Affaire Souad Chraïbi : la police russe enquête au Maroc

15 juin 2012 - 12h01 - Maroc - Ecrit par : J.L

Deux policiers russes sont arrivés au Maroc pour enquêter sur l’affaire des bijoux volés dans la résidence de l’ambassadeur du Maroc en Russie, dans laquelle est poursuivie la femme d’affaires Souad Chraïbi, actuellement détenue à la prison Oukacha de Casablanca.

Le procès de Souad Chraïbi prévu le 28 juin, réservera probablement des surprises quant à l’achat et à la sortie des bijoux de Russie. Les preuves d’achat des bijoux présentées par Lamia Benyahya, l’épouse de l’ambassadeur Abdelkader Lachhab, porteraient notamment les mêmes numéros que d’autres reçus produits récemment.

L’assurance russe de ces bijoux et la devise avec laquelle ils ont été achetés, ont également éveillé des soupçons. De plus, Lamia Benyahya, qui estimait ses bijoux à quatre millions de dirhams lors du dépôt de plainte contre Souad Chraïbi, déclare aujourd’hui que leur valeur ne dépasse pas le million de dirhams, rapporte l’hebdomadaire Al Ousboue.

Souad Chraïbi elle, se défend d’avoir volé les bijoux et aurait donné à la police des documents selon lesquels, elle aurait payé les bijoux à l’épouse de l’ambassadeur.

Du côté du ministère des Affaires étrangères, aucune déclaration n’a été faite à ce jour, et ce même si le vol aurait eu lieu au siège de l’ambassade du Maroc en Russie.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Russie - Droits et Justice - Ambassades et consulats - Procès - Prison - Abdelkader Lachhab - Souad Chraibi - Vol - Prison d’Oukacha

Ces articles devraient vous intéresser :

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Le Maroc nomme 4 nouveaux consuls en France

Un important mouvement de personnel diplomatique a été initié par le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, dont plusieurs en France.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...