Thami Bennani : de la disparition au meurtre

9 juillet 2023 - 21h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

La police vient de confirmer la thèse du meurtre dans l’affaire Thami Bennani, le jeune homme de 17 ans porté disparu depuis plus de 15 ans à Mohammedia. Un début de victoire pour sa famille, et notamment sa mère qui se bat depuis des années pour élucider la disparition inquiétante de son fils.

Hayat, la mère de Thami Bennani, s’est transformée en détective privé depuis la disparition de son fils dans des circonstances mystérieuses. Après avoir mené ses enquêtes en solo, elle a réussi à rassembler des preuves et des indices qu’elle a transmis à la police. Sans succès. Les présumés accusés, cinq amis de son fils, issus de familles « riches et influentes », n’ont pas été inquiétés car, selon la police, son fils, « drogué » et « instable », se serait suicidé, fait savoir Hespress.

La mère n’est pas convaincue par cette thèse de suicide. Elle dénonce le piétinement de l’enquête, des « négligences », des « tentatives » de classer l’affaire sans suite, et des « pressions » exercées par des personnes influentes pour innocenter les présumés accusés. Elle soutient que son fils a été victime de meurtre et réclame justice. Lors de l’audience du vendredi dernier, le parquet général de la cour d’appel de Casablanca a confirmé la thèse du meurtre de Thami, indiquant que le jeune homme avait été retrouvé décapité et que son corps présentait plusieurs marques de contusions.

À lire : 15 ans après sa disparition, justice pour Thami Bennani

Le substitut du procureur général a également précisé que la déchirure du pantalon de la victime était due au fait que son corps avait été traîné du lieu du meurtre vers le lieu où il a été retrouvé. Sur la base de ces éléments, le parquet a conclu que Thami avait été victime de violence et requis les peines maximales à l’encontre des accusés, en détention à la prison d’Oukacha.

À l’issue de l’audience, Hayat a exprimé sa satisfaction. « Le parquet général était à la hauteur de nos attentes et en accord avec la réalité de l’affaire, et qu’il se dirigeait vers la vérité, à savoir que Thami Bennani a bel et bien été tué », a-t-elle déclaré, ajoutant que « le mot ‘meurtre’ de Thami était absent depuis des années, et qu’aujourd’hui, le parquet général et la défense l’ont évoqué ». L’audience a été reportée à lundi prochain, occasion pour les avocats de la défense de faire leur plaidoirie, en attendant le verdict final de la Cour.

Sujets associés : Casablanca - Droits et Justice - Mohammedia - Enquête - Homicide - Disparition

Aller plus loin

Disparition d’Imane Khraiss : les recherches se poursuivent à Zemst

Les recherches menées à Zemst, en Brabant flamand, afin de retrouver Imane Khraiss, une jeune femme d’origine marocaine âgée de 25 ans tombée dans la Senne durant la nuit de...

Justice rendue pour Thami Bennani : 20 ans de prison pour les deux accusés

L’affaire Thami Bennani a connu son épilogue le mercredi 12 juillet. La chambre criminelle de la cour d’appel de Casablanca a prononcé une condamnation de 20 ans de prison ferme...

Disparition inquiétante d’une jeune lycéenne à Salé

Hiba, une jeune lycéenne de 16 ans, n’a plus donné signe de vie depuis sa sortie du lycée Abou Bakr El Kadiri de Salé le 4 février. Une disparition qui inquiète ses parents qui...

Brest : où est passé Sami El Yousfi Alaoui ?

Un étudiant en école d’ingénieurs, Sami El Yousfi Alaoui, 20 ans, d’origine marocaine, n’a plus donné signe de vie depuis la nuit de samedi à dimanche Brest.

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.