Casablanca : il risque gros pour avoir tenté de déposséder sa femme de son appartement

19 novembre 2020 - 21h00 - Maroc - Ecrit par : I.L

Un homme a tenté de déposséder son ex-femme de son bien immobilier à Casablanca. Il aurait soutiré un chèque de son épouse et imité sa signature avant de l’émettre en son nom pour un montant de 350 000 dirhams.

Selon Assabah, l’homme a ensuite autorisé le virement des fonds sur son propre compte. Dès qu’il a constaté qu’ils n’étaient pas disponibles sur son compte bancaire à cause de la signature imitée, il a lancé la procédure de saisie-exécution de l’appartement de son ex-épouse.

La victime, saisie par une ordonnance du tribunal au sujet de la vente aux enchères de son appartement a porté plainte auprès du Procureur du roi de Casablanca pour vol de chèque et falsification de signature. Elle a également exigé une expertise graphologique et lancé une autre procédure pour faire échec à la vente aux enchères du bien immobilier.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Casablanca - Droits et Justice - Escroquerie

Aller plus loin

Maroc : une arnaque à 100 millions de dirhams

La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) vient de mettre la main sur l’un des plus célèbres notaires de la ville de Kénitra. Il serait impliqué dans une affaire de...

Rabat : suspension provisoire de deux policiers accusés d’extorsion

Deux policiers de la brigade cycliste de Rabat font l’objet d’une enquête ouverte mercredi soir, par la police judiciaire de Rabat. Les deux brigadiers seraient impliqués dans...

Maroc : quand des patients du Covid-19 volent draps et robinets

Certains équipements de l’hôpital de campagne de Benslimane ont subitement disparu ces dernières semaines. Un médecin pointe du doigt les patients guéris du Covid-19.

Elle disparaît avec son amant, après avoir détourné 4 millions de dirhams

4 millions de dirhams ont disparu d’un compte bancaire ouvert par un homme d’affaires dans une agence bancaire à Essaouira. Derrière cette affaire, plusieurs individus dont...

Ces articles devraient vous intéresser :

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Maroc : le secteur immobilier marque des points malgré la crise

En 2023, malgré les chocs endogènes, la conjoncture internationale et la stagnation de l’activité, le secteur de l’immobilier au Maroc a montré sa résilience. Et, les perspectives pour l’année prochaine s’annoncent meilleures.

Aide au logement : Un vrai succès chez les MRE

Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, confirme l’intérêt des Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour le nouveau programme d’aide directe au logement.