Bloqués en Corse, des saisonniers marocains en colère contre les autorités marocaines

19 janvier 2022 - 20h20 - France - Ecrit par : S.A

Suite à la prolongation de la suspension de tous les vols de passagers de et vers le Maroc jusqu’au 31 janvier 2022, 300 travailleurs agricoles saisonniers marocains se retrouvent bloqués en Corse alors que leur contrat est terminé fin décembre 2021. Les démarches entreprises par la préfecture de Haute-Corse pour assurer leur retour chez eux s’avèrent jusque-là infructueuses.

« Ils sont plus qu’abattus, ils souhaitent regagner leur famille », témoigne Ange Maestrini, producteur de clémentines à Antisanti, qui accueille chaque année plusieurs dizaines d’ouvriers agricoles marocains — dont 19 sont bloqués sur son exploitation en Corse-, pour des contrats couvrant une période de deux à six mois. « Ils sont un peu en colère, surtout contre les autorités marocaines, parce qu’ils voient bien que nous, de notre côté, on fait tout notre possible pour essayer de les ramener chez eux », soupire le producteur. La préfecture de Haute-Corse confirme. « Nous avions prévu deux vols pour les acheminer : un premier le 11 janvier, qui n’a pas pu partir, et un second le 19 janvier », qui n’est pas assuré, indique à France info François Ravier, préfet de Haute-Corse.

À lire : Bloqués en France, des dizaines de saisonniers marocains appellent à l’aide

La préfecture se penche aussi sur leur statut juridique. En fin de contrat depuis fin décembre, leur situation est “transitoire” et non pas irrégulière : « dès que nous avons appris que le premier vol ne serait pas possible, une procédure nationale a été travaillée et concertée, pour que ces saisonniers qui ne peuvent pas rentrer chez eux puissent bénéficier d’une autorisation provisoire de séjour (APS)", assure le responsable, ajoutant que cette autorisation pourra, au cas par cas, être assortie d’une autorisation de travail, après étude des besoins remontés par les filières.

À lire : Les agriculteurs français redoutent une pénurie de saisonniers marocains

Quid de l’hébergement de ces saisonniers marocains ? « Aujourd’hui, les producteurs ne sont plus dans l’obligation d’héberger ces personnes. Mais selon les échanges que j’ai pu avoir avec eux, ils vont continuer à le faire en attendant que l’on trouve une solution », assure François Ravier. « C’est la moindre des choses, abonde Ange Maestrini. Les 19 ouvriers en attente de retour sont logés « dans les mêmes conditions » au sein de son exploitation « que pendant leur période de travail. »

Sujets associés : France - Agriculture - Corse

Aller plus loin

Changement de la perception des agriculteurs français, soutiens du RN, sur les saisonniers marocains

Les agriculteurs français continuent de se tourner vers le Maroc pour pallier la pénurie de main-d’œuvre. Ceux qui sont des soutiens du Rassemblement national (RN) et qui...

Les agriculteurs français redoutent une pénurie de saisonniers marocains

À l’heure où la France durcit les restrictions sanitaires, les chefs d’exploitation agricole craignent une pénurie de saisonniers étrangers notamment marocains pour les récoltes...

Bloqués en France, des dizaines de saisonniers marocains appellent à l’aide

Une soixantaine de saisonniers marocains se retrouvent bloqués en France à cause des restrictions sanitaires. Un responsable associatif appelle les autorités marocaines à...

Les ouvriers marocains, une main d’œuvre précieuse pour les vignerons corses

Les ouvriers agricoles marocains sont d’une aide précieuse pour les vignerons corses qui font face au manque de main-d’œuvre locale.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Une baisse record des exportations d’oranges

Les exportations marocaines d’oranges ont considérablement chuté au cours des huit premiers mois de 2023, s’établissant à 30 000 tonnes contre 109 000 tonnes en 2022.

Le prix des lentilles s’envole au Maroc

Le prix des lentilles a considérablement augmenté au Maroc, atteignant 32 dirhams le kilo chez les détaillants, contre 25 dirhams pour les lentilles importées.

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.

Sécheresse au Maroc : appel à arrêter la culture de l’avocat et de la pastèque

En cette période de sécheresse sévère et de risque de stress hydrique au Maroc, le mouvement Maroc environnement 2050 demande « l’arrêt immédiat » de la culture de certains fruits comme l’avocat et la pastèque qui assèchent les nappes phréatiques.

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Le marché britannique souffre de la pénurie de tomates marocaines

La baisse des exportations de tomates marocaines affecte le marché de légumes au Royaume-Uni. De nombreux Britanniques déplorent la situation sur les réseaux sociaux.

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Après les tomates, le Maroc « inonde » l’Europe de poivron

Après la tomate, le poivron. Le Maroc confirme de plus en plus sa place d’exportateur de poivron, notamment vers l’Europe, avec une forte augmentation de 45 % des exportations ces dernières années.

Trop chère, les Marocains diminuent leur consommation d’huile d’olive

Le marché de l’huile d’olive subit de plein fouet les conséquences de la sécheresse qui sévit au Maroc et la hausse des prix à l’international. La baisse de la production d’olive liée au faible rendement a entrainé une flambée du prix et, par...

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.