Le blues des restaurateurs marocains

4 août 2021 - 18h20 - Ecrit par : A.S

L’été 2021 devait apporter un peu d’espoir aux professionnels du tourisme et de la restauration. Mais avec les nouvelles mesures de restriction mises en place pour faire face à la flambée des cas de contamination enregistrée ces dernières semaines, c’est à nouveau le désarroi.

Les professionnels du tourisme et de la restauration espéraient profiter de l’allègement des mesures restrictives et l’arrivée en vacances des MRE. Mais malheureusement, les cas positifs et graves du Covid-19 ont connu une hausse et des mesures draconiennes ont été prises pour éviter que le Maroc sombre à nouveau dans le chaos. Les acteurs du tourisme et de la restauration ont manifesté leur désarroi à travers un sit-in organisé devant les sièges de la Wilaya de l’Oriental et la municipalité d’Oujda.

À lire : Maroc : grogne des patrons des cafés et restaurants

« De par sa nature, le travail des traiteurs et professionnels des fêtes est organisé, car on opère par commandes précises et chiffrées. Certes, il arrive que l’organisateur de la fête invite plus de personnes, mais nous sommes rodés à une marge de manœuvre de 10 % », confie Abdelkader Badaoui, président de la Fédération marocaine des organisateurs des fêtes, cité par l’Économiste.

À lire : Maroc : les cafés et restaurants menacent d’une grève générale

Les membres de cette fédération ne comprennent pas pourquoi les cérémonies de mariage et de fêtes sont frappées d’interdiction alors que les souks et supermarchés qui grouillent de monde ne sont pas fermés. Ils désapprouvent la décision et expliquent qu’on aurait pu leur demander de réduire le nombre de tables de commande, d’insister sur l’organisation de ces événements dans des espaces ouverts avec des notifications précises à respecter, au lieu de prendre une décision qui va achever le peu de force qui reste aux professionnels du secteur.

À lire : Maroc : colère des restaurateurs et cafetiers

Plus de 2 millions de Marocains travaillent dans le secteur et ils peuvent se retrouver au chômage si rien n’est fait. « Sans revenus stables, on a besoin de travailler chaque jour pour subvenir à nos besoins au risque de perdre notre dignité », fait observer une professionnelle. Il en est de même pour les propriétaires de cafés et restaurants qui pensent que leur secteur n’a pas à payer pour le reste. Selon les nouvelles mesures, les cafés et restaurants doivent fermer à 21 heures. Injuste, pensent certains propriétaires, qui expliquent qu’on leur demande de fermer à l’heure où les restaurants et les cafés doivent recevoir de nombreux clients.

Tags : Tourisme - Plainte - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Au Maroc, 80% des restaurants sont menacés de faillite

La crise sanitaire liée au coronavirus frappe durement les restaurateurs marocains. 80 % des restaurants risquent, aujourd’hui, la faillite.

Agadir : coup de grâce pour les restaurants

Les restaurateurs d’Agadir qui fondaient tous leurs espoirs sur les fêtes de fin d’année pour renflouer un peu leurs caisses vides, ne savent plus à quel saint se vouer. Les...

Maroc : les cafés et restaurants menacent d’une grève générale

Les nouvelles mesures de restrictions imposées aux cafés ne sont pas du goût des professionnels de ce secteur. Ils reprochent aux autorités de ne les avoir pas associés à...

Cafés et restaurants : le gouvernement promet un soutien aux professionnels du secteur

Les autorités marocaines ont annoncé sans grande précision, un appui au profit du secteur des cafés et restaurants engagé dans un mouvement de débrayage dès vendredi sur toute...

Nous vous recommandons

Le Maroc veut construire une vingtaine d’usines de dessalement d’eau de mer

Le Maroc prévoit d’installer une vingtaine d’usines de dessalement d’ici 2030 pour faire face aux problèmes liés au manque d’eau, a annoncé le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka.

Le stock de sardine menacé dans les eaux marocaines

La sardine marocaine est menacée de disparition. Les professionnels pointent du doigt la filière de congélation et celle de production de farines. Ils exigent l’introduction d’un système de quotas.

Corée du Sud : conditions inhumaines d’un détenu marocain, les explications des autorités

Les autorités coréennes ont tenté de justifier le traitement dégradant infligé à un Marocain retenu dans un centre de détention pour migrants de Hwaseong à la suite de la publication d’une vidéo choc.

Les Émirats arabes unis proposent un visa de 5 ans pour les Marocains

Les Émirats arabes unis vont désormais délivrer aux Marocains un visa touristique, à entrées multiples, pour une durée de séjour de 90 jours, valable pendant 5 ans.

La maire de Rabat menacée de révocation

Les élus du PJD et de la FGD, partis d’opposition au conseil municipal de Rabat, ont adressé vendredi une requête au wali de la région pour révoquer la maire, Asmaa Rahlalou, qui a fait appel à son mari comme avocat de la commune dans un dossier devant la...

Vahid Halilhodzic : « j’ai reçu une offre de la part d’un autre pays »

Depuis sa désignation comme sélectionneur des Lions de l’Atlas, jamais Vahid Halilhodzic n’a été autant au cœur des rumeurs les unes, les plus folles que les autres. Après son supposé licenciement, le coach de la sélection marocaine de football aurait été...

L’un des plus beaux aéroports au monde est … marocain

Conde Nast Traveler, une référence mondiale des loisirs et des voyages basée à New York, place l’aéroport Marrakech-Menara septième dans le classement des meilleurs aéroports du monde.

Belgique : il y a 25 ans, le corps de Loubna Benaïssa était retrouvé

Loubna Benaïssa, petite fille marocaine de 9  ans disparue le 5 août 1992 à Ixelles en Belgique, a été retrouvée morte quatre ans plus tard. Elle a été enterrée à Tanger.

L’aéroport de Bruxelles lance une saison estivale inédite pour le Maroc

L’aéroport de Bruxelles prévoit de lancer une saison estivale inédite pour le Maroc à partir du 27 mars prochain. En tout, plus de 83 départs hebdomadaires seront lancés vers 10 destinations au royaume.

Le Brésil veut le phosphate marocain

Face à la pénurie et la hausse des prix des matières premières, le Brésil envisage de diversifier ses sources d’approvisionnement en engrais. Le pays veut augmenter ses importations en provenance de plusieurs pays, dont le...