Alerte sur l’huile d’olive au Maroc

3 février 2024 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La multiplication des fraudes sur l’huile d’olive préoccupe le Parlement marocain. La députée Naima El Fathaoui, a adressé une question écrite à Mohamed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement rural, de l’Eau et des Forêts.

La question des huiles contrefaites et des moulins à huile non surveillés est un sujet de préoccupation pour la députée Naima El Fathaoui. Dans une question écrite, elle a expliqué au ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement rural, de l’Eau et des Forêts que les Marocains sont connus pour leur forte demande d’huile d’olive, ce qui augmente le risque que des huiles impropres à la consommation atteignent leurs maisons, en raison de la propagation de certaines pratiques frauduleuses et trompeuses parmi les promoteurs de ces huiles. Elle a ainsi alerté sur le fait que cela représente une menace plus grande pour la santé publique. Dans la mesure où il n’y a pas d’informations sur la nature des substances douteuses qui entrent dans la composition de ces huiles.

À lire :L’huile d’olive frelatée menace la santé des Marocains

L’élue expliquera que ceux qui sont derrière la fraude ajoutent aux huiles d’olive des substances de sources inconnues, ou les stockent pendant une longue période dans des conditions insalubres, en plus du fait que certains producteurs conservent les olives dans des “décharges” dans le but de les fermenter avant de les presser, et d’ajouter des huiles de cuisson à l’huile extraite de celles-ci. Pour étayer son argumentation, elle fait sienne une déclaration du président de la Fédération Nationale des Associations du Consommateur (FNAC). Celui-ci dénonçait : « jusqu’à 80 % des huiles d’olive sont produites et emballées de manière traditionnelle, sans respecter les normes de sécurité sanitaire ».

À lire : Maroc : Quand le coût de l’huile d’olive alimente la fraude et le trafic

Après avoir dépeint ce tableau sombre, El Fathaoui interroge le département de Mohamed Sadiki sur les mesures qu’il prendra pour surveiller les moulins à huile d’olive et travailler à arrêter l’activité de ceux qui enfreignent les règles, et à ne pas faire preuve de tolérance envers quiconque est pris en train de frauder pour réaliser des profits au détriment de la santé des citoyens. Aussi, appelle-t-elle à mobiliser suffisamment de ressources humaines pour l’Office national de Sécurité sanitaire des Produits alimentaires (ONSSA), afin qu’il joue le rôle qui est le sien sur le territoire national, et ce, en coordination avec les services déconcentrés.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Alimentation - Gouvernement marocain - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime - Huile d’olive - Parlement marocain

Aller plus loin

Huile d’olive au Maroc : le prix à plus de 120 dirhams ?

Au Maroc, les consommateurs d’huile d’olive n’ont pas fini de voir les prix flamber. Ils devraient continuer d’augmenter au point de dépasser les 120 dirhams le litre.

Maroc : Le prix élevé de l’huile d’olive engendre un trafic massif

Les éléments de la gendarmerie royale relevant de la province de Fkih Ben Saleh ont procédé, encore une fois, à la saisie de plusieurs tonnes d’huile d’olive frelatée dans...

L’huile d’olive frelatée menace la santé des Marocains

Les associations marocaines de défense des consommateurs tirent la sonnette d’alarme au sujet des huiles d’olive contrefaites, qui représentent un danger pour la santé des...

Le prix l’huile d’olive au Maroc pousse à la fraude et au trafic

L’augmentation du prix de l’huile d’olive constatée ces derniers mois au Maroc pousse certaines personnes malintentionnées à tricher pour écouler leur stock. Mais la justice...

Ces articles devraient vous intéresser :

Bouteille de gaz au Maroc : le prix flambe à partir d’avril

Le compte à rebours est lancé. À partir du 1ᵉʳ avril 2024, les Marocains devront mettre la main à la poche pour se procurer une bouteille de gaz butane. Exit la subvention de l’État, le prix passera de 40 à 50 dirhams, actant la première étape d’une...

Les aviculteurs marocains craignent la grippe aviaire

Le Maroc ne prend pas encore des mesures pour contrer l’entrée sur son territoire de la grippe aviaire qui sévit actuellement en Europe et dans la sous-région. Cette attitude des autorités inquiète les éleveurs de volailles qui ont une nouvelle fois...

« Ain Ifrane » vendue

La société Mutandis vient de conclure un contrat de cession avec la Société des Boissons du Maroc (SBM), en vue de l’acquisition de « Ain Ifrane ». Montant de la transaction : 380 millions de dirhams.

Maroc : une aide versée aux familles

Comme annoncé, l’aide prévue pour les familles marocaines dans le besoin sera versée par le gouvernement. Celle-ci devrait intervenir sous peu. Quel montant ? quand est-ce qu’elle sera versée ?

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Le Maroc contraint d’importer du blé

Le Maroc se tourne une fois de plus vers le marché international pour augmenter ses importations de blé afin de compenser la baisse considérable de sa production durement touchée par la sécheresse cette année.

La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de...

Le Maroc, gardien de la sécurité alimentaire mondiale

Le Maroc possède 70 % des réserves mondiales de phosphate, un minerai utilisé pour produire les engrais alimentaires. De quoi faire du royaume un garant de la sécurité alimentaire mondiale.