Maroc : le SOS des restaurants

18 janvier 2021 - 15h40 - Economie - Ecrit par : J.K

À travers une lettre adressée à plusieurs instances, la Confédération Marocaine des Métiers de Bouche (CMMB) défend l’intérêt du secteur de la restauration durement touché par la crise sanitaire. Elle souhaite que ce secteur soit pris en compte dans le plan national de relance économique.

Dans la lettre adressée à Saad Eddine El Othmani le chef du gouvernement, Moulay Hafid Elalami, le ministre de l’Industrie, du commerce, de l’Économie verte et numérique, au comité de veille économique (CVE), à la CGEM, à la Fédération des Chambres marocaines de Commerce, d’industrie et de Services, la CMMB a indiqué les impacts de la crise sanitaire sur plusieurs secteurs dont celui de la restauration événementielle qui n’est pas encore en mesure de relancer ses activités, en raison des mesures restrictives imposées par le gouvernement.

La confédération a exhorté dans ce sens, à l’arrêt des procédures engagées contre les professionnels qui n’ont pas pu honorer leurs engagements de loyers pendant la période de l’application des mesures préventives et trouver un système pour assumer les charges de loyer entre locataires, bailleurs et État. La CMMB souhaite également que les entreprises qui ont fermé à cause de la pandémie soient exonérées des frais de patentes, ainsi que la réduction de 50 % des frais de services collectifs du confinement.

Il faut noter que 40 % des restaurants au plan national ont été obligés de fermer ou d’arrêter leurs activités, pendant que d’autres travaillaient dans des conditions difficiles, notamment, suite à la décision de la fermeture complète pendant 3 semaines sans intervention ou aide gouvernementale, alors que le secteur compte plus de 100 000 professionnels et entreprises de différentes tailles et spécialisations. De plus, le secteur assure plus de 1200 000 emplois directs, ayant perdu en moyenne plus de 50 % de leurs chiffres et qui ont aussi subi un pourcentage d’endettement estimé à 50 % en stoppant leur investissement de manière définitive.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Faillite - Prêt - Emploi - Impôts - Crise économique - Restauration - Chômage - Alerte - Saâdeddine El Othmani - Plainte - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Cafés et restaurants : le gouvernement promet un soutien aux professionnels du secteur

Les autorités marocaines ont annoncé sans grande précision, un appui au profit du secteur des cafés et restaurants engagé dans un mouvement de débrayage dès vendredi sur toute...

Maroc : voici les nouvelles mesures du Comité de veille

Le Comité de veille économique a pris de nouvelles mesures lors de sa dernière réunion. Flexibilité et souplesse font partie des décisions prises dans le cadre de la relance du...

Le blues des restaurateurs marocains

L’été 2021 devait apporter un peu d’espoir aux professionnels du tourisme et de la restauration. Mais avec les nouvelles mesures de restriction mises en place pour faire face à...

L’idée d’un possible reconfinement angoisse les restaurateurs marocains

Les professionnels de la restauration, s’inquiètent d’un éventuel reconfinement, partiel ou total, à l’image des pays européens, comme la France, l’Espagne et la Belgique...

Ces articles devraient vous intéresser :

La DGI aux trousses des auteurs de fausses factures

La direction générale des impôts (DGI) veut en finir avec la fraude à la fausse facture. Une pratique qui prend de l’ampleur et n’épargne aucun secteur d’activité ni région du pays.

Auto-entrepreneur au Maroc : voici le guide fiscal 2024 (pdf)

La Direction générale des impôts (DGI) vient de publier un guide sur le régime fiscal de l’autoentrepreneur. Un document qui reprécise les conditions d’obtention de ce statut ainsi que les avantages fiscaux y afférents.

Risques Pays : le Maroc décroche la meilleure note « B3 » en Afrique

Avec un « B3 », le Maroc décroche la meilleure note parmi les grandes puissances économiques en Afrique en termes de risque pays, devant le Nigeria (D3), l’Afrique du Sud (C3), l’Égypte (D4) et l’Algérie (C3). C’est ce que révèle la nouvelle carte...

Impôts : le Maroc cible les résidences secondaires

Des dizaines de milliers de propriétaires de résidences secondaires au Maroc ont reçu des notifications fiscales de la Trésorerie générale du Royaume, réclamant le paiement d’arriérés de taxe d’habitation et de taxe de propreté.

Le dilemme des MRE : vendre leurs biens ou se soumettre à l’échange fiscal

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) appellent à la suspension de l’accord multilatéral sur les échanges de renseignement automatiques des comptes financiers.

Les MRE et la détaxe, ce qu’en dit la Douane

De très nombreux Marocains résidant à l’Etranger effectuent des achats quand ils sont en vacances au Maroc. Ces achats peuvent-ils faire l’objet d’une détaxe, c’est-à-dire donner lieu au remboursement, à ces acheteurs, de la Taxe sur la Valeur ajoutée...

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

Impôts : des procédures simplifiées pour les MRE

La simplification des procédures administratives pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) a permis à ces derniers de se mettre à jour vis-à-vis de l’administration fiscale, a déclaré Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des finances.

Médecins maghrébins en France : l’exil comme solution ?

Après une percée au premier tour des législatives françaises, la perspective de voir le Rassemblement national (RN) présidé par Jordan Bardella, qui place l’immigration au cœur de la campagne électorale, remporter la majorité absolue le 7 juillet,...

Maroc : révision de l’impôt sur le revenu

Le gouvernement marocain, via son porte-parole Mustapha Baitas, a annoncé une révision de l’Impôt sur le revenu (IR) avec pour objectif d’augmenter les revenus des employés et fonctionnaires.