : A.P

Depuis l’annonce de la décision algérienne de ne pas renouveler le contrat de concession du gazoduc Maghreb-Europe (GME) qui traverse le Maroc avant de desservir l’Espagne, les autorités marocaines accélèrent la mise en œuvre de la politique de promotion des énergies renouvelables, notamment le photovoltaïque, afin de garantir l’approvisionnement en énergie.

La rupture des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc a affecté ce dernier qui a perdu les 7 % de gaz dont il bénéficiait à titre de péage dans le cadre du gazoduc Maghreb-Europe. Cette situation oblige le royaume à se tourner résolument vers les énergies renouvelables pour continuer à assurer l’approvisionnement en énergie aux Marocains. Depuis plusieurs années, le Maroc s’est lancé dans une politique de promotion de ces énergies avec la mise en service en 2016 d’une grande centrale solaire dans la région de Ouarzazate. Ceci, grâce au projet NOOR qui permettait de produire de l’énergie solaire sur 320 jours par an.

À lire : Le Maroc, champion mondial des énergies renouvelables

Le photovoltaïque est donc une solution durable pour les pays comme le Maroc qui ne disposent pas de ressources naturelles comme le gaz. Et le royaume a bien compris l’enjeu du solaire en ambitionnant d’augmenter sa capacité de production d’énergies renouvelables à 52 % d’ici 2030. « La position géographique du Maroc est particulièrement intéressante. Il peut facilement devenir une plaque tournante, commercialiser nos produits en Europe et sur le reste du continent africain », a expliqué Thierry Poitout, un investisseur français qui a créé ses sociétés photovoltaïques au Maroc : Solarmen, société d’installation de systèmes photovoltaïques en 2015, et plus récemment, SolarExport, spécialisée dans l’importation et la distribution de panneaux et d’équipements photovoltaïques.

À lire : Maroc : le secteur des énergies renouvelables créera près de 500 000 emplois les 20 prochaines années

Pour mener à bien cette politique de promotion des énergies renouvelables, le Maroc a créé en 2010 le MASEN, une unité spécialisée chargée de valoriser les technologies et ressources renouvelables du royaume. « Les programmes intégrés de développement de projets menés par MASEN visent notamment à développer une capacité supplémentaire de production d’électricité propre de 3 000 mégawatts (MW) d’ici 2020 et 6 000 MW d’ici 2030 », indiquent les responsables de cette agence, précisant que l’objectif à terme est de libéraliser le marché et de donner la possibilité et l’autorisation aux entreprises privées de produire et de vendre de l’énergie solaire. Dans ce sens, le programme « Energipro » offre la possibilité aux industries énergivores « de construire des installations d’énergies renouvelables leur permettant de couvrir une grande partie de leur consommation d’énergie ».

À lire : Comment le Maroc révolutionne les énergies renouvelables

« Notre souhait est de lancer prochainement un programme avec la Mauritanie et de connecter toute la zone ouest africaine grâce aux énergies renouvelables », a annoncé Tarik Hamane, directeur exécutif en charge du développement au sein du MASEN, soulignant ainsi la nécessité pour le Maroc de continuer à investir dans le photovoltaïque pour renforcer son rôle dans la révolution verte et devenir le leader du Maghreb en matière d’énergies renouvelables.

Tags : Energie - Environnement - Energie solaire

Aller plus loin

Le Maroc améliore son classement dans le secteur des énergies renouvelables

Le Maroc a gagné cinq places en matière d’attractivité dans le secteur des énergies renouvelables. C’est ce qu’indique le cabinet londonien Ernst & Young (EY) dans son dernier...

Énergies renouvelables : Mohammed VI en fait l’une de ses priorités

Une séance de travail a été consacrée à la stratégie des énergies renouvelables au Palais Royal de Rabat. Cette réunion s’inscrit dans le cadre du «  suivi des grands chantiers et...

Fin du gazoduc Maghreb-Europe : un gain géopolitique « nul » pour l’Algérie

Le non-renouvellement du gazoduc Maghreb-Europe traversant le Maroc pour desservir l’Espagne, n’est d’aucun intérêt pour l’Algérie du point de vue géopolitique, analyse le Journal du...

Maroc : le secteur des énergies renouvelables créera près de 500 000 emplois les 20 prochaines années

Le passage aux sources d’énergies renouvelables au Maroc créera jusqu’à 482 000 emplois les 20 prochaines années. C’est ce que révèle une étude du Forum euroméditerranéen des instituts...

Nous vous recommandons

Emmanuel Macron attendu au Maroc fin octobre

Le président français Emmanuel Macron a annoncé qu’il effectuera une visite au Maroc fin octobre, après son déplacement en Algérie le 25 août.

Le Maroc finira par revendiquer Ceuta et Melilla

Après avoir reçu le soutien des États-Unis, de la France, de l’Allemagne et de l’Espagne à son plan d’autonomie du Sahara, le Maroc, une fois la question de la souveraineté de ce territoire obtenue, concentrera son énergie sur Sebta et Melilla qu’il...

Le dirham poursuit sa baisse face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 0,28 % face au dollar américain et s’est dépréciée de 0,16 % vis-à-vis de l’euro au cours de la période allant du 29 juillet au 04 août 2021. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib...

Gazoduc Maghreb-Europe : non au « chantage inacceptable » de l’Algérie

Des députés italiens ont dénoncé « le chantage inacceptable » de l’Algérie qui a décidé de ne pas renouveler le gazoduc Maghreb-Europe (GME) traversant le Maroc, arrivé à expiration le 31 octobre dernier.

Le Maroc visé par de nouvelles accusations en Algérie

L’Algérie accuse le Maroc d’avoir ouvert des centres d’entraînement au profit du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) dans le but de l’attaquer.

Enseignement supérieur : le Maroc fait appel aux MRE

Le Maroc envisage de recourir à ses compétences à l’étranger pour améliorer la qualité de l’enseignement supérieur dans ses universités. Une réforme est en cours de préparation pour revoir le cadre légal régissant la...

Le début d’un possible dégel des relations entre le Maroc et la Tunisie ?

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger et son homologue tunisien Othman Jerandi se sont rencontrés mardi au Caire en marge de la réunion ministérielle de la Ligue arabe. Est-ce le...

Sahara : un exploit diplomatique pour le Maroc sous l’administration Biden

Le Maroc vient de réaliser un nouvel exploit diplomatique. La position des États-Unis sur leur reconnaissance de la marocanité du Sahara reste “inchangée”. Cette annonce a été faite par Ned Price, porte-parole du Département...

Visite de l’émir du Qatar au Maroc

L’émir du Qatar, Tamim ben Khalifa Al-Thani, effectue depuis mardi 21 décembre 2021 une visite privée au Maroc. Les deux pays entretiennent de bonnes relations depuis des décennies.

Le virement bancaire instantané au Maroc sera bientôt lancé

Bank Al-Maghrib a annoncé le lancement d’ici la fin de l’année, au Maroc, du virement bancaire instantané.