Le Québec va faire appel à la main d’oeuvre étrangère

12 juin 2021 - 07h20 - Monde - Ecrit par : A.T

Pour les dix prochaines années, les autorités québécoises envisagent de revoir le seuil de l’immigration pour résorber la pénurie de main d’œuvre. Toutefois, le ministre du Travail Jean Boulet souligne que l’immigration n’est pas la seule solution pour répondre aux besoins des entreprises.

Le Québec va combler 22 % de ses besoins en main d’œuvre par des travailleurs immigrés. L’information est donnée par le ministre du Travail Jean Boulet qui annonce qu’« il est prévu un total de 600 000 départs à la retraite entre 2019 et 2023, avec la création anticipée de 150 000 emplois. Cela représente 750 000 postes à combler ».

En effet, déplore le Ministre, les régions du Québec souffrent d’une pénurie de main-d’œuvre chronique depuis plusieurs années. La courbe démographique illustre très bien la diminution de la population active, c’est-à-dire les gens aptes à occuper un emploi. Pour de nombreuses entreprises, maintenir le niveau de production est compliqué, et plusieurs d’entre elles refusent de nouveaux contrats ou retardent des investissements, faute de main-d’œuvre, et ce, dans tous secteurs confondus.

À lireLe Québec augmente les frais d’immigration et d’études

Une situation qui pénalise le niveau de productivité, déclare-t-il, ajoutant que la province se situerait sous la moyenne des 20 pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Pour résoudre cette problématique, le ministre a décidé de revoir la question de l’immigration qui selon lui reste cruciale. « Il faut d’abord épuiser notre capacité à intégrer les personnes qui sont disponibles ici », va-t-il confier.

À en croire les chiffres officiels, le taux de chômage des immigrés établis au Québec depuis moins de cinq ans serait estimé à 16,5 %.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Canada - Compétitivité - Emploi - Québec - Développement - Formation - Chômage

Aller plus loin

Le Québec accueillera moins d’étrangers que prévu en 2020

Le Québec n’accueillera pas plus que 30 000 immigrants tout au long de l’année 2020. La ministre des Relations internationales et de la francophonie a dévoilé jeudi le plan...

Colère des musulmans de Québec contre le Premier ministre

Boufeldja Benabdallah, porte-parole du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) s’en est pris au Premier ministre québécois, François Legault lors des commémorations du...

Le Québec à la recherche d’infirmiers marocains

Pour combler le déficit de main-d’œuvre locale, les employeurs québécois se tournent vers l’international et particulièrement le Maroc pour recruter certains profils dont...

Le Québec augmente les frais d’immigration et d’études

Les étudiants marocains payent depuis le 1ᵉʳ janvier très cher leurs études au Québec. Cette mesure concerne aussi bien les frais liés au traitement des dossiers par les...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’École 1337 élue 3ᵉ meilleure au monde

L’école « 1337 » de l’Université Mohammed VI Polytechnique, spécialisée dans la formation gratuite en programmation, fait partie des trois meilleures au monde.

Les Marocains partiront à la retraite plus tard

Le Maroc s’est engagé dans la voie de réforme de son système de retraite visant à rétablir l’équilibre financier des régimes. Et l’une des principales dispositions du nouveau texte est le relèvement de l’âge de départ à la retraite à 65 ans. La...

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Spirit Aerosystems renforce ses effectifs marocains

Après une pause en 2021, les recrutements ont repris au Maroc chez l’Américain Spirit Aerosystems, leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Déjà de dizaines de personnes recrutées.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Maroc Telecom augmente de 10% le salaire de ses employés

Après une série de négociations, les employés de Maroc Telecom ont réussi à obtenir de la direction, une augmentation des salaires de 10 % avec effet rétroactif. Un accord a été signé dans ce sens entre les deux parties.

Les recommandations de la banque mondiale au Maroc

La banque mondiale a formulé quelques recommandations consignées dans son dernier rapport sur le climat et le développement (CCDR) du Maroc.