El Jadida : un faux architecte condamné à 4 ans de prison ferme

31 octobre 2021 - 13h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le tribunal de première instance d’El Jadida a condamné un escroc qui se faisait passer pour un architecte et son complice à quatre ans de prison ferme et six mois avec sursis pour escroquerie, falsification de documents administratifs et participation à une escroquerie.

Selon le quotidien Assabah, les deux escrocs ont été arrêtés par la police, suite à la plainte déposée par un promoteur immobilier. Il confie avoir été contacté par le complice qui lui a fait part du lancement d’un marché public relatif à la construction d’une route dans la commune de Rommani relevant de la préfecture de Khemisset. Il lui a fait croire qu’il connait personnellement l’architecte responsable du projet et qu’il pourrait l’aider s’il est intéressé par le projet.

À lire : Casablanca : vaste escroquerie touchant l’immobilier

Ayant mis son plan en marche, il se présente quelques jours plus tard avec le faux architecte pour lui confirmer le lancement de ce marché. Poursuivant leur plan d’escroquerie, ils reviennent quinze jours après la rencontre, demander au promoteur immobilier de remplir le cahier des charges et de fournir un certificat de caution bancaire de 6 millions de dirhams. Ils vont même jusqu’à lui demander des documents sensibles de sa société afin de souscrire à ce marché public. Ils lui diront quelques jours plus tard que sa société a remporté le marché et qu’il faut à présent passer devant la commission chargée des marchés dans la commune.

À lire : Immobilier : une tentative d’escroquerie évitée à Harhoura

Il sera conduit à Rommani où il a été présenté à deux individus qui seraient membres de la commission. Il se laisse prendre au piège et verse au faux architecte la somme de 270 000 dirhams et à son complice 210 000 dirhams à titre d’avance pour débuter le projet.

À lire : Arnaque immobilière à Bouskoura

Voyant qu’il était en plein dans une arnaque, le promoteur a demandé à visiter les lieux du projet pour avoir une idée des travaux à faire. Mais les deux escrocs ont avancé des excuses les unes les plus fallacieuses que les autres pour ne pas accéder à la requête de ce dernier. Il comprend qu’il s’est fait avoir et est allé porter plainte contre le faux architecte et son complice.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - El Jadida - Prison - Arrestation - Escroquerie - Plainte

Aller plus loin

France : ils blanchissaient les bénéfices des escroqueries au Maroc

Depuis la France, une famille marocaine établie à Orléans et un Turc basé en Seine-Saint-Denis, chef d’un réseau spécialisé dans la vente de parfums contrefaits sur internet,...

Maroc : un président de club suspendu à vie pour chantage et escroquerie contre des joueuses

Le football féminin au Maroc est en plein tourment avec des affaires de chantage, de trucage de matchs et de brimades. La Commission d’éthique de la Fédération royale marocaine...

Avignon : une Marocaine interpellée pour une escroquerie à 190 000 euros

Un réseau d’escrocs a réussi à détourner, en l’espace d’un an et demi, des dizaines de milliers d’euros (190 000) à l’entreprise de commerce en ligne, Cdiscount. Parmi eux, une...

Escroquerie dans un hôpital à Marrakech : de faux médecins arrêtés

À l’hôpital Ibn Tofail de Marrakech, des individus ont, sous le couvert de l’habit respectable du faux médecin, arnaqué des familles de malades. Pris en flagrant délit, certains...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’activité immobilière au Maroc ralentit fortement

La crise semble s’installer. Les ventes de ciment, principal indicateur de l’activité immobilière continue de baisser au Maroc. À fin août dernier, ces ventes ont diminué de 7,2 % en rythme annuel, selon la Direction des études et des prévisions...

Promoteurs immobiliers au Maroc : le fisc lance une opération coup de poing

La Direction générale des impôts (DGI) va lancer prochainement une vaste opération de contrôle et d’inspection visant les grandes entreprises et notamment les promoteurs immobiliers ayant eu recours à des pratiques frauduleuses pour bénéficier...

L’immobilier au Maroc augmente encore au 3e trimestre

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) s’est apprécié, en glissement annuel, de 1,3 % au troisième trimestre de 2022. C’est ce que précisent Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la...

Maroc : l’aide au logement booste le marché de l’immobilier

Au Maroc, le nouveau programme d’aide à l’acquisition de logements est susceptible d’apporter une bouffée d’oxygène au marché immobilier.

Maroc : changement majeur chez Airbnb

La plateforme américaine Airbnb interdit désormais toutes les caméras de surveillance à l’intérieur des logements mis en location. Cette nouvelle règle entrera en vigueur en avril dans tous les pays, y compris le Maroc.

Maroc : les prix de l’immobilier en hausse au premier trimestre 2023

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a enregistré au premier trimestre 2023 une hausse de 0,8 %, en glissement annuel, selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).

Maroc : le secteur immobilier marque des points malgré la crise

En 2023, malgré les chocs endogènes, la conjoncture internationale et la stagnation de l’activité, le secteur de l’immobilier au Maroc a montré sa résilience. Et, les perspectives pour l’année prochaine s’annoncent meilleures.

Airbnb échappe au fisc marocain

Airbnb, la plateforme communautaire permettant de mettre en relation des voyageurs avec des entreprises hôtelières (hôtels, gîtes, chambres d’hôtes), des investisseurs en immobiliers locatifs para-hôteliers, échappe au fisc marocain.

Aide au logement : un vrai succès chez les MRE

Près de 20% des potentiels bénéficiaires du nouveau programme l’aide au logement lancé par le roi Mohammed VI en octobre dernier sont des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Immobilier au Maroc : baisse des prix

Au deuxième trimestre de cette année, le secteur immobilier au Maroc montre des signes d’essoufflement, avec une forte baisse des transactions.