30% du coût de l’éducation est assuré par les Marocains

9 décembre 2020 - 14h30 - Ecrit par : A.S

Les Marocains s’occupent de 30% du coût de l’éducation, soit le double de la moyenne OCDE, a affirmé le ministre de l’Éducation nationale, Saaid Amzazi, samedi 5 décembre. Afin d’aider les ménages et l’État confrontés à plusieurs défis budgétaires, le ministre a suggéré des solutions de financement innovantes.

Lors d’un colloque sur le financement du système éducatif, organisé par la Trésorerie générale du Royaume du Maroc et l’Association pour la fondation internationale de finances publiques (Fondafip) avec le soutien de la Revue française de finances publiques (RFFP), le ministre a dressé un bilan inquiétant du système éducatif marocain. Bien qu’un budget considérable soit dédié à son département, la part réservée aux chantiers de réformes et améliorations reste insignifiante. Aujourd’hui, «  le grand problème de l’éducation est qu’il s’agit d’une urgence silencieuse  », a-t-il affirmé, soulignant qu’un investissement sérieux dans l’éducation permettra d’améliorer le capital humain et de construire l’école de demain.

Par ailleurs, «  dans la majorité des pays, l’éducation bénéficie d’un financement de l’État, des collectivités territoriales, des ménages et du secteur privé. Mais au Maroc, le financement de l’éducation est très majoritairement fourni par l’État  », avec 22% de son budget soit 7% du PIB, a-t-il indiqué.

Ainsi, fait savoir Médias24, pour soulager l’État et les ménages qui s’occupent d’une part du financement de l’éducation nationale, soit le double de la moyenne OCDE, le ministre a exposé des solutions innovantes comme, les partenariats public-privé, la contribution de la diaspora, le prélèvement sur la contribution libératoire en rapport aux avoirs détenus à l’étranger, la taxe sur les richesses naturelles et autres.

Ces méthodes exploitées par d’autres pays dont le Ghana, le Botswana, permettront au Royaume de faire asseoir les bases de l’école de demain, axée sur le numérique et l’auto-apprentissage, a conclu M. Amzazi.

Tags : Investissement - Famille - Education - Ministère de l’Education nationale - Saaïd Amzazi

Aller plus loin

Une première dans le monde arabe, la culture judéo-marocaine enseignée dans les écoles

Pour la première fois dans le monde arabo-musulman, l’histoire de la culture juive sera enseignée dans les écoles marocaines. Cette décision historique a été annoncée par la...

Maroc : 200 000 élèves ont quitté le privé pour le public

Le taux des élèves dans les établissements d’enseignement privés a chuté lors de cette rentrée scolaire. A cause de la pandémie, plus de 200 000 élèves ont quitté les établissements...

Fermeture d’écoles : le collectif des parents traîne le gouvernement en justice pour « abus de pouvoir »

La décision du gouvernement de fermer toutes les écoles de Casablanca et celles des zones à risques dans les autres régions, n’est pas du gout du Collectif des Parents en colère....

Maroc : les élèves désertent les écoles privées

Boudée depuis des années, l’école publique semble avoir un regain d’intérêt chez les parents. C’est ce qui ressort de l’intervention du ministre de l’Éducation nationale, de la...

Nous vous recommandons

Le Maroc veut construire une grande base navale à Dakhla

Le Maroc prévoit de construire une grande base navale militaire à Dakhla, afin d’apporter une assistance logistique et militaire aux pays africains amis, et de recevoir des missions de maintien de la paix des Nations unies (ONU) et de l’Union africaine...

Le Maroc pas concerné par la fermeture de l’espace aérien russe

En réponse aux sanctions européennes, la Russie a décidé de fermer son espace aérien à 36 pays, dont les 27 membres de l’Union européenne. Le Maroc n’est pas concerné par cette mesure.

Aptiv va créer 3500 emplois à Oujda

Aptiv, la multinationale spécialisée dans la conception et la fabrication d’équipements pour véhicules va investir 394 millions de dirhams (MDH) pour la construction d’une usine de câbles automobiles dans la ville de...

Après 13 ans de prison, Hassan Iasir, meurtrier d’une policière, est libre

Le tribunal d’application des peines de Bruxelles a accordé la liberté complète à Hassan Iasir, l’un des trois hommes condamnés en 2011 pour home-jacking avec circonstance aggravante de meurtre sur la jeune policière, Kitty Van...

Maroc : les producteurs d’huile d’olive déçus

En pleine campagne oléicole, les producteurs marocains d’huile d’olive et d’olives de table se préparent à de faibles rendements. Les pertes cette année sont estimées à 30 %, en raison de la pluviométrie.

Un message de soutien de Amine Harit à Kylian Mbappé

L’international marocain Amine Harit a envoyé un message de soutien au Français Kylian Mbappé qui a raté le tir au but décisif contre la Suisse en huitièmes de finale de l’Euro 2020, lundi 28 juin.

Huile d’argan : le Maroc tente de protéger son trésor

Le Maroc a décidé de restreindre l’exportation de l’huile d’argan. Par cette mesure qui semble extrême, les autorités veulent protéger un terroir de plus en plus monopolisé par les multinationales de la...

Les professionnels de l’hôtellerie-restauration français en quête de main-d’œuvre marocaine

Face au manque de candidats aux 270 000 offres d’emploi publiées pour la saison estivale 2022, l’Union des métiers de l’hôtellerie (UMIH) est en pourparlers avec le Maroc pour recruter des Marocains.

Quelle est l’évolution des prix à Tanger ?

À fin octobre dernier, l’indice des prix à la consommation (IPC) a connu à Tanger, une hausse de 0,4 % par rapport au mois précédent.

Voici pourquoi le Maroc interdit l’exportation de l’huile argan

Le Maroc a décidé de limiter l’exportation de l’huile d’argan. Voici les explications du gouvernement.