Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

25 avril 2023 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Répondant à une question de la journaliste Fatima Ifriqui sur la liberté d’expression au Maroc lors du podcast « Merci pour le dérangement », Ahmed Assid dit y voir « un changement dans l’approche sécuritaire de l’État qui ne veut plus avoir de détenus politiques officiels, et utilise donc l’astuce des mœurs pour justifier les arrestations des voix d’opposition », relate Article19. Il déplore toutefois que cette méthode ternit l’image du royaume à l’international.

À lire :« Au Maroc, tout opposant ou considéré comme tel est étouffé »

Plein d’optimisme, l’activiste se dit persuadé que le Maroc finira par « tourner la page des affaires de mœurs » contre les voix réfractaires, comme il l’a fait auparavant avec « les années de plomb ». Les ambitions économiques affichées par le royaume « ne peuvent être concrétisées sans démocratie, et sans opposition qu’elle soit radicale ou réformiste », estime-t-il.

À lire :Démocratie : le Maroc conserve son statut de « régime hybride »

Abordant la question de la laïcité, Ahmed Assid a rappelé que « la laïcité n’est pas la séparation de la religion de la société, comme le prétendent les mouvements religieux, mais la séparation de la religion de l’État et des institutions. » En d’autres termes, il s’agit de la mise en place de « la neutralité de l’autorité ». La finalité, c’est de permettre aux appareils de l’État de remplir leur mission de servir le citoyen sans distinction de religion. Selon lui, la religion doit rester un choix personnel qui ne peut être imposé par la force et seule la laïcité peut garantir le vivre-ensemble entre les religions au sein de la société.

À lire :La liberté de presse mise à mal au Maroc

Assid notera toutefois que la religion représente, aux côtés de la politique et le sexe, les principaux tabous dans la société marocaine, et tout débat sur ces sujets dérange toujours et met les penseurs en confrontation directe avec leurs détracteurs. L’intellectuel doit alors faire preuve de courage et de résilience, en se rangeant sans cesse du côté de l’humain et de la dignité humaine, et en critiquant toute forme de sous-développement aussi bien au sein de l’État que dans la société quel que soit le prix à payer, affirme l’écrivain.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Amazigh - Religion - Liberté d’expression - Ahmed Assid

Aller plus loin

« Au Maroc, tout opposant ou considéré comme tel est étouffé »

Kholoud Mokhtari, la femme de Souleimane Raissouini, le journaliste marocain condamné par la justice marocaine à cinq ans de prison pour « viol », raconte le triste sort de son...

La liberté de presse mise à mal au Maroc

Le Maroc a été cité comme mauvais élève en matière de liberté de la presse, parmi les pays de la sous-région, lors de la 2ᵉ édition des Assises internationales du journalisme...

Démocratie : le Maroc conserve son statut de « régime hybride »

Le Maroc est la troisième démocratie de la région MENA derrière Israël et la Tunisie et devant l’Algérie. C’est ce que révèle le dernier classement établi par l’Economist...

Maroc : la militante Saida Al-Alami écope de deux ans de prison ferme

La militante marocaine des droits de l’Homme, Saida Al-Alami a été condamnée, vendredi, à deux ans de prison pour « outrage envers un corps constitué ».

Ces articles devraient vous intéresser :

Officiel : l’Aid Al Fitr célébré mercredi 10 avril au Maroc

Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé ce mardi soir, après la prière d’Al Maghrib, l’observation du croissant lunaire annonçant le début du mois de Chaoual 1445 H. C’est donc officiel, l’Aïd Al Fitr 1445 sera célébré demain...

Maroc : ils paient les dettes des plus pauvres

De jeunes Marocains, influenceurs, artistes et personnalités sont à l’origine d’une initiative visant à soutenir les familles dans le besoin en cette période de ramadan, mais aussi à les aider à éponger leurs dettes.

Début de Ramadan au Maroc : décision ce mercredi

Alors que la majorité des pays musulmans débutent officiellement le ramadan ce jeudi 23 mars 2023, les Marocains, eux, devront attendre ce soir la décision du ministère des Habous et des Affaires islamiques.

Hajj : une clause "anti-protestation" fait polémique au Maroc

L’introduction par le ministère des Habous et des Affaires islamiques dirigé par Ahmed Taoufiq d’une clause qui oblige le pèlerin marocain pour le hajj 2024, un des cinq piliers de l’islam, « à ne pas protester même en cas de retard de l’avion », fait...

Maroc : de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch franchit de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh, mais des efforts considérables restent à fournir pour que la langue retrouve sa place qui lui est échue.

Voici la date l’Aïd Al-Adha au Maroc selon les calculs scientifiques

Le premier jour de l’Aïd al-Adha au Maroc sera célébré le lundi 17 juin 2024, correspondant au 10ᵉ jour du mois de Dhou al-Hijja de l’année 1445 de l’Hégire. Cette annonce émane des calculs astronomiques effectués par des scientifiques.

Voici la date de l’Aid al adha en France

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) vient d’annoncer la date de l’Aïd al-Adha en France. Cette fête intervient le 10ᵉ jour du mois de Dulhijja (12ᵉ mois lunaire).

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

Cheikh Mohammed Al Fizazi critique vivement la série de Mohamed Bassou

Le président de l’Association marocaine de la Paix et de la Transmission, Cheikh Mohammed Al Fizazi, a critiqué le comédien Mohammed Bassou pour sa série « Si Al Kala » diffusée sur sa page YouTube pendant ce mois de Ramadan, estimant qu’il ne fait que...

Maroc : appel à déclarer férié le jour du Nouvel an amazigh

Quelque 45 ONG marocaines et de la diaspora demandent au roi Mohammed VI de déclarer férié le « Yennayer » ou Nouvel an amazigh, célébré le 13 janvier de chaque année.