A Sebta, l’activité économique est en berne

30 juin 2021 - 10h00 - Espagne - Ecrit par : A.T

L’économie est en berne à Sebta. Les principales activités sont asphyxiées au profit de la lutte contre la migration clandestine. L’arrêt de la contrebande, du tourisme, de l’alimentation, ont plongé les habitants de l’enclave dans le désarroi.

La fermeture des frontières de Bab Sebta en août 2019 a fait très mal à Ceuta. Alors que la ville frontalière de Fnideq a un regain économique, avec l’installation d’une zone industrielle, Sebta continue de sombrer dans une crise économique, rapporte le journal l’Economiste.

La fermeture des frontières a créé beaucoup de dégâts de l’autre côté de la frontière espagnole, car l’activité de contrebande, qui employait des centaines de personnes à Sebta est combattue au plus haut niveau.

De même, l’arrêt du tourisme de shopping qui profitait aux dizaines de boutiques est un coup dur pour la ville. Des milliers de Marocains, pour la plupart des estivants, avaient pour habitude de passer la frontière pour acheter vêtements, accessoires, produits alimentaires et autres.

Des dizaines de millions en euros y passaient chaque année, mais dans le sens inverse, les habitants de la ville profitaient aussi en faisant leurs emplettes dans les marchés de produits frais de Fnideq mais aussi de Mdiq et de Tétouan.

A lire : Voici le plan de Sebta et Melilla pour ne plus dépendre du Maroc

Aussi, l’arrêt du commerce du pain et de poissons frais dans les marchés et restaurants et surtout, des bouteilles de butane a créé une psychose au sein de la population. Ces bonbonnes étaient achetées au Maroc pour être utilisées à Sebta. La différence de prix encourageait les habitants à en acheter au Maroc (4 euros au Maroc au lieu de 17 euros à Sebta).

La fin de cette chaine touristique et commerciale aurait plongé l’enclave espagnole dans une crise économique sans précédent.

Sujets associés : Espagne - Ceuta (Sebta) - Consommation - Crise économique - Contrebande

Aller plus loin

Énième prolongation de la fermeture des frontières de Sebta et Melilla

La fermeture des postes frontaliers entre Sebta, Melilla et le Maroc a été prolongée jusqu’au 31 juillet en raison de la pandémie de Covid-19. Une décision émanant du ministère...

Sebta et Melilla sont marocaines selon le parlement arabe

Le parlement arabe vient de voter une résolution en procédure d’urgence pour reconnaître Ceuta et Melilla comme des « villes marocaines ».

Le Maroc veut « étouffer » Melilla et Sebta

Le président de Melilla, Eduardo de Castro, a critiqué la stratégie du Maroc d’étouffer Ceuta et Melilla, avec la construction de grands ports au nord du pays et l’arrêt de...

Ceuta veut se développer sans le Maroc

Le développement économique de Ceuta préoccupe le journal El Español-Invertia qui organise, du mardi 28 au mercredi 29 septembre, un Forum économique en vue d’analyser le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Maroc : la chute des ventes de voitures neuves continue

Les ventes de voitures neuves au Maroc sont toujours dans le rouge. À fin septembre, 120 905 unités ont été vendues, soit une baisse de 8,15 %, comparativement à la même période de l’année dernière.

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.

Banques marocaines : Fitch Rating avertit

Les banques marocaines font face à une situation de dégradation de la qualité de leurs prêts, en dépit d’une plus grande sélectivité dans leur octroi, avertit l’agence de notation américaine Fitch Ratings.

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

La Banque Mondiale revoit à la baisse la croissance économique marocaine

De 7,9% en 2021,la croissance de l’économie marocaine devrait s’établir à 1,3% en 2022, selon les précisions données mercredi par l’économiste principal de la Banque Mondiale au Maroc, Javier Diaz Cassou.

Maroc : clap de fin pour Jumia Food

Les Marocains ayant l’habitude de commander via Jumia Food devront dorénavant se diriger vers un concurrent. L’entreprise vient d’annoncer la fin de son service au Maroc.

Voici le profil des Marocains qui s’endettent le plus

Bank Al-Maghrib a analysé le profil des Marocains qui recourent le plus aux crédits à la consommation et à l’habitat, sur la base des critères de l’âge, du revenu, de la catégorie socio-professionnelle et du lieu de résidence.

Le Maroc ne touche pas à la subvention du gaz, du sucre et du pain

Malgré la conjoncture internationale, le gouvernement marocain va maintenir les subventions pour garantir la stabilité des prix du gaz butane, du blé et du sucre sur le marché national en 2023.

Le Roi appelle à combattre les spéculateurs

Dans son discours adressé aux Marocains à l’occasion de la fête du Trône, le Roi Mohammed VI a appelé à une lutte efficace contre les spéculations et la manipulation des prix.