Procès de la Mocro Maffia : des défaillances révélées par un rapport

2 mars 2023 - 12h00 - Monde - Ecrit par : P. A

Le parquet a failli à sa mission d’assurer la sécurité du frère de Nabil B., témoin-clé dans le procès Marengo et de la Mocro maffia, assassiné en mars 2018 à Amsterdam. C’est la conclusion à laquelle est parvenue le Conseil néerlandais pour la sécurité des personnes impliquées dans ce procès. Une nouvelle qui réjouit la famille de ce dernier.

« Le rapport confirme ce que nous savons depuis le début : le système de témoins-clés est défaillant, met en danger des vies innocentes et le ministère public a été négligent en ce qui concerne notre sécurité », a déclaré la famille dans un communiqué, dénonçant aussi l’assassinat de Derk Wiersum, l’avocat du frère de Nabil B., et Peter R. de Vries, son homme de confiance. « Nous avons perdu trois hommes qui nous étaient chers. Nos vies ont été ruinées et après toutes ces années, nous avons l’impression d’avoir été abandonnés par le ministère public et l’État », ajoute-t-elle.

À lire : Comparution de Ridouan Taghi, cerveau présumé de la « Mocro-mafia » à Amsterdam

Pour Royce de Vries, le fils du journaliste d’investigation Peter R. de Vries, assassiné en 2021, le rapport est « particulièrement douloureux à lire ». « Ça me touche plus que ce que je ne l’aurais imaginé… Les erreurs qui ont été commises, comment les choses se sont déroulées », a-t-il déclaré à l’agence de presse ANP. Selon le rapport, la police et le ministère public ont manqué de nombreux signaux avant les meurtres et les différents services impliqués dans la surveillance ont été inefficaces.

À lire : Mafia marocaine aux Pays-Bas : la perpétuité requise contre Ridouan Taghi

Pour ces raisons, la famille appelle à une révision complète du système de témoins-clés, notant que « le système actuel est inhumain et coûte des vies. Il ne doit pas y avoir d’autres victimes et personne ne doit subir notre sort ». Nabil B. est l’un des 17 suspects dans le procès Marengo dont le principal accusé est Ridouan Taghi, considéré comme le chef de la Mocro Maffia, l’organisation criminelle marocaine active aux Pays-Bas et en Belgique. Nabil B. a fourni à la justice plusieurs éléments de preuve contre Taghi et d’autres accusés, en échange d’une réduction de peine.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Pays-Bas - Droits et Justice - Procès - Mocro Maffia - Ridouan Taghi

Aller plus loin

Mafia marocaine : onze arrestations dans l’enquête sur Ridouan Taghi aux Pays-Bas

L’enquête sur les leaders de la Mocro-maffia aux Pays-Bas, les Maroco-néerlandais Ridouan Taghi et Said Razzouki avance doucement. D’après les autorités néerlandaises, les deux...

Explosion à Anvers : la mocro maffia soupçonnée

Une explosion violente a secoué Anvers dans la nuit de samedi à dimanche, causant des dommages matériels considérables et faisant un blessé léger. La police locale a rapidement...

Comparution de Ridouan Taghi, cerveau présumé de la « Mocro-mafia » à Amsterdam

Le procès du trafiquant de drogue Ridouan Taghi, l’un des chefs de la mafia marocaine et de 16 autres suspects s’est ouvert, lundi 22 mars 2021, à Amsterdam devant un tribunal...

Pays-Bas : début du procès des complices de Ridouan Taghi, chef de la mafia marocaine

La cour hautement sécurisée d’Amsterdam Osdorp, a relancé le procès contre le gang de liquidation Ridouan Taghi. Cette fois-ci, c’est la crédibilité du témoin à charge, Nabil...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.