La Kafala au Maroc : appel à une simplification de l’adoption

26 février 2021 - 15h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

Plusieurs responsables ont participé, jeudi à Rabat, à une journée d’étude sur la promotion de la Kafala. Les participants ont plaidé en faveur de la facilitation des procédures d’adoption pour l’intérêt supérieur des enfants abandonnés.

« Il faut activer les lois relatives à la Kafala et faciliter davantage ses procédures, car la place ordinaire des enfants abandonnés est au sein de la famille », a indiqué la ministre de la Solidarité, du développement social, de l’égalité et de la famille, Jamila El Moussali, en marge de cet évènement, rapporte La Map. La ministre a souligné que cette journée d’étude est une opportunité de réflexion collective sur les moyens pouvant permettre de capitaliser les acquis et de bénéficier des expériences internationales et des bonnes pratiques pour renforcer les efforts de prévention de l’abandon et préserver la relation de l’enfant avec sa famille biologique.

Au cours de la journée d’étude, les participants ont également réfléchi sur les moyens à déployer pour encourager la Kafala et examiner les divers aspects liés à sa promotion au niveau juridique. Ils ont souligné la nécessité d’améliorer la qualité des services de prise en charge et de l’image de l’enfant abandonné.

Dans une intervention par visioconférence, le ministre d’État chargé des droits de l’Homme, Mustapha Ramid, a souligné que le Maroc a mené de grandes réformes en matière de droits de l’enfant, grâce à la volonté et l’implication de feu Hassan II, de la Princesse Lalla Meryem, présidente de l’Observatoire national des droits de l’enfant, et bien sûr du Roi Mohammed VI. « La loi 15-01 relative à la Kafala des enfants abandonnés doit être révisée ». Il ajoute que bien qu’il soit « un acquis important, le système de la Kafala doit être amélioré et consolidé par le renforcement des garanties », ajoute la même source.

De son côté, la représentante du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) au Maroc, Giobanna Barberis, a également souligné la nécessité de reformer le système de la Kafala pour qu’il soit pleinement en conformité avec les principes de la Convention internationale des droits de l’enfant.

Quant au Wali chargé de la coordination nationale de l’INDH, Mohamed Dardouri, il a indiqué dans son allocution par visioconférence que l’initiative nationale pour le développement humain a accompagné la réalisation de plus de 200 projets d’une enveloppe de plus de 470 millions de DH. L’objectif est d’améliorer les conditions de prise en charge des enfants en situation difficile et dans les centres d’accueil.

Sujets associés : Régularisation - Etude - Enfant - Kafala - Mustapha Ramid - Ministère de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social - Jamila El Moussali

Aller plus loin

Quand des personnalités juives se mobilisent pour la protection des enfants musulmans

Apologie du terrorisme, menaces de mort, injures ou provocations à la haine, voilà les sujets sur lesquels des centaines d’enquêtes ont été lancées en France après l’assassinat...

Maroc : adoption du projet de loi sur le congé de paternité

C’est à l’unanimité de ses membres présents que la Chambre des Représentants a adopté le projet de loi sur le congé de paternité.

Melilla : quand les enfants marocains paient les pots cassés

Plusieurs dizaines d’enfants marocains attendent encore de rejoindre les bancs de l’école à Melilla. Les autorités de l’enclave espagnole refusent de les scolariser, sous...

Adoption : la Flandre ne veut plus d’enfants marocains

La Flandre a décidé d’arrêter sa collaboration avec le Maroc dans le cadre de l’adoption internationale. Désormais, les familles désireuses d’adopter des enfants, ne pourront...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers la légalisation de la cryptomonnaie ?

Actuellement interdit au Maroc, la Cryptomonnaie pourrait être autorisée et officialisée par un projet de loi qui attend d’être voté.

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Hiba Abouk, séparée d’Achraf Hakimi, trouve du réconfort auprès de ses enfants

Affectée par sa séparation avec Achraf Hakimi et la polémique liée à leur divorce, Hiba Abouk continue de garder le moral haut et le sourire grâce à ses enfants Amin (3 ans) et Naïm (1 an).