Les Marocains réticents à se faire vacciner contre le Covid-19

20 avril 2021 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Malgré le succès de la campagne de vaccination contre le coronavirus lancée en janvier, bon nombre de Marocains sont toujours réticents à se faire vacciner. Certains estiment que le vaccin est haram, tandis que d’autres redoutent ses effets secondaires.

« Je suis un homme de foi et Allah m’a confié ce corps dont je suis responsable. Je me dois d’en prendre soin. J’ignore les composantes de ce vaccin. Il se peut qu’il contienne des éléments toxiques, chimiques, voire proscrits par notre religion. Voilà pourquoi je refuse de me faire vacciner », déclare au magazine Le Point Mouhcine, sympathisant du mouvement islamiste Al Adl Wal Ihsane. Kelthoum, cheffe de projet d’une grande entreprise de communication partage cet avis : « Moi, me faire vacciner ? Mais ça ne va pas ! Je connais des médecins qui ont eu l’occasion d’analyser les vaccins. Ils m’ont confirmé qu’ils contiennent de l’alcool, beaucoup d’alcool, chose que je refuse d’injecter dans mon corps pur et spirituel… »

Salim, rencontré dans son garage de mécanique automobile, s’est laissé convaincre de ne pas se faire vacciner à travers des messages publiés sur les pages Facebook sur le sujet. « Pour AstraZeneca, je suis sûr à 100 % qu’il contient de la gélatine porcine ! C’est haram, on est bien d’accord, n’est-ce pas ? Pour Sinopharm, certains parlent d’un gène chinois qui a pour objectif de nous rendre tous mécréants ! Et pour Sputnik V, la plupart pensent qu’il contient une particule capable de nous faire aimer la vodka… mais pour celle-ci, je ne suis pas très sûr », raconte-t-il.

Les hommes politiques affichent, eux aussi, leur réticence à recevoir des doses des vaccins. « Quand on se fait injecter le vaccin, on reçoit des anticorps, mais aussi, dans la plupart des cas, des nano-éléments qui touchent les facultés mentales… ou les paralysent. Ce qui est extrêmement révoltant et l’État semble insensible à cela !  », déclare à la presse Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU). Abondant dans le même, Naoufal, un universitaire de 25 ans estime que l’État amasserait de l’argent à travers la campagne de vaccination et pourrait implanter aux citoyens une puce électronique, la fameuse 5G. « Ils veulent nous tracker, faites gaffe, le nouvel ordre mondial veut tracker tout le monde au moindre geste, restez sur vos gardes et ne cédez pas !  », alerte-t-il.

Hakim, étudiant à la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat évoque les risques liés à la vaccination. « Non seulement, les vaccins sont inefficaces vu la mutation exponentielle du virus, mais les effets indésirables sont effrayants : thromboses, syndromes pseudo-grippaux, troubles du rythme cardiaque, élévation de la tension artérielle, paralysie soudaine et temporaire des muscles d’un côté ou encore réaction allergique sévère…  ».

Face à cette réticence accrue de certains Marocains, le gouvernement a du pain sur la planche pour réussir à convaincre la population d’accepter le vaccin contre le coronavirus.

Sujets associés : Santé - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Covid-19 : reprise imminente de la campagne de vaccination au Maroc

Après quelques jours de pause, la campagne de vaccination contre le Covid-19, qui souffrait d’un manque de vaccins, pourra redémarrer. Plusieurs millions de vaccins sont...

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la...

Covid-19 au Maroc : la vaccination des plus de 65 ans fait chuter le taux de mortalité

Alors que le nombre d’infections au coronavirus et de personnes en soins intensifs croît, le nombre de décès a considérablement diminué au Maroc. Ceci, depuis l’élargissement de...

Covid-19 au Maroc : vers le recensement des non-vaccinés

Le ministère de l’Intérieur a demandé un recensement des fonctionnaires de l’administration publique toujours réticents à la vaccination anti-Covid-19, ainsi que des citoyens...

Ces articles devraient vous intéresser :

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Les employés marocains de TikTok en colère

Les modérateurs de contenu marocains ne sont pas contents de TikTok. Ils dénoncent la détresse psychologique et les bas salaires.

Le Maroc teste un système de santé intelligent

Le Maroc prévoit d’installer un « système de santé intelligent » dans les centres de santé des régions de Rabat-Salé-Kénitra (16), Fès-Meknès (15), Beni Mellal-Khénifra (11) et Draâ-Tafilalet (11). Cette première phase du projet devrait nécessiter un...

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Covid-19 au Maroc : la deuxième vague Omicron terminée

Au Maroc, la deuxième vague Omicron est terminée. Ceci après deux semaines consécutives de niveau de vigilance « vert faible » de la circulation du Covid-19 et le début de la phase post-vague ou la quatrième période intermédiaire.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Marocains du monde : est-il interdit d’introduire des médicaments au Maroc ?

Les services de la Douane marocaine interdisent l’introduction au Maroc de médicaments, sauf pour les besoins personnels. A cet effet, certaines dispositions doivent scrupuleusement être respectées.

Le Maroc met fin au PCR et pass vaccinal pour les voyageurs

Bonne nouvelle pour les touristes et les MRE souhaitant se rendre au Maroc. Les autorités sanitaires viennent de mettre fin à la présentation du PCR ou du pass vaccinal à l’entrée du territoire.

Punaises de lit : la psychose atteint le Maroc

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale a confirmé, mercredi, l’absence d’une propagation exceptionnelle des punaises de lit au Maroc. Dans un communiqué, les autorités sanitaires affirment avoir mis en place des mesures préventives en...

Les banques marocaines ont résisté à la crise sanitaire

Les banques marocaines ont été résilientes pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, selon un rapport de la Banque centrale du royaume.